Frayeur dans la pitlane puis chute pour Loris Baz

Loris Baz n'a pas ramené de points de Brno, au terme d'une course compliquée qui l'a vu chuter et, avant cela, faire malencontreusement tomber un mécanicien dans la pitlane.

Frayeur dans la pitlane puis chute pour Loris Baz
Loris Baz, Avintia Racing
Loris Baz, Avintia Racing
Loris Baz, Avintia Racing
Loris Baz, Avintia Racing
Loris BAZ
Loris Baz, Avintia Racing
Loris Baz, Avintia Racing
Loris Baz, Avintia Racing
Loris Baz, Avintia Racing
Loris Baz, Avintia Racing
Loris Baz, Avintia Racing

Le Grand Prix de République Tchèque s'est terminé sur une chute pour Loris Baz, piégé à sept tours de l'arrivée alors qu'il se trouvait en 14e position. C'était la conclusion d'une course mouvementée, qui a fait passer le pilote français par tout un panel d'émotions.

Baz avait pourtant mis toutes les chances de son côté, durant ce week-end tchèque, grâce à sa qualification directe en Q2. Malgré une hausse des températures qui lui a été préjudiciable et ne lui a pas permis de se montrer plus rapide en qualifications qu'il ne l'avait été dans la matinée, son troisième départ de la saison depuis le top 12 était acquis.

Seulement, la météo a changé la donne et, une fois installé sur la grille de départ, le pilote Avintia devait, comme ses adversaires, faire un choix complexe. "C’était une course compliquée", reconnaît Loris Baz. "Le choix des pneus s’est avéré délicat sur la grille, nous avons même envisagé de partir en slicks. Nous avons procédé comme d’habitude dans ces situations : nous réglons la deuxième moto comme celle avec laquelle nous nous alignons sur la grille. Aussitôt le départ donné, l’équipe configure alors la moto pour le sec, et cela prend au moins trois tours. J’aurais voulu changer de machine au premier passage, mais je savais qu’il fallait que je patiente."

Pitlane embouteillée et mécanicien au sol

C'est donc au quatrième tour que Baz a fait son passage par les stands pour sauter sur sa seconde machine, réglée pour le sec. Un tour dans lequel dix pilotes sur les 23 engagés ont opéré leur pitstop, or cette situation délicate a failli mal tourner.

"En rentrant, j’ai fait tomber la moto sur mon mécanicien en raison du peu de place qu’il y a à Brno sur la voie des stands", regrette le pilote français. "En quittant la pitlane, je pensais à ce qui venait de se passer et j'ai moi-même failli tomber. Il m'a fallu quelques tours pour retrouver ma concentration."

Une fois l'incident tant bien que mal digéré, Loris Baz a pu s'établir dans un bon rythme, en dépit du fait qu'il a rapidement dû céder au retour en force de Valentino Rossi, Andrea Dovizioso et Pol Espargaró. Il s'est alors établi en 14e position, qu'il occupait encore lorsqu'il est parti à la faute dans le 15e tour.

"J’ai peu à peu manqué de grip à l’arrière et la moto est devenue plus difficile à faire tourner. J’ai peut-être un peu trop forcé pour revenir sur Miller puisque j’ai chuté", explique-t-il. "C’est dommage, car c’est une occasion perdue d’inscrire des points. Je suis malgré tout content de ce que nous avons accompli durant les qualifications. Mais, même si nous arrivons à enregistrer des chronos rapides sur un tour, nous souffrons toujours sur de longs runs. Nous donnons néanmoins le maximum pour trouver le set-up idéal pour les courses."

Place dès vendredi à un nouveau rendez-vous, cette fois en Autriche. "Le circuit de Spielberg sied habituellement à la Ducati. J’espère donc y décrocher un bon résultat", anticipe Loris Baz, toujours 15e du championnat.

partages
commentaires
Rossi : un nouveau carénage appréciable, mais pas pour l'Autriche

Article précédent

Rossi : un nouveau carénage appréciable, mais pas pour l'Autriche

Article suivant

Calendrier 2018 : 19 GP dont la Thaïlande, et début anticipé

Calendrier 2018 : 19 GP dont la Thaïlande, et début anticipé
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP de République Tchèque
Catégorie Dimanche - Course
Lieu Brno Circuit
Pilotes Loris Baz
Équipes Reale Avintia Racing
Auteur Léna Buffa