Retour de la course handisport cette année au GP de France

Le public du Mans pourra à nouveau applaudir les pilotes handisport de la course internationale organisée en support des épreuves MotoGP, Moto2 et Moto3.

Retour de la course handisport cette année au GP de France
Tous les pilotes de l'International Bridgestone Handy Race
Le podium 600cc de l'International Bridgestone Handy Race
Emiliano Malagoli, président de Di. Di. Diversamente Disabili
Des fans
Le public

Le Grand Prix de France a créé l'événement en 2017, en organisant pour la première fois dans le cadre d'une manche MotoGP une course handisport, l'International Bridgestone Handy Race. À l'initiative des pilotes Stéphane Paulus et Emiliano Malagoli, l'événement avait vu le jour grâce au soutien de Lucio Cecchinello, de l'organisation du Grand Prix de France ainsi que de la Dorna et des fédérations.

Et cette première mondiale a su toucher le public très fourni du Mans, qui a chaleureusement encouragé ces pilotes émérites et valeureux, sous la pluie pendant les essais puis sous le discret soleil de la fin d'après-midi du samedi pour la course. Venus du monde entier, une trentaine d'hommes et de femmes ont pris la piste, au guidon de 600cc et de 1000cc, prouvant si besoin était que leur handicap ne les avait aucunement privés de leur passion pour la moto et de leur esprit de compétition.

Les succès d'Ulla Kulju (catégorie féminine), Maurizio Castelli (600cc) et Daniele Barbero (1000cc) ne sauraient rester sans suite, aussi le public du Mans aura l'opportunité d'assister à une nouvelle épreuve de l'International Bridgestone Handy Race cette année.

"Devant la réussite et l’engouement généré par cette épreuve, le Grand Prix de France moto ne pouvait qu’être le théâtre d’une seconde édition de cette épreuve inédite disputée dans le cadre du Championnat du monde MotoGP", confirment les organisateurs du Grand Prix.

Rendez-vous au Mans du 18 au 20 mai pour ce qui sera la cinquième manche de la saison MotoGP.

partages
commentaires
Yamaha : Rossi est le vrai maître d'œuvre du développement de la M1

Article précédent

Yamaha : Rossi est le vrai maître d'œuvre du développement de la M1

Article suivant

Poncharal : Zarco ne se laisse pas influencer par les chronos

Poncharal : Zarco ne se laisse pas influencer par les chronos
Charger les commentaires