Crutchlow : Rossi sera dur à battre dans le dernier tour

L'Anglais a rapidement trouvé ses marques à Silverstone et s'est assuré d'occuper la meilleure place au classement du premier jour, mais il sait que la concurrence sera rude en course.

Crutchlow : Rossi sera dur à battre dans le dernier tour
Cal Crutchlow, Team LCR Honda
Cal Crutchlow, Team LCR Honda
Cal Crutchlow, Team LCR Honda
Cal Crutchlow, Team LCR Honda
Cal Crutchlow, Team LCR Honda
Cal Crutchlow, Team LCR Honda
Cal Crutchlow, Team LCR Honda
Thomas Luthi, Cal Crutchlow, Team LCR Honda
Cal Crutchlow, Team LCR Honda
Cal Crutchlow, Team LCR Honda
Cal Crutchlow, Team LCR Honda
Cal Crutchlow, Team LCR Honda

Déjà classé dans le trio de tête vendredi matin, Cal Crutchlow a confirmé sa bonne allure à Silverstone en établissant le meilleur temps de la journée à la fin de la deuxième séance. Un an après sa pole position à domicile suivie en course par une deuxième place décrochée au terme d'une superbe bagarre, l'Anglais du team LCR a pris un premier boost de confiance avant que le week-end ne s'intensifie aujourd'hui.

"Cela a juste été l'une de ces journées où tout s'est plutôt bien passé", se satisfait-il. "Je me suis bien senti en EL1 avec le pneu avant soft, ce qui n'est habituellement pas mon style. Ensuite, dans l'après-midi, on a utilisé le plus dur. Il est cependant trop tendre parce que la température de la piste a grimpé. J'ai utilisé ce même pneu l'année dernière par 20°C, mais aujourd'hui il y avait 40°C au sol alors il va bien sûr être trop soft. En tout cas, c'est la seule option que l'on ait alors il faut qu'on fasse en sorte que cela fonctionne au mieux."

Alors qu'il était déjà dans le top 10, Cal Crutchlow a suivi les conseils de son chef mécanicien, Christophe Bourguignon, pour lancer un time attack à la fin des EL2, avec le pneu arrière tendre. C'est ainsi qu'il a enregistré un chrono de 2'00"897 qui lui vaut la première place avec 0"241 d'avance sur Valentino Rossi, deuxième du jour.

"J'ai attaqué un peu. Je ne pense pas avoir été à 100%, et puis j'utilisais aussi un pneu avant usé [un hard, ndlr]. J'ai failli tomber dans le dernier virage – ça aurait été une grosse chute. En tout cas, je suis plutôt content de cette journée", commente Crutchlow. "Ma moto fonctionne bien, mais demain [samedi] est un autre jour et ce pourrait très bien ne pas être une journée aussi bonne que celle d'aujourd'hui. On le sait, on pilote des motos et rien n'est jamais facile."

Après ce bon départ, comment le pilote LCR imagine-t-il la suite du week-end et notamment la course si celle-ci le voit se battre aussi intensément que l'an dernier ? "Même si cette journée s'est bien passée, je pourrais très bien me retrouver en dehors du podium", observe Crutchlow, qui a clairement identifié ses adversaires directs du week-end.

"Vale et Maverick sont tous les deux très rapides, l'un avec le pneu soft et l'autre avec le hard – des pneus complètement opposés. Et Vale sera difficile à battre dans le dernier tour, si jamais on est en bagarre. Et puis Marc sera là, c'est sûr à 100%, cela ne fait aucun doute. Alors il y a trois gars qui peuvent monter sur le podium. Quoi qu'il en soit, je me suis bien bagarré l'année dernière, alors je serai prêt à remettre ça cette année."

Márquez, c'est vraiment un dur

Cal Crutchlow a redit vendredi son admiration pour Marc Márquez, en particulier après la lourde chute que l'Espagnol a subi au début des EL2, piégé dans Becketts par une attaque trop prématurée avant que ses pneus ne soient montés en température. "Je vais vous dire : si ça avait été n'importe qui d'autre, il se serait cassé deux jambes et se serait luxé l'épaule ! Je n'ai aucune idée de comment il s'est relevé de ça !" a résumé le pilote anglais.

Fidèle à ses habitudes, Márquez a voulu revenir en piste rapidement et il a d'emblée retrouvé un excellent rythme jusqu'à se placer longuement au sommet de la hiérarchie. "Cela démontre vraiment à quel point il est rapide et aussi à quel point c'est un dur, pour revenir et immédiatement recommencer à aller vite", apprécie Crutchlow. "Cette chute était énorme. J'arrivais dans le virage 2, j'ai levé les yeux et je me suis dit : 'Bordel, qu'est-ce que c'est que ça au loin ?' Et c'était lui qui volait dans les airs. C'était une grosse chute, honnêtement. Je suis content qu'il aille bien."

partages
commentaires
Aleix Espargaró dans la douleur après s'être blessé en karting

Article précédent

Aleix Espargaró dans la douleur après s'être blessé en karting

Article suivant

Les bonnes sensations perdurent pour Jorge Lorenzo

Les bonnes sensations perdurent pour Jorge Lorenzo
Charger les commentaires