Course - Carton plein pour Quartararo !

Fabio Quartararo a fait son retour à la victoire en remportant le Grand Prix de Catalogne, alors qu'Andrea Dovizioso, arrivé à Barcelone en leader du championnat, a été emmené au sol dès le premier tour par Johann Zarco.

Course - Carton plein pour Quartararo !

À l'heure d'aligner les 22 pilotes sur la grille de départ, le sujet qui animait toutes les conversations était banal en ce début d'automne : la météo. Seulement, pour une course habituellement disputée en juin et pour laquelle les pneus fournis sont les mêmes que ceux dont auraient disposé les pilotes à la date classique de ce Grand Prix, c'est avec inquiétude que l'on observait de manière compulsive un thermomètre qui refusait obstinément de grimper.

Après les courses Moto3 et Moto2 disputées peu avant, la piste n'affichait que 21-22°C et l'on comptait seulement 17°C dans l'air, soit la température la plus basse enregistrée à cette heure depuis le début du week-end. Les pneus tendres ont logiquement été privilégiés par l'ensemble des pilotes (les seules exceptions étaient les gommes medium montées à l'arrière par Binder, Aleix et Pol Espargaró, Álex Márquez et Oliveira), mais encore fallait-il réussir à les faire monter en température puis les faire durer 24 tours en limitant leur dégradation, une équation que chacun savait complexe.

Lire aussi :

En pole position pour la première fois de sa carrière en MotoGP, Franco Morbidelli a réussi son envol et tenu les commandes de la course dans le premier virage, suivi par Jack Miller et Fabio Quartararo. Avant la fin du premier tour, Valentino Rossi avait passé l'Australien, affirmant ses ambitions pour ce qui était son 350e Grand Prix en catégorie reine, en quête d'un 200e podium et potentiellement d'une première victoire depuis 2017.

Mais le premier coup de théâtre de cette course se déroulait derrière les Yamaha et concernait le clan Ducati : dès le deuxième virage Johann Zarco a chuté, en réaction à un mouvement de Danilo Petrucci devant lui… et emmené avec lui Andrea Dovizioso ! Le leader du championnat, déjà en position délicate ce week-end, voyait s'envoler ses derniers espoirs de conserver les rênes du classement général.

Trois Yamaha se trouvaient en tête, et toutes sur un rythme similaire : la tendance affichée par ce début de course était dans la lignée des essais, et Maverick Viñales manquait à nouveau à l'appel. Débordé de toutes parts à l'extinction des feux, il s'était vite trouvé relégué hors de la zone des points. Derrière le trio Morbidelli-Rossi-Quartararo, les plus à mêmes de suivre le rythme en ce début de course étaient Jack Miller et Joan Mir.

À l'entrée dans le sixième tour, Quartararo a porté une attaque réussie sur Rossi pour se hisser à la deuxième place. Une prise d'aspiration imparable qui a permis au Français de partir en chasse de son coéquipier, Morbidelli s'étant constitué une petite demi-seconde d'avance.

Le rythme de la course augmentait encore et tourner en 1'40"4 n'était plus suffisant pour Morbidelli, ses trois poursuivants atteignant les 1'40"2. Au huitième tour, Quartararo s’est donc attaqué à son coéquipier pour le déposséder des commandes et tenter à son tour d'imposer son rythme en bouclant d'emblée un tour en 1'40"1.

Dans un premier temps, Morbidelli n'a pas lâché, lui-même capable de signer son meilleur temps de la course dans la foulée, mais nous en étions au dixième tour et l'on entrait désormais dans la phase annoncée comme potentiellement critique pour la tenue des pneus. Et les alertes attendues n'allaient pas tarder. Dans le 13e tour, une forte secousse de sa machine a bien failli envoyer Morbidelli au tapis dans le virage 1, permettant logiquement à Rossi de saisir sa chance pour se porter en deuxième position.

Álex Rins, auteur d'un très bon départ alors qu'il s'était qualifié 13e, s'était quant à lui rapidement détaché du second groupe et porté en chasse de son coéquipier, Joan Mir, toujours cinquième mais qui commençait à apparaître légèrement détaché par le quatuor de tête. Tentant de se mettre à l'abri, Mir a haussé le ton et s'est rapproché de Miller pour tenter de lui contester ce qui s'annonçait comme une quatrième place.

Deux tours plus tard, cependant, la hiérarchie changeait car l'effort de Valentino Rossi s'arrêtait net, avec une chute dans le virage 2.

Et voilà qui ouvrait pour Mir et Miller la possibilité de monter sur le podium. Le pilote Suzuki n'a pas tardé à prendre l'avantage, en profitant d'une erreur du pilote australien dans le virage 10. Le calvaire ne faisait que commencer pour Miller, visiblement en grande difficulté durant les derniers tours, où les rappels à l'ordre se sont multipliés, avec plusieurs chutes dans le peloton. Talonné par Rins, le pilote Pramac n'a pu résister bien longtemps et dans le 19e tour sa quatrième place était chipée par le #42, bien plus fringant qu'il ne l'a été ces derniers jours.

