MotoGP
24 juil.
Événement terminé
14 août
Événement terminé
21 août
Événement terminé
11 sept.
Événement terminé
09 oct.
Prochain événement dans
15 jours
16 oct.
Prochain événement dans
22 jours
C
GP du Teruel
23 oct.
Prochain événement dans
29 jours
C
GP d'Europe
06 nov.
Prochain événement dans
43 jours
13 nov.
Prochain événement dans
50 jours
20 nov.
Prochain événement dans
57 jours

Crutchlow contre le test de Jerez en novembre

partages
commentaires
Crutchlow contre le test de Jerez en novembre
Par :

Le pilote LCR Honda a d’autres projets en tête que celui d’effectuer le test de Jerez, qui se tient juste après celui de Valence, en novembre. Et il le fait savoir.

C’est un fait connu et reconnu dans le paddock : Cal Crutchlow n’a pas sa langue dans sa poche, et n’hésite jamais à monter au créneau lorsque quelque chose lui déplaît, en l’occurrence, le test de fin d’année à Jerez.

Lire aussi :

"On s'est mis d'accord sur un truc à la Commission de sécurité, tout le monde en a marre, du fait qu'on doit faire des essais ici à la fin de l'année", explique-t-il. "Et l'an dernier, on s'est mis d'accord, tous les pilotes, sauf Tito [Rabat] car il adore juste rouler, il n'en n'avait pas grand-chose à faire, mais tout le monde voulait partir en vacances, et on doit faire des essais ici. Je voulais aller à l'hôpital pour mon opération, et maintenant on doit faire des essais."

Depuis plusieurs années maintenant, le programme d’essais est en effet constitué de telle sorte que l’intégralité du plateau MotoGP reste sur le circuit de Valence pour effectuer le premier test hivernal, dès le lendemain de la dernière course de l’année ; puis tout le monde se rend dans la semaine qui suit sur le tracé de Jerez pour réaliser un second test. Et c’est là que cela coince pour les pilotes qui, d’après le Britannique, souhaitent souffler après une année intense.

"Nous ne voulions pas tester en novembre, car nous voulions tous aller en vacances, ou faire ce que nous voulons faire, moi je voulais dix jours de plus pour ma cheville", complète-t-il. "On doit tous aller demander à nos équipes de ne pas tester ici mais ça n'arrivera pas, ils vont juste nous rire au nez !"

Le pilote anglais affiche un certain agacement, qui est principalement lié à ses soucis de santé. Victime d’une violente chute lors du Grand Prix de Phillip Island l’an dernier, il s’est retrouvé avec une fracture multiple de la cheville et a passé plusieurs mois très compliqués. S’il n’était plus handicapé pour piloter en ce début d’année, il assure que "c’est un peu moins bon" depuis quelques temps. "J'ai l'impression qu'il y a un problème avec la cheville et le pied, et maintenant les nerfs du pied. J'ai demandé aux médecins s'il était possible d'enlever tout le métal, ce sera probablement fait à la fin de l'année."

Lire aussi :

Crutchlow voudrait donc filer à l’hôpital sitôt la course et les essais de Valence terminés, mais se verra dans l’obligation d’attendre que le test de Jerez ait eu lieu. "On s'est mis d'accord, mais les équipes ont ‘mis leur véto’", insiste-t-il. "Envoyez les pilotes d'essais. Ils les payent des fortunes, ils gagnent combien ? 300, 400, 500 000 ? Voir plus, un million parfois ? Les pilotes d'essais devraient piloter, ils sont payés pour ! Il y a deux ans, 'pound for pound', certains gagnaient mieux leur vie que le reste du peloton !" conclut-il.

Avec Michaël Duforest

Chez Aprilia, une nouvelle organisation qui tarde à porter ses fruits

Article précédent

Chez Aprilia, une nouvelle organisation qui tarde à porter ses fruits

Article suivant

Pierer : "Tôt ou tard, KTM dominera aussi en MotoGP"

Pierer : "Tôt ou tard, KTM dominera aussi en MotoGP"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Lieu Circuito de Jerez
Pilotes Cal Crutchlow
Équipes Team LCR
Auteur Charlotte Guerdoux