Crise Forward - Pas si simple pour les pilotes de changer d'équipe

Face aux lourdes difficultés que connaît son équipe, Stefan Bradl refuse de faire profil bas et tente tant bien que mal de trouver une porte de sortie. S'il a requis auprès de Forward Racing la rupture de son contrat, le pilote allemand n'est pas, pour l'instant, libre de tout engagement. Comme le rapportait hier Motorsport.com, le team italo-suisse a fait savoir qu'il souhaitait conserver ses pilotes actuels, dans l'espoir de ne manquer que le Grand Prix d'Indianapolis et de reprendre la compétition à Brno.

Alors que certains sponsors désertent, les efforts se multiplient pour trouver le financement nécessaire à la bonne tenue de la fin de saison. Dans ces circonstances, le départ de l'Allemand sonnerait à nouveau comme une très mauvaise nouvelle pour Forward Racing, le pilote conservant une aura non négligeable outre-Rhin malgré des résultats décevants cette année.

Lire aussi : Patron incarcéré - Le team Forward de Baz et Bradl ne courra pas à Indy

Bradl n'en démord pas, il veut reprendre la piste, mais force est de constater que la situation semble pour l'heure bloquée. "Probablement sur les conseils de son avocat, Bradl a estimé que son contrat avec nous était dissous, mais ce n'est pas le cas," martèle le team manager Marco Curioni à GPone. Et de tempérer néanmoins : "Nous ne souhaitons pas garder un pilote contre son gré. De plus, ce sont justement les pilotes et tous les membres de l'équipe qui font les frais de cette situation."

"Le fait est, cependant, que nous ne sommes pas en train de démanteler l'équipe, bien au contraire. Notre intention est de poursuivre notre activité, et ce dès Brno. Libérer un pilote comme Stefan Bradl, qui est l'un de nos meilleurs atouts, n'aurait donc pas de sens," ajoute Marco Curioni.

Quid de l'avenir au-delà de cette saison mouvementée? C'est justement parce qu'il estime que sa présence en 2016 ne pourra être assurée s'il ne retrouve pas rapidement un guidon pour terminer la campagne en cours que Stefan Bradl multiplie les contacts, et pas uniquement avec Aprilia avec qui il négocie depuis déjà plusieurs semaines.

Il en vient même à évoquer l'hypothèse d'un retour en Moto2, Championnat qui l'a couronné en 2011. "A l'heure actuelle, tout est possible," assure-t-il dans les colonnes de Speedweek, non sans rappeler que sa priorité se portera sur la catégorie reine, "mais seulement au sein d'une grande équipe, avec laquelle j'aurais une chance d'entrer dans le top 10".

Loris Baz dans l'expectative

Plus discret que son coéquipier, Loris Baz n'en partage pas moins son inquiétude, indiquant n'avoir aucune certitude malgré les efforts fournis par l'équipe pour reprendre la compétition à Brno, à la mi-août. S'il aimerait lui aussi trouver un autre guidon, le Français reconnaît ne que les circonstances ne le permettent pas dans l'immédiat. "De toute façon pour l’instant je ne suis pas libre, je suis lié à Forward," indique-t-il à Moto Revue. "Mais c’est sûr que je veux trouver une moto pour rouler. Cela dépendra d’une éventuelle solution pour rouler à Brno ou non."

Les pilotes engagés par Forward Racing en Moto2, Simone Corsi et Lorenzo Baldassarri, semblent eux aussi vouloir quitter le navire et prennent des contacts dans cette optique, avec les mêmes difficultés que leurs compagnons du MotoGP. "Concernant Lorenzo, nous sommes en train d'évaluer quelle est la meilleure route à suivre, car un pilote ne peut pas simplement démissionner. Il faut donc comprendre comment procéder, pour cette année et la prochaine," explique à GPone Alberto Tebaldi, manager de Baldassarri dont le contrat avec Forward court jusque fin 2016.

La situation très complexe dans laquelle est plongée Forward Racing depuis l'arrestation de son propriétaire évolue de jour en jour et il est bien difficile pour l'heure de prédire ce qui se passera d'ici aux prochaines échéances.

A propos de cet article
Séries MotoGP , Moto2
Pilotes Stefan Bradl , Loris Baz , Lorenzo Baldassarri , Simone Corsi
Équipes Forward Racing
Type d'article Actualités
Tags contrat, forward racing, loris baz, moto2, motogp, stefan bradl