Le pari fou de Brad Binder : "La vie favorise les courageux !"

Brad Binder se souviendra longtemps des sensations rencontrées dans les ultimes kilomètres du Grand Prix d'Autriche ! Sur des œufs sous la pluie avec des pneus slicks après avoir fait le choix de ne pas entrer aux stands pour changer de moto, le Sud-Africain a signé un succès retentissant.

Le pari fou de Brad Binder : "La vie favorise les courageux !"

Adepte de ce qu'il appelle volontiers lui-même un pari en fin de course en décidant d'être le seul de son groupe de six pilotes à ne pas entrer aux stands pour changer de moto et disposer de pneus pluie pour boucler les ultimes kilomètres, Brad Binder a signé un succès aussi héroïque qu'inattendu, dimanche sur le Red Bull Ring.

Celui qui s'était déjà offert une fin de course sensationnelle le week-end dernier en gagnant deux positions dans le dernier tour et terminant quatrième a cette fois saisi une opportunité comme peu de pilotes sont capables de convertir. Réaction à chaud d'un vainqueur encore hagard après avoir tout fait pour maintenir en piste une monture quasi-impossible à piloter.

Comment diable as-tu fait ça ?

Quand j'ai vu que tout le monde s'engouffrer dans les stands, j'ai vu une opportunité. J'ai décidé que je préférais prendre le risque de chuter plutôt que d'être dans le top 5. C'est un Grand Prix important pour nous, pour KTM, pour Red Bull. J'ai gagné ici en Moto2 et je sais ce que ça fait de gagner sur son Grand Prix local, et le faire en MotoGP est une sensation incroyable. C'est un énorme pari mais je suis vraiment content que ça ait payé !

N'as-tu jamais pensé à entrer toi aussi dans les stands ?

Je savais qu'il restait trois tours à faire, donc si je n'étais pas rentré au moment où ils [le groupe dans lequel il se trouvait, ndlr] l'ont fait, je ne devais rentrer du tout. Oui, j'ai réussi à aller jusqu'au bout, tant bien que mal. Le plus gros problème était de ne pas avoir de freins, parce que les freins en carbone étaient froids et dès que le pneu arrière a refroidi, je ne pouvais plus non plus ouvrir les gaz ! J'ai réussi à faire le tour de la piste et en quelques occasions, j'ai cru que c'était fini mais j'ai réussi à garder la moto debout et suis donc très heureux que ce pari ait payé…

Parle-nous de ce dernier tour, des émotions ressenties avec la victoire si proche…

La chose la plus difficile pour moi a été le dernier tour. Parce que je savais que j'avais neuf secondes d'avance sur la deuxième place, mais neuf secondes ce n'est pas assez quand ils sont en pneus pluie et que vous êtes en pneus slicks ! Je ne savais pas si le gars derrière moi avait des pneus pluie ou des pneus slicks, alors j'ai décidé d'aller aussi vite que possible. Je suis sorti de la piste au premier virage et je suis resté sur la piste après ça, mais à peine, parce que je ne pouvais pas m'arrêter quand il le fallait et je ne pouvais pas non plus ouvrir les gaz. Mais bon, ça a marché, alors je m'en fiche un peu ! [rires]

Lire aussi :

La semaine dernière, Darren [Binder, son frère qui roule en Moto3, ndrl] a dit que votre père vous a toujours dit que la chance souriait aux courageux. Quelle a été l'influence de ton père aujourd'hui ?

Ouais, l'un des dictons préférés de mon père est que la vie favorise les courageux, donc c'était le cas aujourd'hui. Et oui, une chose est sûre, je me souviens que mon frère m'a dit qu'il y avait une bonne adhérence sur le mouillé, même avec les slicks, donc ça a eu un gros impact sur ma décision aujourd'hui. Et dans le dernier tour, j'ai contesté ce qu'il avait dit sur les niveaux d'adhérence ! [rires] Mais quoi qu'il en soit, en voir le bout, franchir la ligne et arriver premier, c'est incroyable. Je suis si heureux !

Ce genre de résultat va te donner un grand coup de pouce pour la fin de la saison, n'est-ce pas ?

Bien sûr, j'en avais vraiment besoin aujourd'hui. Je voulais, j'avais envie d'un podium. Vous savez, ça fait tellement longtemps. Je ne me souviens pas de la dernière fois où j'ai passé une année sans monter sur le podium. Et la nuit dernière, tout ce que je voulais c'était de rentrer à la maison avec un podium et si j'étais passé par les stands, je ne pense pas que je l'aurais fait, ou ça aurait été beaucoup plus difficile. Donc, nous sommes sortis vainqueurs aujourd'hui et je suis super content de ça !

Lire aussi :

Avec Angus Martin

partages
commentaires
Bagnaia ne pense pas qu'il aurait battu Binder en restant en slicks
Article précédent

Bagnaia ne pense pas qu'il aurait battu Binder en restant en slicks

Article suivant

Aucune déception pour Marc Márquez, qui s'est "amusé"

Aucune déception pour Marc Márquez, qui s'est "amusé"
Charger les commentaires