Les anciens champions australiens certains du succès de Gardner en MotoGP

Admiratifs des progrès de Remy Gardner ces derniers mois, les trois anciens Champions du monde 500cc et MotoGP venus d'Australie saluent la promotion du jeune pilote dans la catégorie. Parmi eux, Wayne Gardner affiche bien sûr une fierté toute particulière.

Les anciens champions australiens certains du succès de Gardner en MotoGP

Pour la première fois depuis 2009, la catégorie MotoGP comptera l'an prochain deux engagés australiens à temps plein. Jack Miller sera en effet rejoint par Remy Gardner, promu par le groupe KTM pour faire ses débuts au sein du team Tech3.

Lire aussi :

À 23 ans, le natif de Sydney est récompensé pour la tournure majeure qu'a prise sa carrière depuis 2019, lui qui mène actuellement le championnat Moto2 après quelques années de galère. Ses deux premières saisons mondiales, en particulier, sont de douloureux souvenirs au vu du peu de points qu'il avait pu en retirer, que ce soit en Moto3 en 2015 ou en Moto2 l'année suivante. Deux saisons chez Tech3 dans la catégorie intermédiaire ont grandement contribué à sa mise à niveau, malgré quelques pépins et notamment sa fracture des deux jambes à l'entraînement.

Revenu sur la Kalex en 2019, il a opéré les progrès décisifs avec le team SAG, en montant sur le podium pour la première fois au début de sa première saison avec l'équipe espagnole et en concluant leur collaboration par une victoire, à Portimão en novembre dernier. Son intégration cette année au puissant team Ajo, partenaire de KTM et de Red Bull en Moto2, l'a vu franchir un pas de plus et son début de championnat a été des plus impressionnants. Jamais classé au-delà de la quatrième place, il vient d'enchaîner deux victoires et affiche une maîtrise qui traduit la maturité acquise au fil des années.

Jugeant la promotion de Remy Gardner "inévitable", Mick Doohan ne cache pas son admiration pour son parcours. "Il est l'homme du moment, il fait tout ce qu'il faut faire. Je pense qu'il aura un énorme potentiel sur une MotoGP et j'ai hâte de l'y voir", déclare au site officiel le quintuple Champion du monde 500cc. "Je pense qu'il va évoluer rapidement parce que je crois qu'il est différent : très à l'aise, très cool et mesuré. J'espère le voir performer au plus haut niveau, je pense qu'il pourra assez bien y arriver."

Pour lui, ce recrutement intervient au moment opportun, à la fois pour les progrès accomplis par Gardner et pour les performances actuelles de la RC16 qu'il pilotera dans quelques mois. "Les KTM deviennent de plus en plus fortes, alors ce pourrait être le bon moment pour les rejoindre. Hervé Poncharal et Tech3 ont fait émerger beaucoup de pilotes, alors c'est excitant", juge celui qui reste le plus grand champion australien en Grand Prix avec ses cinq titres.

Casey Stoner reçoit une réplique du trophée première-classe en reconnaissance du championnat du monde de 2007 et pose avec Mick Doohan et Wayne Gardner

Wayne Garder, Mick Doohan et Casey Stoner : les trois champions australiens de la catégorie reine.

Lorsque Mick Doohan a remporté son premier titre, en 1994, il s'inscrivait lui-même dans la continuité de Wayne Gardner, qui avait ouvert la voie en 1987 dans la catégorie reine. Aujourd'hui, l'ancien pilote emblématique du team Rothmans Honda ne peut masquer sa fierté en observant le parcours de son fils, né après la fin de sa carrière en moto.

"Je pense clairement qu'il a fait ses preuves, qu'il a démontré qu'il est rapide et en contrôle. Il a beaucoup progressé, en particulier ces douze derniers mois", observe le père. "La route a été tortueuse ces dernières années avant qu'il en arrive à avoir la bonne équipe et la bonne moto, le bon équipement, mais il a percé et il fait du super boulot. Je ne suis pas surpris, mais je suis aussi très fier de lui."

"C'est un honneur d'avoir mon fils ici… J'ai beau avoir peur et être nerveux en le regardant, je suis aussi très fier de lui", ajoute Wayne Gardner. "Remy est très talentueux et il a un grand avenir, mais c'est simplement un plaisir de le voir obtenir des résultats désormais. Avoir l'opportunité d'aller en MotoGP l'année prochaine est un rêve, un objectif dans une vie. Je suis super heureux pour lui, de le voir réaliser son rêve. Il l'a fait et je sais qu'il a le talent et le potentiel pour faire du très bon boulot l'année prochaine. Je suis certain qu'il sera quelque part devant. Je sais à quel point il est talentueux, je le sais depuis ses deux ans."

Troisième homme à avoir mené l'Australie au titre dans la catégorie reine des Grands Prix moto, en 2007 puis 2011, Casey Stoner observe lui aussi avec intérêt l'éclosion de ce nouveau talent. "Ce sera génial d'avoir un autre Australien dans la catégorie reine. Ça fait longtemps qu'on n'en a pas eu deux en MotoGP", souligne le jeune retraité. "Remy s'est vraiment révélé. C'est surtout le cas cette année, mais on l'a vu mûrir ces dernières années et c'était vraiment bien à voir. Et avec une super opportunité comme celle qu'il a eue, ce sera excitant de voir ce qu'il nous réservera l'année prochaine."

Quant à Jack Miller, il accueille déjà son futur adversaire à bras ouverts, pas peu fier de contribuer au retour d'un binôme australien 13 ans après la dernière saison complète de Casey Stoner et Chris Vermeulen. "C'est fantastique de voir un autre Australien passer en MotoGP, c'est un formidable accomplissement. Je sais personnellement à quel point il est difficile d'arriver en Europe, de s'établir et au final d'arriver en MotoGP", note le pilote Ducati, lui aussi contraint de quitter son pays dans ses jeunes années, comme l'a fait Remy Gardner pour s'installer en Espagne à 13 ans. "Il a fait un boulot fantastique et il a clairement une grosse année devant pour essayer de devenir Champion du monde en Moto2. Ce sera vraiment génial pour le pays et j'ai hâte de m'aligner à ses côtés l'année prochaine."

partages
commentaires

Related video

Quartararo craint la montée en puissance d'Oliveira
Article précédent

Quartararo craint la montée en puissance d'Oliveira

Article suivant

Márquez arrive affaibli sur sa piste fétiche du Sachsenring

Márquez arrive affaibli sur sa piste fétiche du Sachsenring
Charger les commentaires