Course - Jorge Martín tient sa première victoire !

Le rookie Jorge Martín a remporté le Grand Prix de Styrie, dixième manche de la saison, signant à la fois sa première victoire en MotoGP et celle de son équipe, le team Pramac.

Organisé cette année devant 26'000 spectateurs, le deuxième Grand Prix de Styrie de l'Histoire a été, comme le premier, disputé l'an dernier, interrompu au drapeau rouge. Dès le troisième tour, un impressionnant accident impliquant Dani Pedrosa et Lorenzo Savadori a en effet conduit à la suspension de l'épreuve afin que les équipes d'intervention puissent éteindre les flammes sur les deux machines et nettoyer la piste.

Initialement partie pour 28 tours, la course a donc repris au bout d'une demi-heure pour 27 boucles. La grille de départ initiale a été conservée et Jorge Martín a repris sa place en pole position. Lors du premier départ, le pilote Pramac s'était battu en duel contre Pecco Bagnaia durant les premiers tours, l'Italien occupant la tête au moment de l'interruption.

À l'extinction des feux, c'est Martín qui a signé le holeshot alors que, cette fois, Bagnaia a dégringolé à la quatrième place dès l'entrée dans le premier virage, passé par Joan Mir et Jack Miller. Rapidement, Johann Zarco a lui aussi pris l'avantage sur le #63, dont le calvaire ne faisait que commencer. Quelques minutes de plus et il était désormais huitième, passé par les deux pilotes LCR, avant de peu à peu glisser hors du top 10.

Miller avait quant à lui opportunément pris les commandes de la course dans le virage 3 de ce premier tour, mais Martín a rapidement réussi à récupérer le leadership, l'Australien glissant au troisième rang. Intercalé entre eux, Mir a su se replacer idéalement pour lorgner sur sa première victoire de la saison. Miller a vite perdu de sa superbe et, dans le sixième tour, c'est Fabio Quartararo qui a pu prendre l'avantage sur lui, le laissant sous la menace de Zarco.

L'Australien a pu résister, avant de finalement retrouver un bon élan à l'entrée dans le dernier tiers de la course. Il s'est alors rapproché de Quartararo, mais c'est lui qui a fini par céder, partant à la faute au virage 7 dans le 18e tour. S'il a tenté de repartir, Miller a finalement rejoint son stand. Game over.

 

Devant eux, Martín et Mir avaient fait le trou, grâce à un rythme notablement supérieur au reste du plateau. Le pilote Suzuki ne laissait toutefois aucun répit au rookie et un avertissement pour avoir dépassé les limites de la piste a ajouté encore un peu de pression au pilote Pramac, en quête de sa première victoire. Il a malgré tout réussi à éviter la correctionnelle et a même pu se détacher de son poursuivant dans les derniers tours, livrant une copie absolument parfaite.

Martín, qui avait déjà épaté en signant la pole position de son deuxième Grand Prix, puis en montant sur le podium, confirme tout le bien que le paddock MotoGP pense de lui en remportant ainsi sa première victoire dans la catégorie reine, en battant rien de moins que le Champion du monde ! Prouesse supplémentaire, il s'agit seulement de sa sixième course, puisqu'un grave accident au GP du Portugal l'a écarté plusieurs semaines.

Quartararo sur le podium, Zarco 6e

Derrière un Joan Mir finalement impuissant, Fabio Quartararo a empoché les gros points de la troisième place. Longtemps quatrième, Johann Zarco a quant à lui perdu gros en toute fin de course, passé par Brad Binder et Takaaki Nakagami.

C'était le point final de la longue lutte qui a animé ces rangs. Cela a commencé par la bagarre menée par les pilotes LCR pour ce qui était initialement la sixième place, Takaaki Nakagami et Álex Márquez ne cessant de se dépasser. Longtemps bloqué derrière eux, Álex Rins a pu porter une attaque dans le 16e tour pour prendre l'avantage sur le #73, désormais plus en difficulté. Brad Binder et Marc Márquez ont eux aussi profité de sa baisse de régime et une autre lutte s'est ouverte.

Nakagami a réussi à résister pour prendre la cinquième place, mais c'est Binder qui s'est montré le plus malin en fin de course, parvenant à la fois à dépasser le Japonais et à avaler Zarco, rattrapé par ce binôme irrésistible. Rins quant à lui a passé la ligne d'arrivée à la septième place, devant les frères Márquez.

Bagnaia était intercalé entre Marc et Álex Márquez sous le drapeau à damier, à une neuvième place déjà étonnante au vu du rythme qu'il avait initialement affiché, mais il a finalement dû se contenter de la 11e position puisqu'il a reçu trois secondes de pénalité pour ne pas avoir réalisé la pénalité long-lap qui lui avait été infligée.

