Course - Miller retrouve la victoire, doublé Ducati à Jerez !

Sur une piste de Jerez qui n'avait plus vu Ducati s'imposer depuis 2006, c'est avec un doublé que le constructeur italien a bouclé cette édition 2021 du Grand Prix d'Espagne, remportée par Jack Miller ! Pour Fabio Quartararo, visiblement victime d'un problème physique, la déception est lourde.

Sur le circuit qui lui a valu sa première victoire mondiale, sa première pole position MotoGP puis ses deux premiers succès dans la catégorie reine, Fabio Quartararo était le plus grand favori du Grand Prix d'Espagne organisé à Jerez. Mais le Français, passé en tête du championnat à la dernière manche, s'est effondré dans la deuxième partie de la course, vraisemblablement victime d'un problème au bras droit, laissant la voie libre à des Ducati en embuscade.

Dans des conditions idéales, avec un bitume affichant désormais 40°C grâce au soleil printanier et à la baisse du vent qui, samedi, avait gêné les pilotes sur une moitié du circuit, tout le monde s'est présenté au départ avec le pneu arrière medium, considéré comme offrant le meilleur compromis entre performance et durée de vie, et ils n'ont été que trois (Viñales, Bastianini, Mir) à opter pour la gomme tendre à l'avant au lieu de ce milieu de gamme.

Lire aussi :

En pole position pour la quatrième fois de suite sur cette piste, Quartararo n'a donc pas affiché d'originalité dans son choix. S'il s'est un tout petit peu compliqué la vie durant la première partie de la course, c'est uniquement en se faisant déborder au départ. C'est Jack Miller qui a signé le holeshot en profitant de son départ depuis la première ligne et de l'efficacité de la Ducati à l'envol. Derrière lui, Franco Morbidelli est entré dans le premier virage deuxième en ayant réussi à résister à Pecco Bagnaia, les deux Italiens suivis par Quartararo.

À la fin du deuxième tour, le Français a réussi à passer Bagnaia, en lui faisant l'intérieur au virage 13, le long gauche qui conclut la piste. Désormais troisième, il a répété la même manœuvre au tour suivant, au même endroit, pour passer cette fois Morbidelli. Dans le même temps, Aleix Espargaró opérait le même dépassement sur Bagnaia juste derrière, pour se porter au quatrième rang. Le Français a alors immédiatement recollé à Miller avant de le déposséder de la première place, à nouveau dans le même virage. En trois tours, Quartararo semblait avoir fait le job !

D'emblée, le pilote Yamaha a pris quatre dixièmes de marge sur son rival australien. Derrière lui, Miller a commencé lui aussi à bénéficier d'une petite marge sur Morbidelli, alors qu'Aleix Espargaró s'est engagé dans une bagarre soutenue contre Bagnaia, auquel il a offert une belle résistance. Il a fallu attendre le huitième tour pour voir la Ducati avaler l'Aprilia dans la ligne droite de retour, et reprendre la quatrième place. Bagnaia a alors poursuivi son effort et, à la mi-course, il dépossédait Morbidelli de la troisième place provisoire.

Quartararo s'effondre soudain

À l'entrée dans le huitième tour, Quartararo comptait plus d'une seconde d'avance après avoir posté un temps de 1'37"770, le meilleur de la course. Mais la chevauchée fantastique du #20 n'allait pas durer bien longtemps. À la mi-course, coup de théâtre ! En proie à un évident problème, le Français a perdu gros en très peu de temps et a vu Miller fondre sur lui. Son rythme s'était tellement effondré, que cela paraissait alors inexorable : Miller a repris la tête de la course à dix tours de l'arrivée face à un Quartararo impuissant. Dans le 18e tour c'est Bagnaia, puis Morbidelli qui l'ont passé et repoussé hors du podium.

Lire aussi :

Jusqu'alors cinquième, Aleix Espargaró a soudain rétrogradé à sept tours de l'arrivée, passé tour à tour par Takaaki Nakagami et Joan Mir alors que le petit groupe fondait sur Quartararo pour le repousser à la septième place. Le Français se retrouvait alors à la merci de son coéquipier, Maverick Viñales, resté à distance de la tête de la course jusqu'alors. L'Espagnol, puis Johann Zarco (qui avait perdu quatre places au départ) ont alors passé sans difficulté le jeune Français, dont la seconde partie de course était décidément douloureuse à voir.

