Au milieu du chaos, Crutchlow s'est demandé pourquoi il était revenu !

Cal Crutchlow ne s'était pas préparé à un premier tour de course aussi chaotique pour son retour à la compétition, mais est tout de même parvenu à entrer dans les points au Grand Prix d'Aragón.

Au milieu du chaos, Crutchlow s'est demandé pourquoi il était revenu !

Cal Crutchlow a fait son grand retour à la compétition lors du Grand Prix d'Aragón. Officiellement retraité depuis fin 2020, il a depuis pris le rôle de pilote d'essais chez Yamaha et a disputé quatre Grands Prix l'an passé. Un an pile après sa dernière course, il a ainsi repris du service pour conclure la saison dans l'équipe RNF, en lieu et place d'Andrea Dovizioso qui a décidé de prendre sa retraite sans attendre la fin de l'année, las des problèmes rencontrés sur la M1.

Le Britannique a évolué dans le fond du classement tout au long du week-end, mais a estimé qu'il n'était pas passé loin de se qualifier en Q2 le samedi, ralenti par des drapeaux jaunes. En difficulté sur la machine japonaise, comme le sont les autres pilotes de la marque excepté Fabio Quartararo, il ne s'attendait "à rien" de la course, et a pourtant été surpris, à tous les niveaux !

Dès le premier tour, il a en effet été contraint de composer avec les chutes consécutives du Français et de Takaaki Nakagami, qui ont provoqué un véritable chaos et dont heureusement tout le monde est sorti indemne, même si le Japonais s'est blessé à la main. Une situation qu'il reconnaît avoir eu un peu de mal à gérer après avoir perdu certains réflexes.

"Le problème, c'est qu'on ne pouvait rien voir et d'un coup, il y avait des motos partout ! Ça pilait de partout, pareil avec Fabio. J'ai pilé parce qu'on ne peut pas non plus savoir quelle trajectoire les autres vont prendre. J'ai pilé, Remy [Gardner] m'a presque percuté, Darryn [Binder] n'en est pas passé loin non plus. Je peux vous dire que je ne m'attendais pas à ça pour mon premier tour de ma première course retour !".

"Honnêtement, à la moitié du premier tour, je me suis demandé 'pourquoi je suis revenu là-dedans ?'", a-t-il plaisanté. "Ça volait de partout. J'ai écrasé les freins pour éviter des visières et ensuite je me suis demandé ce qui allait se passer parce que j'ai vu la moto de Fabio détruite, j'ai pensé à un drapeau rouge. On a continué puis il y a eu Taka au sol et j'ai ralenti pour m'arrêter en me demandant ce qui allait se passer. J'ai perdu les réflexes de la course et j'ai vu tout le monde continuer alors je me suis dit 'oh, il faut y aller !' Je n'étais pas vraiment préparé à ça mais la course a été positive. J'ai fait de mon mieux et c'est tout ce que l'équipe et Yamaha demandent."

L'esprit de compétition de retour

Cal Crutchlow

Cal Crutchlow

En effet, une fois ce premier tour chaotique passé, Crutchlow a commencé à imprimer son rythme. Qualifié en 19e position, il était 12e à l'entame du second tour et a finalement conclu au 14e rang au drapeau à damier, ce qui a fait de lui le meilleur représentant de Yamaha.

"Je crois vraiment que j'aurais été le meilleur pilote Yamaha de toute façon [rires]. C'est positif. On doit être content car je n'ai pas fait une mauvaise course. Je n'ai pas fait de course depuis un an donc être à 20 secondes, ce n'est pas mal, mais j'en ai perdu cinq dans le premier tour. Je crois que j'étais 12 secondes plus rapide que l'an dernier, quand j'avais roulé ici, et j'avais fait quatre courses à la suite."

"On a recueilli de bonnes informations, de bonnes données. Je sais où on doit progresser et c'est ce qu'on essaye de faire avec la nouvelle moto. Évidemment, les autres ont le nouveau châssis, mais les ressources restent limitées. Ça serait bien que je l'aie aussi car comme ça je pourrais faire plus de kilomètres pour recueillir aussi des informations."

Même s'il n'est que remplaçant en attendant de retrouver pleinement son rôle de pilote d'essais, le #35 s'est surpris lui-même à retrouver son esprit de compétition et à souhaiter se battre en piste pour aller décrocher le meilleur résultat possible.

"C'est amusant de voir comment on retrouve sa mentalité de compétiteur. Je pourrais facilement évoluer à l'arrière, faire mon boulot et dire 'c'est bon, j'ai fait mon boulot, j'ai recueilli des données' et en être content. Mais quand j'ai vu des pilotes devant moi, j'ai essayé de remonter et d'être compétitif, c'est comme ça que ça se passe", a-t-il expliqué. "Du coup c'était sympa de marquer quelques points. Je pense que j'aurais pu faire un peu mieux si j'avais pu me battre un peu dans le premier tour, mais quand on a tous élargi, on a perdu le contact avec le groupe de devant."

Direction désormais le Japon pour le prochain Grand Prix qui se tiendra dès ce week-end, sur un tracé que Crutchlow connaît particulièrement bien, puisqu'il y effectue des tests avec Yamaha. "On va voir comment ça va se passer. Évidemment, j'ai roulé à Motegi il n'y a pas longtemps cette année mais c'était complètement différent d'un week-end de course. On roule sans personne en piste et on ne voit personne. Il y avait d'autres pilotes d'essais mais on ne voit rien. C'est une piste que j'aime donc on verra", a-t-il conclu.

Lire aussi :
partages
commentaires

Related video

Consignes : Gresini aimerait n'en parler qu'à "une ou deux courses de la fin"
Article précédent

Consignes : Gresini aimerait n'en parler qu'à "une ou deux courses de la fin"

Article suivant

Espargaró voit Bagnaia favori mais "tout peut arriver"

Espargaró voit Bagnaia favori mais "tout peut arriver"