MotoGP
C
GP d'Espagne
30 avr.
-
03 mai
Prochain événement dans
41 jours
14 mai
-
17 mai
Prochain événement dans
55 jours
C
GP d'Italie
28 mai
-
31 mai
Prochain événement dans
69 jours
04 juin
-
07 juin
Prochain événement dans
76 jours
C
GP d'Allemagne
18 juin
-
21 juin
Prochain événement dans
90 jours
C
GP des Pays-Bas
25 juin
-
28 juin
Prochain événement dans
97 jours
C
GP de Finlande
09 juil.
-
12 juil.
Prochain événement dans
111 jours
C
GP de République Tchèque
06 août
-
09 août
Prochain événement dans
139 jours
C
GP d'Autriche
13 août
-
16 août
Prochain événement dans
146 jours
C
GP de Grande-Bretagne
27 août
-
30 août
Prochain événement dans
160 jours
C
GP de Saint-Marin
10 sept.
-
13 sept.
Prochain événement dans
174 jours
25 sept.
-
27 sept.
Prochain événement dans
189 jours
02 oct.
-
04 oct.
Prochain événement dans
196 jours
C
GP du Japon
15 oct.
-
18 oct.
Prochain événement dans
209 jours
C
GP d'Australie
23 oct.
-
25 oct.
Prochain événement dans
217 jours
C
GP de Malaisie
29 oct.
-
01 nov.
Prochain événement dans
223 jours
13 nov.
-
15 nov.
Prochain événement dans
238 jours
20 nov.
-
22 nov.
Prochain événement dans
245 jours
27 nov.
-
29 nov.
Prochain événement dans
252 jours

Coronavirus : déception et compréhension après les annulations

partages
commentaires
Coronavirus : déception et compréhension après les annulations
Par :
2 mars 2020 à 17:30

Une course MotoGP annulée et l'autre reportée : en l'espace de quelques heures, le début de saison de la catégorie reine des compétitions moto a été repoussé d'un mois. Une situation exceptionnelle face à laquelle les pilotes et directeurs d'équipes se montrent compréhensifs.

Les pilotes MotoGP ont été nombreux à faire part de leur tristesse lorsqu'a été annoncé que le début de leur championnat était repoussé. Avec l'annulation du Grand Prix du Qatar pour la catégorie reine puis le report à une date indéterminée du Grand Prix de Thaïlande, ils vont en effet devoir patienter un mois de plus avant d'entamer leur saison, la première épreuve potentielle étant celle d'Austin, au programme du 3 au 5 avril.

"J'attendais la première course depuis que la dernière s'était terminée. Très triste et déçu après avoir aussi bien travaillé, mais c'est comme ça… On verra bien quand sera notre première course", a écrit Fabio Quartararo sur ses réseaux sociaux, partageant cette tristesse entre autres avec les pilotes Suzuki, Álex Rins et Joan Mir. Il faut dire qu'ils avaient toutes les raisons d'être impatients d'en découdre lors de la première manche initialement prévue pour cette semaine, eux qui ont affiché leur potentiel et leurs ambitions pendant les essais de pré-saison.

 

Maverick Viñales ne cache pas non plus sa déception, alors qu'il est sorti grand favori de ces derniers tests de préparation, il y a une semaine. "C'est dommage que le GP du Qatar ait été annulé pour nous et que le GP de Thaïlande ait été reporté, car ce sont des pistes que j'apprécie beaucoup et je pense que j'y suis très fort. Nous avons terminé le test du Qatar avec des sensations très positives, j'étais donc impatient de disputer la première course", regrette le pilote espagnol.

"Je me sens aussi désolé pour les fans au Qatar et en Thaïlande, qui doivent être déçus. Mais je comprends parfaitement la situation critique que nous vivons avec le coronavirus. Nous ne pouvons qu'espérer que la situation reviendra à la normale dès que possible afin que nous puissions commencer bientôt le championnat", ajoute Viñales.

Lire aussi :

Pilotes et membres d'équipes ne peuvent en effet que se résigner et accepter ces décisions en attendant des jours meilleurs. Alors que la situation évolue de jour en jour, poussant à de nouvelles annulations d'événements sportifs et culturels, les 22 pilotes MotoGP se tournent à présent vers le Grand Prix des Amériques, initialement censé être la première manche de la saison. Vendredi, les organisateurs de l'épreuve texane se sont eux-mêmes dits favorable à son maintien, puis ce sont ceux du Grand Prix d'Argentine, la manche suivante, qui ont réaffirmé la tenue de leur épreuve.

