MotoGP
13 sept.
-
15 sept.
Événement terminé
20 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
04 oct.
-
06 oct.
Événement terminé
18 oct.
-
20 oct.
Événement terminé
25 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé

Course - Márquez ne laisse aucune chance à Quartararo

partages
commentaires
Course - Márquez ne laisse aucune chance à Quartararo
Par :
20 oct. 2019 à 06:54

Le Champion du monde a signé lors du Grand Prix du Japon sa dixième victoire de la saison. Alors qu'il a affirmé sa domination sur Fabio Quartararo dès le début de course, c'est derrière eux que l'on a assisté aux plus grosses bagarres, avec une troisième place sur le podium restée indécise jusqu'à l'arrivée.

La pluie qui a frappé Motegi samedi a donné lieu à une situation assez confuse dans le choix des pneus, les pilotes manquant de roulage sur le sec et surtout de données avec des températures aussi douces qu'elles le sont aujourd'hui. Alors que Michelin proposait cette semaine des gommes un cran plus tendres que celles de l'an dernier, personne n'a fait le choix des pneus durs à l'avant comme à l'arrière, cependant l'hésitation entre le tendre et le medium a duré jusque dans les derniers instants et plusieurs changements ont été observés sur la grille de départ alors que le vent s'est levé et a fait baisser le thermomètre de quelques degrés.

Voir aussi :

Qualifié en pole position, Marc Márquez a fait le choix d'une monte medium-medium, le plus répandu parmi les 22 pilotes au départ. À l'extinction des feux, l'Espagnol a conservé l'avantage de sa pole pour signer le holeshot, alors que Fabio Quartararo a dépassé son coéquipier pour s'emparer de la deuxième place, Franco Morbidelli perdant quatre places en élargissant dans le premier virage. Tous deux s'élançaient alors avec un pneu medium à l'avant, mais soft à l'arrière, celui dont on ignorait s'il pourrait résister toute la course.

Sur la lancée de son bon départ, Quartararo a rapidement tenté une première attaque sur Márquez, mais le pilote Honda a repris les commandes dans l'avant-dernier virage, provoquant même une petite chaleur chez le Français. Qualifié quatrième, et doté des mêmes pneus que les pilotes Petronas, Maverick Viñales a perdu du terrain au départ au profit de Jack Miller et Cal Crutchlow. Si l'Anglais est rapidement rentré dans le rang, Miller s'est fait attaquer par Morbidelli, qui tentait de se replacer sur le podium provisoire, et a entamé avec lui un mano a mano musclé. Dans le même temps, Dovizioso bouclait un premier tour incisif pour se placer dans le top 5, annonçant là aussi la bagarre qu'il allait pouvoir mener avec eux.

Le duel entre Miller et Morbidelli s'est poursuivi avec la même intensité jusque dans le troisième tour, les deux hommes s'attaquant d'un virage à l'autre. Derrière eux, Dovizioso et Viñales étaient en embuscade, alors que Crutchlow et Petrucci commençaient à être légèrement détachés. Pendant ce temps, Márquez comptait déjà plus d'une seconde d'avance sur Quartararo au bout de deux tours, et bien que le Français a brièvement ramené l'écart à neuf dixièmes, il n'a jamais pu se rapprocher plus que cela.

Dès lors, la véritable bagarre qui allait animer les avant-postes était celle qui avait pour enjeu la troisième place du podium. Miller s'est momentanément détaché de ses trois poursuivants, profitant à n'en pas douter de ses deux pneus soft. Derrière lui, Dovizioso s'est longtemps heurté à Morbidelli, dans l'incapacité de lancer une attaque décisive sur le pilote Petronas, au point même de passer sur l'herbe mouillée à la sortie du virage 9 dans le septième tour. Dovizioso a malgré tout réussi à se maintenir dans son groupe et la bagarre n'en a été que plus serrée.

Miller en perdition, Dovizioso incisif jusqu'au bout

À partir de là, Miller a perdu de son élan. Si incisif en début de course, il s'est fait reprendre par Morbidelli, puis par Dovizioso et Viñales dans la foulée, rétrogradant ainsi au sixième rang alors que l'on se trouvait dans le 11e tour. Et les malheurs du pilote Pramac ne faisaient que commencer, car une autre menace pointait derrière. Auteur d'une impressionnante montée en puissance avec ses deux pneus medium, Álex Rins a mené une solide remontée et s'est peu à peu rapproché de cette lutte pour la troisième place. Le pilote Suzuki a ainsi passé Petrucci, puis dans le 12e tour Crutchlow, revenant à une seconde de Miller. Celui-ci apparaissait tellement en difficulté que ce n'était qu'une question de temps avant qu'il soit à son tour la victime de l'Espagnol. Et Rins a en effet réussi à passer Miller dans le 15e tour, puis dans la foulée, l'Australien, en perdition, a également été dépassé par Crutchlow puis par Mir.

Devant, la lutte pour la troisième place se poursuivait et c'est désormais Morbidelli qui est apparu vulnérable. Dans la seconde partie de la course, Dovizioso (medium-soft) puis Viñales (soft-medium) ont fini par avoir l'avantage sur le pilote Petronas, qui a rapidement perdu du terrain et a vu à son tour Rins se rapprocher dangereusement. Alors qu'ils avaient tous deux connu des passages délicats durant cette course, Dovizioso et Viñales n'en avaient pas fini et les derniers tours les ont vu s'affronter en duel pour cette troisième place sur le podium qui a connu tant de prétendants cet après-midi.