Cela a placé le pilote Ducati derrière Dani Pedrosa au classement final. Après son accident glaçant lors de la première course, l'Espagnol a bien pris le second départ et a pu aller chercher ce solide résultat pour ce qui était son premier Grand Prix depuis fin 2018.

Lire aussi :

Avec Bagnaia, quatre autres pilotes ont été pénalisés pour avoir dépassé les limites de la piste, alors que beaucoup ont reçu un avertissement en ce sens pendant la course après un week-end massivement marqué par ce problème. Déjà privé hier de son meilleur temps en qualifications avec de lourdes conséquences, Enea Bastianini a ainsi écopé d'un long-lap alors qu'il occupait une belle 12e place. Cela l'a fait glisser à la 17e position… mais il a réussi à remonter au 12e rang grâce à une performance décidément impressionnante ce week-end.

Valentino Rossi a vu l'arrivée de cette course à la 13e place, devant son frère Luca Marini. Plus loin, Iker Lecuona a devancé Pol Espargaró, tous deux ayant également été pénalisés, ce qui a coûté au pilote Honda sa place dans les points.

Touché au poignet dans une lourde chute survenue vendredi, Miguel Oliveira a réussi à prendre le départ de cette course et il a même longtemps figuré dans le top 10. Lui qui avait signé ici-même sa première victoire l'an dernier, il a ensuite perdu une position puis a dû abandonner dans le 13e tour, visiblement touché par un problème sur son pneu avant.

Aleix Espargaró, qui partait septième, a dû abandonner dès le quatrième tour, apparemment en proie à un problème technique. Sa course avait mal tourné dès le (deuxième) départ, puisqu'on l'avait vu dégringoler à la 17e place, poussé à l'extérieur du virage 1 par un Marc Márquez qui s'était retrouvé en sandwich entre l'Aprilia et la Yamaha de Quartararo. Le pilote Honda, déjà impliqué dans un contact avec Mir au premier départ, a commis une nouvelle erreur au tour suivant en manquant à nouveau ce virage, contraint par la suite de remonter dans le peloton.

À noter également que Maverick Viñales a calé au départ du tour de chauffe avant le second départ, ce qui l'a obligé à partir de la pitlane et sans même réaliser ce tour. Il a ensuite repris quelques places, mais il a lui aussi écopé d'une pénalité long-lap qui lui a coûté sa 19e position et l'a replacé derrière Luca Marini et Cal Crutchlow. Il n'a pas été classé à l'arrivée.

GP de Styrie MotoGP

P. # Pilotes Moto Tours Ecart
1 89 Spain Jorge Martín
Ducati 27
2 36 Spain Joan Mir Mayrata
Suzuki 27 1.548
3 20 France Fabio Quartararo
Yamaha 27 9.632
4 33 South Africa Brad Binder
KTM 27 12.771
5 30 Japan Takaaki Nakagami
Honda 27 12.923
6 5 France Johann Zarco
Ducati 27 13.031
7 42 Spain Alejandro Álex Rins Navarro
Suzuki 27 14.839
8 93 Spain Marc Márquez Alentà
Honda 27 17.953
9 73 Spain Álex Márquez
Honda 27 19.059
10 26 Spain Dani Pedrosa
KTM 27 19.389
11 63 Italy Francesco Bagnaia
Ducati 27 21.667
12 23 Italy Enea Bastianini
Ducati 27 25.267
13 46 Italy Valentino Rossi
Yamaha 27 26.282
14 10 Italy Luca Marini
Ducati 27 27.492
15 27 Spain Iker Lecuona
KTM 27 31.076
16 44 Spain Pol Espargaró Villà
Honda 27 31.150
17 35 United Kingdom Cal Crutchlow
Yamaha 27 40.408
18 9 Italy Danilo Carlo Petrucci
KTM 27 48.114
12 Spain Maverick Viñales Ruiz
Yamaha 27 1'03.149
43 Australia Jack Peter Miller
Ducati 18 9 Laps
88 Portugal Miguel Ângelo Falcão de Oliveira
KTM 14 13 Laps
41 Spain Aleix Espargaró Villà
Aprilia 4 23 Laps
32 Italy Lorenzo Savadori
Aprilia 0

partages
commentaires
Drapeau rouge au GP de Styrie

Article précédent

Drapeau rouge au GP de Styrie

Article suivant

Lorenzo Savadori souffre d'une fracture de la malléole

Lorenzo Savadori souffre d'une fracture de la malléole
Charger les commentaires