Binder rassure sur le niveau de KTM, qui n'est "pas catastrophique"

Brad Binder reconnaît que KTM a des problèmes pour exploiter la gomme avant depuis le début de la saison, mais il fait confiance au constructeur pour corriger le tir et ne souhaite pas des changement drastiques.

Binder rassure sur le niveau de KTM, qui n'est "pas catastrophique"

KTM a vécu un début de saison difficile. Les performances ont été décevantes dans les deux courses disputées à Losail, un circuit qui ne joue pas sur les forces de la RC16, et les pilotes de la marque ont encore éprouvé des difficultés à Portimão, où ils se sont sentis lourdement pénalisés par le retrait du pneu symétrique dur à l'avant, avec lequel Miguel Oliveira avait survolé l'édition 2020.

Dans les trois courses disputées cette année, Brad Binder a été le seul représentant de KTM à s'inviter dans le top 10 en course, prenant la huitième place au GP de Doha puis la cinquième au GP du Portugal, aidé par un bon départ depuis la 15e place sur la grille de départ. Le Sud-Africain reconnaît que KTM a des difficultés, focalisées sur l'avant de la machine, mais il estime que la situation n'est pas si mauvaise et que des progrès sont possibles.

"C'est sûr qu’il nous faut quelque chose à l’avant", a déclaré Binder. "Je sens qu’on pourrait améliorer les choses à ce niveau. C’est clair que les trois premières courses ne se sont pas déroulées comme on l’espérait, et que ça a été très difficile pour nous. Mais je pense que l’important est de continuer à travailler là-dessus et je pense qu’on y arrivera. Il y a beaucoup de ressources humaines chez KTM, et je suis sûr qu’ils trouveront une solution, donc j’espère que ce sera plus tôt que tard, mais quoiqu'il en soit la situation n'est pas catastrophique."

Lire aussi :

Des progrès dans l'exploitation du pneu avant ont permis à Binder de décrocher ce top 5 à Portimão mais les modifications sont restées relativement mineures et il a dû rester prudent, l'avant de la moto étant encore très sensible : "Ce n’était rien de fou, on l'a rendu un petit peu plus stable, et c’est à peu près le seul changement qu’on a fait. C’est très similaire à ce qu’on utilisait. Il faut juste accepter ce qu’on a et travailler avec."

"Mais le souci, c’est qu’il faut faire très attention avec l'avant, parce que tu ne peux pas freiner fort et jeter la moto dans le virage, sinon elle t'échappe", a-t-il ajouté. "Donc en ce moment la situation est un peu difficile, on travaille pour adapter la moto pour que tout fonctionne bien et on a certainement trouvé quelque chose pour le rythme de course, mais il faut encore progresser sur le tour lancé."

La KTM est réputée pour ses performances au freinage et en courbe, deux forces mises à mal par les difficultés actuelles du constructeur pour faire fonctionner la gomme avant. Afin de ne pas perdre les caractéristiques qui rendent la moto efficace, Brad Binder veut donc trouver le bon équilibre dans les évolutions à apporter, estimant que la solution se trouve peut-être plus dans le pilotage que dans de profonds changements techniques.

"Vous savez, c’est difficile, parce que nous devons faire des expérimentations pour voir ce qu’on peut trouver, mais en même temps il est très important de s’assurer qu’on garde notre avantage sur les freins et en entrée de virage, car c’est là où l'on semble être forts par rapport aux autres. Donc c’est important d’en tenir compte, et je pense aussi que c’est peut-être quelque chose que nous devons accepter et que nous devons essayer de trouver une autre façon de faire, comme être un peu plus souples sur la moto. Parce que sinon, je ne pense pas qu'essayer de réinventer la roue va beaucoup nous aider."

Lire aussi :

Brad Binder n'a pas pu revenir dans la roue des leaders à Portimão, faisant de petites erreurs lorsqu'il tentait de hausser son rythme pour s'inviter dans la lutte pour le podium, mais sa cinquième place à l'arrivée reste un résultat encourageant dans un week-end marqué par les difficultés de l'ensemble des pilotes KTM.

"Je suis satisfait des progrès effectués en course. C’était vraiment bien de faire un top 5, particulièrement après un week-end aussi dur où il a été difficile d’être fort. Mais généralement, on a travaillé dur pendant le week-end et le rythme de la course était assez élevé. C’était assez frustrant de voir une possibilité de podium à ma portée sans pouvoir l’atteindre, mais je pense que la cinquième position a été un bon résultat. On va continuer à travailler et j’espère qu’à Jerez on pourra faire des progrès."

Avec Marc Michon

partages
commentaires

Related video

Le MotoGP veut conquérir un nouveau public avec son Drive to Survive
Article précédent

Le MotoGP veut conquérir un nouveau public avec son Drive to Survive

Article suivant

Malgré sa chute derrière Quartararo, Rins défend son attaque

Malgré sa chute derrière Quartararo, Rins défend son attaque
Charger les commentaires