Crutchlow a repris du poil de la bête en fin de course, au point de réussir à déposséder Rins de la sixième place dans le 19e tour. Le pilote Suzuki restait pourtant très rapide. Il n'avait pas dit son dernier mot et l'a prouvé en se montrant toujours très mordant dans la roue de l'Anglais par la suite, néanmoins lorsque tous deux ont finalement repris Morbidelli dans le dernier tour, c'est Crutchlow qui a réussi à affirmer sa supériorité pour s'emparer in extremis de la cinquième place, sur la ligne d'arrivée, alors que Rins terminait derrière l'Italien en septième position.

Devant, Dovizioso et Viñales n'en finissaient plus de s'opposer pour le gain de la troisième position. Mais dans les ultimes instants de la course, la tendance a soudain changé et le pilote Ducati s'est à la fois détaché de son rival espagnol et rapproché de Quartararo. Il aura sans doute manqué un tour à l'Italien et Quartararo a bel et bien réussi à s'octroyer la deuxième place. Si la victoire lui échappe encore, le Français est tout de même récompensé car il s'adjuge aujourd'hui le titre de Rookie de l'année.

Quant à Marc Márquez, serein dès le début de la course, il a dû gérer une alerte avec une consommation de carburant ayant atteint sa limite. Il a malgré tout fait main basse sur sa dixième victoire de la saison, et n'est tombé en panne qu'après l'arrivée ! Il s'agit aussi de son 54e succès en catégorie reine, ce qui lui permet d'égaler Mick Doohan dans les tablettes du championnat. Et l'objectif principal est atteint, puisqu'il rapporte à Honda, à domicile, un deuxième titre cette année, celui des constructeurs.

Lorenzo hors des points, Rossi au sol

Auteur, à l'instar de son coéquipier, d'une solide deuxième moitié de course, Joan Mir a rallié l'arrivée à la huitième place. Il avait réussi à prendre l'avantage sur Jack Miller, ce que Danilo Petrucci est lui aussi parvenu à faire en fin de course pour se classer neuvième, devant l'Australien, dépité. Pol Espargaró a placé sa KTM en 11e position devant celle de Miguel Oliveira. Pecco Bagnaia, Mika Kallio et Aleix Espargaró ont marqué les derniers points en jeu, alors que Takaaki Nakagami a manqué la récompense pour son Grand Prix national et le dernier qu'il disputait cette année avant de se faire opérer à l'épaule.

Le Japonais a tout de même devancé Jorge Lorenzo, une nouvelle fois impliqué dans une bagarre pour les dernières places face à Karel Abraham ou encore Hafizh Syahrin. Sylvain Guintoli a lui aussi rallié l'arrivée, à la 20e place.

Lire aussi :

Valentino Rossi, qui s'était qualifié dixième et avait perdu quatre places dans le premier tour, a réussi à connaître un petit mieux à la mi-course, mais en restant bien loin des prouesses que réalisaient les trois autres pilotes Yamaha à l'avant de la course. Il était 11e lorsqu'il est finalement tombé dans le 21e tour. Andrea Iannone a lui aussi abandonné sur chute. Rappelons enfin que Tito Rabat n'a pas pris le départ, touché hier au poignet.

Japan GP du Japon - Course

P. # Pilotes Moto Temps Ecart
1 93 Spain Marc Márquez Alentà
Honda 42'41.492
2 20 France Fabio Quartararo
Yamaha 42'42.362 00.870
3 4 Italy Andrea Dovizioso
Ducati 42'42.817 01.325
4 12 Spain Maverick Viñales Ruiz
Yamaha 42'44.100 02.608
5 35 United Kingdom Cal Crutchlow
Honda 42'50.632 09.140
6 21 Italy Franco Morbidelli
Yamaha 42'50.679 09.187
7 42 Spain Alejandro Álex Rins Navarro
Suzuki 42'50.798 09.306
8 36 Spain Joan Mir Mayrata
Suzuki 42'52.187 10.695
9 9 Italy Danilo Carlo Petrucci
Ducati 42'55.708 14.216
10 43 Australia Jack Peter Miller
Ducati 43'00.401 18.909
11 44 Spain Pol Espargaró Villà
KTM 43'07.046 25.554
12 88 Portugal Miguel Ângelo Falcão de Oliveira
KTM 43'09.362 27.870
13 63 Italy Francesco Bagnaia
Ducati 43'11.475 29.983
14 82 Finland Mika Kallio
KTM 43'12.724 31.232
15 41 Spain Aleix Espargaró Villà
Aprilia 43'14.038 32.546
16 30 Japan Takaaki Nakagami
Honda 43'18.974 37.482
17 99 Spain Jorge Lorenzo Guerrero
Honda 43'21.902 40.410
18 17 Czech Republic Karel Abraham
Ducati 43'24.950 43.458
19 55 Malaysia Hafizh Syahrin Abdullah
KTM 43'27.698 46.206
20 50 France Sylvain Guintoli
Suzuki 43'31.727 50.235
46 Italy Valentino Rossi
Yamaha 35'48.024 4 Laps
29 Italy Andrea Iannone
Aprilia 12'42.954 17 Laps

Article suivant
Warm-up - Márquez le plus rapide

Article précédent

Warm-up - Márquez le plus rapide

Article suivant

Championnat - Quartararo meilleur rookie, Honda champion constructeurs

Championnat - Quartararo meilleur rookie, Honda champion constructeurs
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP du Japon
Catégorie Course
Lieu Twin Ring Motegi
Auteur Léna Buffa