Lire aussi :

Quant à Fabio Quartararo, libéré de toute pression dans la dernière partie de la course, il est allé chercher la victoire sans contestation possible, s'imposant finalement avec neuf dixièmes d'avance. De retour sur le podium, et sur la première marche, pour la première fois depuis Jerez, Quartararo arrivera donc au Grand Prix de France, dans deux semaines, en leader du championnat, alors qu'Andrea Dovizioso perd très gros sur cette course.

Le team Petronas a vu s'envoler le doublé espéré, car si Franco Morbidelli a tout tenté pour conserver sa deuxième place, la forme affichée par les pilotes Suzuki en fin de course aura été imparable. L'Italien n'a pas pu résister jusqu'au drapeau à damier, dépassé coup sur coup par Mir et Rins à deux tours de l'arrivée, les deux hommes allant chercher ce qui est le premier double podium de Suzuki depuis 2007 !

Deux KTM au tapis

Sixième dans la première partie de la course, Pol Espargaró avait cumulé deux secondes de retard après le cinquième tour, leader du groupe de poursuivants. Mais ça klaxonnait derrière lui et après avoir été avalé par Rins, il s'est trouvé sous la pression de Petrucci, Binder, Bagnaia, Oliveira et Nakagami, un groupe au sein duquel les bagarres allaient rester intenses de bout en bout. Il en est toutefois sorti en partant à la faute dans le 13e tour, piégé dans le virage 1 de la piste catalane. Après la chute de l'Espagnol, Miguel Oliveira est venu grossir la liste des abandons dans le 18e tour.

Sans pouvoir se maintenir avec les quatre hommes de tête, Miller a fini la course en duel avec son coéquipier, Bagnaia, sur qui il a réussi à avoir l'avantage. La septième place est quant à elle revenue à Nakagami, devant Petrucci. 

Derrière ce groupe, Cal Crutchlow et Aleix Espargaró ont bataillé pour ce qui semblait devoir être la 12e place finale, avant d'être rejoints dans la seconde partie de la course par Maverick Viñales. Malgré une condition physique largement malmenée ces dernières semaines, et encore cette semaine avec une rupture des ligaments dans la cheville gauche, l'Anglais a réussi à suivre le rythme du pilote Yamaha pour d'abord avoir l'avantage sur l'Aprilia, et ensemble ils sont remontés jusqu'à la neuvième place, finalement revenue à Viñales.

Derrière Aleix Espargaró, 12e à l'arrivée, Álex Márquez, Iker Lecuona et Tito Rabat ont marqué les derniers points en jeu.

GP de Catalogne – MotoGP – Course

P. # Pilotes Moto Temps Ecart
1 20 France Fabio Quartararo
Yamaha 40'33.176
2 36 Spain Joan Mir Mayrata
Suzuki 40'34.104 0.928
3 42 Spain Alejandro Álex Rins Navarro
Suzuki 40'35.074 1.898
4 21 Italy Franco Morbidelli
Yamaha 40'36.022 2.846
5 43 Australia Jack Peter Miller
Ducati 40'36.567 3.391
6 63 Italy Francesco Bagnaia
Ducati 40'36.694 3.518
7 30 Japan Takaaki Nakagami
Honda 40'36.847 3.671
8 9 Italy Danilo Carlo Petrucci
Ducati 40'39.293 6.117
9 12 Spain Maverick Viñales Ruiz
Yamaha 40'46.783 13.607
10 35 United Kingdom Cal Crutchlow
Honda 40'47.659 14.483
11 33 South Africa Brad Binder
KTM 40'48.103 14.927
12 41 Spain Aleix Espargaró Villà
Aprilia 40'48.823 15.647
13 73 Spain Álex Márquez
Honda 40'50.503 17.327
14 27 Spain Iker Lecuona
KTM 41'00.242 27.066
15 53 Spain Esteve "Tito" Rabat Bergada
Ducati 41'00.458 27.282
16 38 United Kingdom Bradley Smith
Aprilia 41'01.912 28.736
17 6 Germany Stefan Bradl
Honda 41'05.819 32.643
88 Portugal Miguel Ângelo Falcão de Oliveira
KTM 30'28.704 6 Laps
46 Italy Valentino Rossi
Yamaha 25'13.688 9 Laps
44 Spain Pol Espargaró Villà
KTM 20'17.741 12 Laps
5 France Johann Zarco
Ducati 24 laps
4 Italy Andrea Dovizioso
Ducati 24 laps

partages
commentaires
Une course de survie ou de gestion ?

Article précédent

Une course de survie ou de gestion ?

Article suivant

GP de Catalogne : les meilleurs tours en course

GP de Catalogne : les meilleurs tours en course
Charger les commentaires