Venait ensuite Marc Márquez, qui avait fait son entrée dans le top 10 en passant son coéquipier Pol Espargaró dans le 12e tour. Encore dépassé par Espargaró, Miguel Oliveira et Stefan Bradl, Quartararo allait finalement passer la ligne d'arrivée à la 13e position. Peu après l'arrivée et un tour de décélération où il a semblé en grande souffrance, le Français a été aperçu dans le paddock de Jerez avec un sac de glace posé contre l'avant-bras droit.

Jack Miller, Ducati Team, Francesco Bagnaia, Ducati Team

À l'avant, Jack Miller a tenu bon et c'est sans se faire chahuter par son coéquipier, Pecco Bagnaia, qu'il est allé chercher cette victoire tant espérée, la première pour lui depuis celle avec laquelle il avait créé la surprise au Grand Prix des Pays-Bas 2016 ! Pied de nez ultime, Ducati signe un doublé inattendu à Jerez, alors que Franco Morbidelli décroche un solide podium au guidon de la Yamaha 2019.

Derrière Quartararo, les derniers points de cette course sont revenus à Danilo Petrucci et Iker Lecuona. Luca Marini a réussi à dépasser son frère, Valentino Rossi, pour se classer 16e.

Quatre pilotes sont tombés pendant cette course, à commencer par Álex Márquez piégé dans le virage 8 dès le premier tour. Brad Binder était dixième quand il a chuté au tour suivant, puis ce fut au tour d'Álex Rins, qui occupait la septième place mais s'est fait surprendre en élargissant dans le virage 6 tandis que son coéquipier tentait de le passer. Plus tard, c'est Enea Bastianini qui perdait la 12e place (qu'il occupait alors derrière Marc Márquez) en tombant. Tous les trois ont tenté de repartir, mais Binder allait en être quitte pour une nouvelle chute à la mi-course. Bastianini a quant à lui fini par abandonner au stand.

Spain GP d'Espagne - MotoGP - Course

P. # Pilotes Moto Temps Ecart Intervalle
1 43 Australia Jack Peter Miller
Ducati 41'05.602
2 63 Italy Francesco Bagnaia
Ducati 41'07.514 1.912 1.912
3 21 Italy Franco Morbidelli
Yamaha 41'08.118 2.516 0.604
4 30 Japan Takaaki Nakagami
Honda 41'08.808 3.206 0.690
5 36 Spain Joan Mir Mayrata
Suzuki 41'09.858 4.256 1.050
6 41 Spain Aleix Espargaró Villà
Aprilia 41'10.766 5.164 0.908
7 12 Spain Maverick Viñales Ruiz
Yamaha 41'11.253 5.651 0.487
8 5 France Johann Zarco
Ducati 41'12.763 7.161 1.510
9 93 Spain Marc Márquez Alentà
Honda 41'16.096 10.494 3.333
10 44 Spain Pol Espargaró Villà
Honda 41'17.378 11.776 1.282
11 88 Portugal Miguel Ângelo Falcão de Oliveira
KTM 41'20.368 14.766 2.990
12 6 Germany Stefan Bradl
Honda 41'22.845 17.243 2.477
13 20 France Fabio Quartararo
Yamaha 41'24.509 18.907 1.664
14 9 Italy Danilo Carlo Petrucci
KTM 41'25.697 20.095 1.188
15 27 Spain Iker Lecuona
KTM 41'25.879 20.277 0.182
16 10 Italy Luca Marini
Ducati 41'26.524 20.922 0.645
17 46 Italy Valentino Rossi
Yamaha 41'28.333 22.731 1.809
18 53 Spain Esteve "Tito" Rabat Bergada
Ducati 41'35.916 30.314 7.583
19 32 Italy Lorenzo Savadori
Aprilia 41'43.514 37.912 7.598
20 42 Spain Alejandro Álex Rins Navarro
Suzuki 41'43.836 38.234 0.322
33 South Africa Brad Binder
KTM 18'40.712 14 Laps 14 Laps
23 Italy Enea Bastianini
Ducati 18'50.719 14 Laps 10.007
73 Spain Álex Márquez
Honda

partages
commentaires
Limites de la piste : Oliveira s'interroge, Mir soutient la fermeté
Article précédent

Limites de la piste : Oliveira s'interroge, Mir soutient la fermeté

Article suivant

Championnat - Au tour de Bagnaia de passer en tête

Championnat - Au tour de Bagnaia de passer en tête
Charger les commentaires