Pour certains pilotes, rallonger la pause d'un mois peut être perçu comme une bonne nouvelle, à l'image des trois coureurs qui se remettent encore actuellement d'une opération de l'épaule − Marc Márquez, Takaaki Nakagami et Miguel Oliveira. Andrea Iannone pourrait lui aussi en être avantagé si le verdict tardif de la Cour disciplinaire internationale avait eu pour conséquence de lui faire manquer l'épreuve qatarie. Mais d'autres ne cachent pas qu'il s'agit d'un changement quelque peu frustrant alors que leur programme d'entrainement hivernal arrivait à son terme.

"Ce matin, je me suis réveillé et je me suis dit 'enfin, mardi je vais partir pour le GP du Qatar", écrivait Pecco Bagnaia sur ses réseaux sociaux hier, après l'annonce portant sur la course de Losail. "J'avais hâte de vivre ce moment. Après le GP de Valence, j'ai travaillé et me suis entraîné dur dans le seul but d'être prêt pour la nouvelle saison. [C'est] très triste, mais nous ne pouvons rien faire pour changer la situation. J'espère qu'elle s'améliorera rapidement et en attendant on va travailler comme si rien n'avait changé. C'est la seule chose que l'on puisse faire pour le moment."

"C'est vraiment une mauvaise nouvelle, c'est vraiment dommage… Après un hiver passé à s’entraîner, nous étions prêts à commencer la saison, tant physiquement que psychologiquement. Après le test au Qatar, je voulais vraiment commencer et disputer la première course", regrette également Valentino Rossi. "L'annulation de la catégorie MotoGP au Qatar est une mauvaise nouvelle, y compris pour les fans, car nous ne savons désormais pas combien nous allons devoir attendre avant de pouvoir commencer à courir. C'est clairement long, étant donné que le prochain Grand Prix, en Thaïlande, a été reporté pour toutes les catégories. J'espère que tout ira mieux dans les prochaines semaines."

Lire aussi :

Les directions des équipes qui se sont exprimées sur le sujet ont affiché leur solidarité avec les décisions prises, rappelant à quel point la situation est exceptionnelle et dépasse largement les frontières du MotoGP. "C'est une situation unique et difficile, par bien des aspects", souligne notamment Massimo Meregalli, directeur de l'équipe officielle Yamaha. "Bien entendu, nous sommes tous très déçus [...], nous sommes aussi désolés pour les fans, à qui nous devons demander de rester patients un peu plus longtemps [...]. Mais malheureusement, compte tenu des circonstances, la FIM, l'IRTA et la Dorna n'avaient pas le choix. S'ils avaient maintenu la catégorie MotoGP pour le GP du Qatar, une grande partie de notre équipe et même du paddock n'aurait pas été en mesure d'assister à l'épreuve, ce qui aurait causé toutes sortes de problèmes, de la logistique à un manque d'effectif, en passant par des pilotes dans l'incapacité d'être présents. La décision d'annuler la catégorie MotoGP n'a clairement pas été prise à la légère et le report du GP de Thaïlande n'a pas non plus été une décision facile à prendre pour le gouvernement thaïlandais, mais l'inquiétude grandissante quant à l'épidémie du coronavirus devraient être prise très au sérieux."

"Certains membres de notre équipe sont restés au Qatar après les journées d'essais, car nous étions conscients du sérieux de l'épidémie", souligne Davide Brivio, son homologue chez Suzuki. "Mais à ce stade, le plus important c'est la sécurité des personnes, et nous devons respecter la décision prise par les autorités locales et par les instances du MotoGP. C'est un moment délicat et étrange pour tous, dans le monde entier, et nous devons envisager les courses les unes après les autres pour le moment et voir comment cela va évoluer dans les semaines à venir."

Article suivant
Ezpeleta affirme que la saison MotoGP aura bel et bien lieu

Article précédent

Ezpeleta affirme que la saison MotoGP aura bel et bien lieu

Article suivant

Les organisateurs du GP d'Argentine confirment leur épreuve

Les organisateurs du GP d'Argentine confirment leur épreuve
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Auteur Léna Buffa