Brad Binder veut un podium avant la mi-saison

Monté sur le podium en 2020 pour fêter sa première victoire MotoGP, à Brno, Brad Binder est toujours en quête d'un nouveau trophée. Il se fixe le cap de la mi-saison, en août, pour y parvenir malgré le début de saison compliqué de KTM.

Brad Binder veut un podium avant la mi-saison

Révélation de la saison passée, KTM connaît un début de championnat compliqué. Mis en difficulté par le retrait de l'allocation pneumatique de la gomme avant qui avait leurs faveurs, les pilotes du groupe ont peiné jusqu'à présent à se mêler aux avant-postes. Même Miguel Oliveira, pourtant si dominateur sur place en novembre dernier, n'a pas réussi à profiter du Grand Prix du Portugal pour rebondir.

À ce stade de la saison, c'est Brad Binder qui a obtenu les meilleurs résultats, ayant cumulé 24 points en cinq courses qui le placent 11e au classement général. Son meilleur placement est une cinquième position, décrochée précisément à Portimão, et par la suite égalée par Danilo Petrucci au Mans. Un résultat toutefois trop faible aux yeux de Binder, vainqueur l'an dernier à Brno et que l'on n'a plus revu sur le podium depuis. Retrouver le top 3 est l'objectif que poursuit le pilote sud-africain, déterminé à y parvenir d'ici au plus tard en Autriche, au mois d'août.

"Je veux monter sur le podium avant la mi-saison, c'est sûr. C'est quelque chose que je vois clairement à notre portée. Ça va arriver, c'est sûr, mais j'aimerais clairement que ce soit le plus tôt possible", affirme-t-il auprès du site officiel du MotoGP.

"Cette année a été dure jusqu'à présent. À certains moments, j'ai eu le sentiment de donner vraiment le meilleur de moi-même et quand je me suis arrêté j'étais quelque chose comme 17e ! Particulièrement au Qatar, où c'était vraiment difficile pour nous. Au Qatar 2, on a bien progressé le jour de la course. Portimão a été plutôt OK, au moins on a fini dans le top 5. À Jerez, je suis tombé dans le deuxième tour, ce qui était un désastre car j'avais en fait eu un assez bon rythme tout le week-end."

Lire aussi :

"Notre moto a de très gros points forts, mais elle a plusieurs points qui nous rendent la vie difficile, et certaines pistes font plus ressortir le problème que d'autres", constate Brad Binder. "Le principal que nous devrions essayer de trouver, c'est d'avoir un peu plus de turning naturel, au moment où l'on arrête de freiner et juste avant d'ouvrir les gaz. SI on pouvait faire en sorte d'emmener un peu mieux la moto, ça ferait beaucoup. On va voir. Je pense qu'on a trouvé quelque chose pendant le test de Jerez pour améliorer cela."

Si le travail mené lors du test post-course de Jerez a effectivement laissé entrevoir des solutions, Binder n'a pas vraiment pu en profiter lors du Grand Prix suivant, au Mans, où une météo très instable a largement conditionné le week-end jusqu'à livrer la première course flag-to-flag en quatre ans. Parti parmi les derniers qualifiés, il avait quitté la Sarthe avec les trois points de la 13e place.

"Même si ça n'est pas une période très facile pour nous, je trouve que je comprends les choses de façon beaucoup plus claire", souligne-t-il malgré tout. "À chaque fois qu'on change quelque chose sur la moto, je le ressens beaucoup plus et très souvent j'ai vraiment le sentiment de savoir exactement ce qu'on a besoin d'améliorer. La saison dernière, souvent, même si je pensais que quelque chose n'était pas parfait, je me contentais un peu de piloter la moto. Le set-up de base était assez nouveau et on faisait avec, tandis que cette année on essaye de rechercher un petit quelque chose en plus."

partages
commentaires

Related video

Jack Miller prolonge son contrat avec Ducati
Article précédent

Jack Miller prolonge son contrat avec Ducati

Article suivant

Pourquoi le MotoGP ne suit pas la voie de la F1 sur le gel des moteurs

Pourquoi le MotoGP ne suit pas la voie de la F1 sur le gel des moteurs
Charger les commentaires