Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse

Binder "sauvé" par le départ canon de la "fusée" KTM

De 22e sur la grille, Brad Binder a réussi à remonter jusqu'à la huitième place du GP de France. Ou comment rattraper un week-end très mal engagé.

Brad Binder, Red Bull KTM Factory Racing

Photo de: KTM

Brad Binder a montré par l'exemple à quel point la journée du vendredi est devenu un exercice à part entière en MotoGP, capable de chambouler un week-end sans beaucoup d'options pour se rattraper. Durant la première journée du Grand Prix de France, le pilote sud-africain est tombé trois fois, puis un souci d'électronique sur sa moto principale, suivi par l'apparition de drapeaux jaunes au mauvais moment, l'ont empêché de se rattraper en Q1. Voilà comment il s'est qualifié dernier.

Il n'avait plus qu'une solution : partir tel un boulet de canon pour tenter d'effacer autant que possible le retard pris avec cette 22e place sur la grille, or il pouvait sur ce point s'estimer chanceux de bénéficier du système de départ de la KTM, qui fait des envieux dans tout le peloton. Et ce fut le cas : samedi, il bouclait le premier tour du sprint à la 14e place, et dimanche il était 13e après cette première boucle.

Les deux courses n'ont toutefois pas pris la même tournure pour Binder, car samedi il a été aux prises avec un ensemble de difficultés. "Pas grand-chose à dire", admettait-il après ces 13 tours, dépité de s'être classé 15e et donc hors des points. "J'ai pris un assez bon départ mais je n'ai jamais vraiment eu le rythme pour faire quoi que ce soit après ça. C'était vraiment compliqué. J'avais d'énormes blocages de l'avant avec le pneu, dont la pression était très au-dessus [de la norme] dès le troisième tour, et c'était difficile ne serait-ce que de rester sur la piste et de ne pas faire ce que j'ai fait hier."

"J'ai pris un bon départ et je m'attendais à avancer à partir de là mais je n'ai cessé de me faire des chaleurs. Je suis sorti de la piste une fois, je suis revenu, j'ai perdu quelques places et l'avant n'arrêtait pas de se bloquer. En tournant autour de la 15e place, il était vraiment important de ne pas faire ce que j'ai fait hier en tombant trois fois. Il fallait que je ramène la moto et que je récolte des données pour qu'on comprenne quoi faire pour demain."

On s'est mis dans une situation très difficile en se qualifiant en dernière position. Ce qui m'a sauvé, c'est le départ.

Voici l'unique élément positif qu'il tirait de ce sprint, en ayant identifié la voie à suivre pour la course principale. Et cela s'est senti le lendemain, où son très bon départ a cette fois été suivi par une performance bien plus solide, ce qui l'a mené jusqu'à la huitième place.

"Un dimanche bien meilleur que le samedi", avouait-il, soulagé. "On a pris pas mal d'expérience dans le sprint et j'ai pu réaliser de bons progrès. Dès le warm-up, je me suis senti beaucoup plus à l'aise. La moto tournait mieux, tenait mieux, s'arrêtait mieux."

 

"En partant derrière, je savais que l'objectif était de réussir une course sans aucune faute… Je n'y suis pas arrivé ! Mais au moins, on a réussi à reprendre quelques places de plus et c'était bien de terminer huitième, surtout en étant parti dernier. Mais la sixième place était tout près [à moins d'une seconde, ndlr] alors j'en voulais vraiment plus. Au final, je pense qu'on s'est mis dans une situation très difficile en se qualifiant en dernière position."

"Ce qui m'a sauvé aujourd'hui, c'est le départ, parce que ma moto est une fusée. J'ai vraiment utilisé ça à mon avantage", admettait-il encore. "Ensuite, j'ai essayé de passer quelques pilotes assez tôt. Je suis passé hors piste deux fois, dans le même virage, je suis revenu et j'ai perdu un peu de temps. Mais je savais que je devais faire une course vraiment propre et, mis à part le fait que je suis sorti deux fois dans le même virage, tout le reste a été plutôt bien."

"Je savais qu'il était vraiment important d'essayer de finir la course, de rouler proprement, de garder un bon rythme et de recueillir des données pour comprendre ce qu'on a besoin de faire par la suite", a ajouté Brad Binder.

Francesco Guidotti, team manager de l'équipe KTM, sait qu'il était difficile d'espérer beaucoup plus que ces huit points : "Nous savions que partir derrière ne serait pas facile pour Brad, mais il a fait du super boulot et il est passé de 22e à huitième : je pense que c'était le maximum que nous pouvions faire aujourd'hui, alors nous devons nous estimer satisfaits après ce qui s'est passé les deux jours précédents. Nous savons que les qualifications sont la clé du week-end, mais nous les avons manquées cette fois-ci et nous avons payé l'addition."

Brad Binder profite aussi de la chute de Pedro Acosta dimanche, alors que l'Espagnol était le dernier à être systématiquement entré dans les points depuis le début de la saison, et lui reprend donc quatre points sur ce Grand Prix, tout en conservant la septième place du championnat.

VIDÉO - Le résumé du Grand Prix de France

Be part of Motorsport community

Join the conversation
Article précédent Marini perplexe face à son manque d'évolution entre essais et course
Article suivant "Au bord du précipice" : Bezzecchi gêné par ses sensations

Top Comments

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse