Réactions
MotoGP GP d'Autriche

Bezzecchi en colère mais "surtout triste" après l'accident du départ

Marco Bezzecchi avait la colère froide après la course sprint du Red Bull Ring, lui qui a été éjecté dès le premier virage alors qu'il pensait pouvoir se battre aux avant-postes. Critique de la manœuvre de Jorge Martín, il l'était aussi des commissaires.

Marco Bezzecchi a eu du mal à desserrer ses mâchoires crispées après la course sprint du GP d'Autriche, tant il bouillait de colère après avoir été envoyé au tapis dès le départ. Lui qui arrivait au Red Bull Ring avec de grandes ambitions, étant le seul pilote en activité à y avoir déjà gagné trois fois dans deux catégories différentes, il avait entamé son week-end à la perfection en dominant les premiers essais, mais n'a pu aller plus loin que le premier virage dans cette première course.

Pas vraiment du genre à tirer à boulets rouges sur les autres pilotes, l'Italien a néanmoins très clairement fait comprendre son point de vue sur l'accrochage du premier virage, pour lequel Jorge Martín est accusé de toute part.

"Immédiatement après la chute, je ne savais pas exactement ce qui s'était passé et quand j'ai vu la vidéo, je l'ai compris", a déclaré Bezzecchi quand il a été interrogé sur l'accident. Questionné sur l'effet que pouvait avoir eu la configuration de ce virage de la piste autrichienne, il a ajouté, acerbe : "C'est sûr que c'est un virage assez piégeux, mais il y a beaucoup de façons d'aborder un virage s'il est piégeux. [...] C'est difficile de laisser de la place parce qu'on court, mais il y a toujours une petite frontière entre courir et en faire peut-être un peu trop."

 

Alors que Maverick Viñales, parti de la première ligne, avait créé un effet tampon dans ce virage, Martín, arrivé par derrière, a percuté Fabio Quartararo, qui s'est trouvé pris en sandwich. La Yamaha et l'Aprilia ont elles-mêmes heurté plusieurs motos dans un effet domino et trois pilotes se sont retrouvés à terre, dont Bezzecchi, parti dans un vol plané. Les commissaires ont ouvert une enquête, dont les résultats se font attendre.

Au moment de son point presse, le pilote VR46 indiquait ne pas avoir été appelé par la direction de course pour apporter son point de vue sur l'incident. "Mais pour moi, c'est une erreur de prendre une décision après la course", a-t-il cependant ajouté, "il faut décider pendant la course."

Est-il en colère ? "En colère, un peu, mais je suis surtout triste parce qu'aujourd'hui il aurait été important pour moi de finir la course, notamment pour voir quelque chose en vue de demain. Mais c'est comme ça."

"Je ne veux pas juger, ça n'est pas mon boulot. Donc s'ils pensent que c'est bien comme ça… C'est leur boulot de décider ce qu'ils doivent faire. Mais je ne suis pas d'accord", a-t-il ajouté. Poussé à préciser son avis, le pilote italien a pesté : "Mon avis… Mon avis ne change rien. J'ai l'impression que beaucoup de pilotes se plaignent mais que les choses ne changent pas. De toute façon, on voit clairement les choses dans la vidéo, alors regardez-la et tirez-en vos conclusions."

Des douleurs aux épaules

"Je suis désolé pour moi parce que je voulais faire ma putain de course, mais j'ai fait 300m et j'ai été éjecté. C'est de ça que je suis désolé. La pénalité, ça n'est pas moi qui dois en prendre la décision", a-t-il tranché. "Et je suis désolé aussi de m'être fait mal, parce que ça va peut-être affecter ma course demain."

Accident au départ

Marco Bezzecchi souffre des épaules après avoir fait un vol plané dans le premier virage.

S'il espère désormais pouvoir jouer la victoire demain, car il estime en avoir le potentiel, il ne s'en sort pas complètement indemne. "D'abord, il faudra voir comment je me sens physiquement", a-t-il précisé, "parce que j'ai pris un gros coup dans les deux épaules. À l'épaule droite, j'ai été heurté par le guidon de Maverick et à gauche j'ai heurté le sol très fort."

"Après que Maverick m'a heurté, s'il n'y avait eu personne à l'extérieur j'aurais probablement juste pu passer sur le rouge et j'aurais juste été un peu secoué avec l'airbag ouvert, mais malheureusement Zarco était là. Alors quand j'ai heurté Zarco, j'ai fait une sorte de salto avant ! En termes de rythme, j'ai pu être assez rapide, mais au final je n'ai pas couru alors je ne sais pas."

Marco Bezzecchi enrage contre Jorge Martín et contre les commissaires, mais il s'en veut aussi à lui-même, car il sait au fond de lui qu'il serait passé entre les gouttes s'il avait pris le départ de la course depuis la place qu'il méritait en performance pure. Or il a dû se contenter du septième temps des qualifications, sans parvenir à tout réunir pour produire le tour parfait.

"C'est de ça que je suis très en colère, parce que si j'avais fait un meilleur chrono j'aurais probablement pu éviter cette situation au premier virage. Pour être honnête, j'ai peut-être juste essayé d'en faire trop. Je savais que je pouvais être rapide mais j'ai essayé d'en faire un peu trop et j'ai fait trop d'erreurs pendant mon tour qualifs. Avant cela, j'ai touché le vert dans mon meilleur tour, donc j'ai dû réessayer, puis j'ai pris le drapeau jaune. Ensuite j'ai changé de pneu et j'ai à nouveau touché le vert. Enfin, j'ai fait un dernier tour correct mais pas aussi bon qu'hier. J'ai essayé d'en faire un peu trop et ça a été mon erreur."

Lire aussi :

Be part of Motorsport community

Join the conversation
Article précédent Honda ou Ducati ? Zarco regrette le "blabla" autour de son avenir
Article suivant Jorge Martín sanctionné d'un long-lap pour la course de dimanche

Top Comments

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse