MotoGP
C
GP d'Andalousie
24 juil.
-
26 juil.
Prochain événement dans
17 jours
C
GP de République Tchèque
06 août
-
09 août
Prochain événement dans
30 jours
C
GP d'Autriche
13 août
-
16 août
Prochain événement dans
37 jours
C
GP de Styrie
21 août
-
23 août
Prochain événement dans
45 jours
10 sept.
-
13 sept.
Prochain événement dans
65 jours
C
GP d'Émilie-Romagne
18 sept.
-
20 sept.
Prochain événement dans
73 jours
25 sept.
-
27 sept.
Prochain événement dans
80 jours
09 oct.
-
11 oct.
Prochain événement dans
94 jours
16 oct.
-
18 oct.
Prochain événement dans
101 jours
C
GP du Teruel
23 oct.
-
25 oct.
Prochain événement dans
108 jours
C
GP d'Europe
06 nov.
-
08 nov.
Prochain événement dans
122 jours
13 nov.
-
15 nov.
Prochain événement dans
129 jours

Le calendrier se précise : de 12 à 16 GP en projet

partages
commentaires
Le calendrier se précise : de 12 à 16 GP en projet
Par :
3 juin 2020 à 11:05

Le PDG de la Dorna a apporté de nouvelles précisions sur les travaux en cours pour sauver la saison MotoGP. Le nombre de courses se précise et certaines équipes pourront augmenter leurs effectifs.

Le nouveau calendrier MotoGP pour la saison 2020 prend forme et devrait être officialisé dans les prochains jours, comme l'a confirmé Carmelo Ezpeleta dans un nouveau point sur la situation fait sur le site officiel du championnat. Comme prévu, la saison s'appuiera très fortement sur l'Europe, avec des épreuves s'étendant de juillet à novembre, avant d'espérer quitter le continent ensuite. On sait cependant que les espoirs de tenir des Grands Prix hors d'Europe se réduisent à quatre courses seulement après les récentes annulations de l'Australie et du Japon.

"Nous espérons présenter notre calendrier la semaine prochaine", indique le PDG de Dorna Sports. "Si tout va bien, cela commencera le 19 juillet à Jerez et les courses les plus tardives auront lieu début novembre, ce qui donnera un total de 12 ou 13 manches − c'est encore à décider. Les quatre courses hors d'Europe qui n'ont pas été annulées seront également présentées, à savoir la Thaïlande, la Malaisie, les États-Unis et l'Argentine. Nous les noterons comme étant soumises à une approbation."

Lire aussi :

Selon les plans de la Dorna, le championnat tentera d'optimiser au maximum les possibilités se présentant avec les circuits sur lesquels il sera possible de se rendre. C'est dans cette optique que la première épreuve, à Jerez, doit être immédiatement suivie par une autre, comme le fait également la F1 dont le calendrier a été dévoilé hier. Le but est également de tenir un troisième week-end de course dans la foulée, cette fois pour le WorldSBK. Bien que ce projet ne puisse pas concerner tous les Grands Prix, cela permettrait toutefois d'inscrire un plus grand nombre de courses au programme.

Puis se posera la question des épreuves plus distantes des bases européennes. Si Carmelo Ezpeleta avait initialement fixé à septembre la période où serait confirmé le nombre total d'épreuves que comptera le championnat, c'est finalement peu de temps après le début de la saison que les concurrents auront une vision complète. "Nous placerons une date limite à fin juillet pour dire à tout le monde si nous continuons ou si nous nous arrêtons [après l'Europe]. Cela signifie qu'après deux courses, nous saurons si le calendrier comptera 12-13 courses ou un maximum de 16", souligne le patron espagnol.

Ce projet d'agenda a été présenté aux constructeurs lors d'une récente réunion, l'occasion également de faire le point sur le protocole sanitaire sur lequel s'appuiera la reprise du championnat. Carmelo Ezpeleta indique qu'une visite médicale devra être passée par les pilotes avant qu'ils quittent leur pays de résidence, puis ce sont les mesures de tests et d'isolement déjà détaillées qui s'appliqueront. Le but : réduire le paddock et le contenir dans un lieu aussi limité que possible, avec très peu de contacts avec le monde extérieur.

Lire aussi :

"Nous avons défini un protocole très précis et nous avons travaillé avec les ministères des Sports des différents pays dans lesquels nous nous rendrons, en quête d'idées quant à ce que nous pouvons faire", rappelle le promoteur du MotoGP. "Avant toute chose, pour venir courir tous les pilotes devront passer un examen médical et si le médecin décide qu'ils ont besoin de subir un test [de détection] du coronavirus, ils devront le faire avant de se rendre sur la première course en Espagne. Ensuite, avant de [rejoindre] le paddock, il y aura un autre test, puis il y aura un protocole avec beaucoup de contrôles chaque jour et surtout des distanciations entre les personnes. Nous avons aussi des mesures portant sur les endroits où manger et ce genre de choses. Les gens ne feront qu'aller de l'hôtel au circuit et du circuit à l'hôtel."

"Cela vaut bien entendu pour la situation telle qu'elle est actuellement", poursuit Carmelo Ezpeleta. "Si, d'ici au mois de juillet, la situation des citoyens de tous les pays est plus flexible, alors bien sûr nous autoriserons [plus de choses]. Mais le principe est que nous voulons isoler le paddock du reste : il n'y aura pas de connexion entre la famille MotoGP et les employés permanents et les commissaires qui travaillent sur les circuits."

5 personnes supplémentaires pour les teams factory

Le patron de la Dorna précise qu'une autre modification a été décidée quant au nombre maximum de personnes qui pourront composer les équipes sur le circuit : "La famille MotoGP comptera moins de 1300 personnes. Nous avons finalement augmenté de cinq personnes le nombre de membres dans les équipes factory de la catégorie MotoGP. Les chiffres pour les autres équipes MotoGP et celles du Moto2 et du Moto3 restent tels que nous les avons proposés au début." Cela signifie que les six équipes officielles de la catégorie reine pourront compter jusqu'à 45 personnes, tandis que les équipes satellites seront limitées à 25, celles du Moto2 à 20 et celles du Moto3 à 15.

Lire aussi :

"Nous avons eu une réunion très profitable avec les constructeurs. Nous leur avons exposé le protocole avant de le présenter aux autorités espagnoles et ensuite aux autres autorités. Nous nous sommes mis d'accord sur plusieurs choses et nous leur avons donné la possibilité de nous dire ce qu'ils pensaient des différentes options", ajoute Carmelo Ezpeleta. "C'est là que nous avons validé le nombre de moteurs [autorisés] sur la base du nombre de courses que nous aurons pendant la saison 2020, ce qui a été validé à l'unanimité par tous les constructeurs. Nous avons aussi parlé de la nécessité d'arranger les choses pour l'avenir. Il s'agissait principalement d'avoir une vision du protocole et d'approuver le nombre de moteurs pour la saison 2020."

Article suivant
Misano tente d'obtenir deux dates au calendrier 2020

Article précédent

Misano tente d'obtenir deux dates au calendrier 2020

Article suivant

Lorenzo "un peu soulagé" après l'annulation de sa wild-card

Lorenzo "un peu soulagé" après l'annulation de sa wild-card
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP , Moto2 , Moto3
Auteur Léna Buffa