Crivillé voit Márquez et Dovizioso se battre pour le titre en 2018

Loin d'être une exception, le duel qui a de nouveau opposé au Qatar les deux hommes forts de 2017 devrait en appeler d'autres cette année, selon le Champion du monde 1999.

Le championnat 2018 n'en est encore qu'à ses balbutiements, mais la première manche au Qatar a d'ores et déjà permis d'acquérir quelques certitudes. L'une d'entre elles, et non des moindres, réside sans doute dans le bon état de forme de l'équipe Repsol Honda.

Trop souvent habituée ces dernières saisons à des débuts d'exercice laborieux, aussi bien lors des essais hivernaux que lors des premières courses, la marque à l'aile dorée a laissé à autrui le soin d'empocher la première victoire de l'année au Qatar il y a maintenant près de trois semaines.

Mais à la différence de l'an passé, Marc Márquez a pu se battre jusqu'au bout face à Dani Pedrosa, dans un remake parfait des duels dont ils nous avaient déjà régalés l'an dernier. D'ailleurs, il faudra probablement s'attendre à ce que les deux hommes s'opposent de nouveau dans la course au titre en 2018.

C'est en tout cas ce que pense le Champion du monde 1999 de 500cc, Álex Crivillé. "Cela a été un très bon début d'année, avec deux pilotes de deux équipes différentes qui ont eu des vues sur la victoire jusqu'au dernier virage, même si dès les essais libres on pouvait penser que Dovizioso travaillait avec la course en tête", analyse le premier Champion espagnol en catégorie reine. "Je pense que cette année, nous allons voir quelque chose assez similaire à ce qui s'est passé la saison dernière : un combat entre Marc [Márquez] et Dovi."

De nombreux prétendants à la victoire

Un autre constat, qui avait pu cette fois être dressé dès les essais hivernaux et qui a été par la suite confirmé à Losail, c'est le resserrement des performances du plateau. Ainsi, avec à peine une seconde couvrant une bonne quinzaine de pilotes, nombreux sont ceux qui peuvent ambitionner de s'imposer cette année, au gré des faits de course, même si c'est le nombre de neuf vainqueurs de 2016 sera difficile à atteindre.

"Je pense qu'il va y avoir un grand nombre de pilotes en position de jouer la gagne, et moins de différence entre eux", reprend Crivillé. "Il y a dix ou 12 pilotes qui à chaque moment donné peuvent être à l'aise sur un circuit et avoir la chance de se battre pour la victoire. […] Je n'irai pas jusqu'à dire neuf pilotes, car tout de suite c'est difficile de battre Márquez ou Dovi, mais six ou sept vainqueurs différents, ce pourrait arriver."

Malgré cela, celui qui a décroché il y a bientôt deux décennies le titre avec Repsol Honda estime qu'il sera difficile pour le reste de la grille de rivaliser avec les deux pilotes officiels du constructeur japonais.

En effet, sur un tracé qatari qui ne fait pas partie des chasses gardées de Honda, Márquez a réussi à se lutter pour la victoire jusque dans le dernier virage, alors qu'un Dani Pedrosa, pourtant diminué et en proie à des problèmes avec son pneu arrière, a réussi à rallier l'arrivée à une honorable septième place.

Alors, avec un tel départ en 2018, et un lourd travail de développement qui a semblé jusqu'ici payer lors du premier trimestre, l'équipe nippone sera pour l'Espagnol de 48 ans une référence cette saison. "Il a été montré que, en termes de vitesse, c'est un cran au-dessus de ce que c'était l'an passé, et Honda a beaucoup progressé sur l'accélération", analyse-t-il. "Honda a fait du bon travail durant l'hiver, et le développement s'est bien déroulé. Je pense qu'une chose positive cette année, c'est qu'ils ont mieux débuté en qu'en 2017, et à la fois Marc [Márquez] que Dani [Pedrosa] sont contents de leur moto." À voir si ces derniers pourront poursuivre sur leur lancée en Argentine ce week-end.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Pilotes Alex Criville
Équipes Repsol Honda Team
Type d'article Actualités