Pedrosa estime avoir eu beaucoup de chance dans sa chute

Quelque peu choqué par la scène, Dani Pedrosa sait qu'il a eu de la chance de se relever indemne de la chute dont il a été victime au début du Grand Prix de Styrie.

Pedrosa estime avoir eu beaucoup de chance dans sa chute

Pour son premier Grand Prix en deux ans et demi, Dani Pedrosa aurait sans doute espéré vivre un dimanche un peu plus calme, ou du moins que la compétition soit la seule source d'emballement de son rythme cardiaque. Le pilote espagnol, inscrit ce week-end en tant que wild-card avec KTM, a toutefois été protagoniste d'un accident effrayant dès le troisième tour du Grand Prix de Styrie.

Après avoir perdu le contrôle de sa RC16 à la sortie du fameux virage 3, un virage à l'équerre et en côte, il a été évité de justesse par le reste du peloton, lui qui occupait à cet instant la 12e place. Lorenzo Savadori, arrivé parmi les derniers, n'a en revanche rien pu faire pour éviter sa moto, restée en piste, et le choc violent entre les deux machines a causé la blessure du pilote italien, touché à la cheville, et l'impressionnant embrasement des motos.

Après une demi-heure d'interruption, la course a pu reprendre et Pedrosa était bel et bien au rendez-vous de ce second départ, s'installant sur la grille avec sa deuxième machine. Il est finalement parvenu à l'arrivée en 12e position.

Lire aussi :

En fin d'après-midi, il admettait dans une longue conversation détendue avec les médias avoir eu beaucoup de chance et avoir ressenti un léger choc après s'être trouvé au cœur d'une telle situation. Il n'a en revanche pas réussi à expliquer ce qui a causé sa chute.

"Le départ de la première course a été un départ rude", a-t-il admis. "Je ne sais pas pourquoi je suis tombé. C'était le troisième tour, et j'ai peut-être touché la ligne à l'intérieur ou bien le pneu était encore trop froid sur le côté droit, sachant que j'utilisais le hard à l'avant. Je ne sais pas, je suis entré dans le virage, j'ai pris l'angle maximal et ensuite j'ai essayé de redresser la moto pour sortir du virage mais elle ne s'est pas redressée et je me suis retrouvé par terre."

"Ensuite, je suis parti en tête-à-queue au milieu de la piste. Malheureusement, Savadori a heurté ma moto et il est blessé, je suis désolé pour lui. Mais j'ai eu beaucoup de chance. Je ne pense pas avoir jamais vécu une situation de ce genre pendant ma carrière, et c'était un peu un choc de voir les autres motos passer de tous les côtés. Heureusement, ça a été pour moi."

 

Revenu au stand après avoir assisté à l'évacuation de Savadori par les secours, Pedrosa s'est remobilisé. "Je n'ai pas eu de doute avant de repartir", a-t-il expliqué. "Par contre, la moto n'était pas prête et on ne savait pas s'il y aurait assez de temps pour la faire passer des réglages pour le mouillé à ceux pour sec. Heureusement, j'ai mis un tel désordre qu'il leur a fallu du temps pour nettoyer la piste et on a donc eu le temps de préparer la moto !"

"Je n'ai pas douté mais je me suis dit que ça aurait pu assez mal se passer. J'étais un petit peu choqué, disons ça comme ça. Je n'ai pas eu de doute mais j'étais un peu plus conscient surtout au départ de la course, et je dois remercier les mécaniciens qui ont très bien travaillé pour préparer la moto."

Touché vendredi par un problème moteur, Pedrosa disposait de deux motos assez différentes et c'est celle qui avait sa préférence qui a pris feu. Malgré tout, il a réussi à petit à petit se remettre dans le rythme au second départ et a fini par mener une course solide, d'autant plus si l'on considère sa très longue absence.

"Après cette chute et après avoir changé de moto, l'avoir fait passer des réglages pour piste mouillée à piste sèche, [...] je me suis dit 'OK, je vais faire la course mais je vais y aller calmement au début et on verra comment ça se passe'. Je n'étais donc pas vraiment concentré au tout début et quand je me suis mis en grille, j'ai même oublié d'activer le système de départ. Je ne suis donc pas bien parti et j'ai perdu des places dans les premiers tours. Ça ne m'inquiétait pas tellement."

"Et puis au milieu de la course, j'ai pris un bon rythme, je me suis montré stable sur ce rythme. Par contre, les pneus ne me donnaient pas de bonnes sensations. En course, par rapport aux essais, c'était tout autre chose avec les pneus. Il m'était très difficile de rester sur la moto et je sentais que je pouvais facilement tomber. J'ai donc gardé mon rythme, je me suis battu avec quelques pilotes et entre une chute ici, une pénalité là et des erreurs, j'ai récupéré des places. À la fin je rattrapais le groupe qui me devançait, avec les frères Márquez et Bagnaia. Je ne sais pas si j'aurais pu les passer si j'avais fini par les rattraper, mais en tout cas mon rythme était bon. Je suis satisfait du week-end et on a appris plus ou moins ce à quoi on s'attendait plus des surprises et je pense que ça a été positif pour KTM."

partages
commentaires
Un précieux podium pour Quartararo : "On gagne en constance"
Article précédent

Un précieux podium pour Quartararo : "On gagne en constance"

Article suivant

Jorge Martín : "Je n'ai pas ressenti une grosse pression"

Jorge Martín : "Je n'ai pas ressenti une grosse pression"
Charger les commentaires