Petrucci : accrochage frustrant et douloureux avec Álex Márquez

Un contact avec Álex Márquez dès le deuxième virage de la course a coupé court au premier Grand Prix de Danilo Petrucci avec KTM.

Pour sa première course avec Tech3, sur une piste de Losail qui met en grande difficulté l'ensemble du groupe KTM, Danilo Petrucci nourrissait un objectif modeste, mais auquel il tenait beaucoup : engranger des kilomètres et de l'expérience, et si possible marquer quelques points. Il n'y aurait donc pu y avoir pire scénario pour lui que de tomber dès le deuxième virage de la course comme ce fut le cas dimanche.

"Franchement, la première course a été un désastre, elle n'a duré que deux virages", admet-il, déconfit, après avoir touché l'arrière de la moto d'Álex Márquez en queue de peloton comme on peut le voir dans les images ci-dessus. "J'étais à l'intérieur, lui à l'extérieur, et il a fermé la porte. On s'est touché, mais quand on est dans le peloton ce sont des choses qui peuvent arriver. Il a fermé la porte et j'étais là."

Un "incident de course", assure-t-il, mais aux conséquences toutefois douloureuses. "Le problème c'est qu'il m'a pris précisément au moment où j'étais en train de freiner, donc je n'étais pas incliné et je suis tombé de l'autre côté. J'ai tapé très fort le bassin et la tête et je me suis fait un peu mal à l'épaule."

Deux jours après l'accident, la situation est rassurante. "La bonne nouvelle, c'est qu'il n'est pas blessé pour la deuxième manche, et qu'il est très impatient de rattraper le temps perdu", assure en effet Hervé Poncharal.

Lire aussi :

Le temps de piste perdu dans cette chute très prématurée est en effet ce qui désole le plus le pilote italien, en quête désespérée de roulage après une intersaison réduite au strict minimum sous l'impact, toujours, du COVID-19. Pas franchement idéal pour découvrir une toute nouvelle moto après six ans d'expérience avec la Ducati.

"Pendant les essais, on n'a pas eu la possibilité de faire plus de quatre ou cinq tours. C'était donc mon gros objectif. Je n'en avais pas vraiment en termes de position, je voulais juste m'habituer à la moto", explique Petrucci, qui cherche notamment à adapter la RC16 à sa grande taille. "[Samedi] on a fait beaucoup de changements. J'ai modifié un peu le guidon mais on a surtout changé les réglages. On a élargi la moto et ça a immédiatement mené à de meilleures sensations. Grâce à cela, j'étais confiant pour [la course], et surtout curieux d'enchaîner des tours parce que mon rythme en EL4 n'était pas mauvais. Je suis vraiment désolé, pas seulement pour la chute mais aussi parce que je n'ai pas utilisé la moto pour plus de six tours d'affilée."

La chute de Danilo Petrucci, KTM Tech3

"Je ne suis pas tellement déçu pour les points perdus, on savait que tout au plus on en aurait pris quelques-uns, mais je suis surtout déçu parce que je n'ai fait aucun tour. Je n'ai pas encore d'expérience sur la moto et ça aurait été une très bonne occasion pour en prendre. Je suis vraiment désolé pour mon équipe, qui s'implique beaucoup, et aussi clairement pour KTM, mais surtout pour moi parce que je n'ai pas fait de tours."

"Sincèrement, la première sensation que j'ai eue après ma chute a été une réaction instinctive d'un enfant avec le joystick de la Playstation : on appuie sur Start et on peut repartir. Malheureusement, dans la vie réelle, ça n'est pas possible", regrette Petrucci, désormais tourné vers la deuxième chance qui lui est donnée avec le Grand Prix de Doha, sur le même circuit, dès cette semaine.

"Même si c'est une piste difficile pour nous, il faut qu'on se mette au point parce qu'il y aura d'autres pistes similaires pendant le championnat. Et puis, surtout, j'avance avec logique pour adapter la moto et définir un set-up de base, pas un set-up pour cette piste. Il faut donc qu'on trouve la voie à suivre et j'ai hâte d'être à vendredi."

Lire aussi :

À la peine depuis le début des essais sur la piste qatarie, les pilotes KTM ont bouclé ce premier Grand Prix avec un maigre bilan : les 13e et 14e places pour les officiels, Miguel Oliveira et Brad Binder, et la 17e pour Iker Lecuona sous les couleurs de Tech3. En attendant des terrains de jeu plus propice à la RC16, Hervé Poncharal veut malgré tout être positif en vue de la seconde manche sur place.

"Même si les positions finales n'ont pas été celles que nous espérions, la situation est beaucoup plus positive qu'il n'y paraît. Continuons à travailler, continuons à pousser et voyons ce qui va se passer le week-end prochain", commente le patron du team Tech3. "La première manche ici, à Losail, a été difficile pour l'équipe, mais je reste convaincu que nous avons beaucoup appris. Même si les KTM étaient assez loin, nous avons pu constater qu'il y a eu une nette amélioration par rapport à ce que nous avons connu vendredi et samedi. Nous avons encore quelques idées et quelques plans après avoir étudié les données de la course."

partages
commentaires
Rossi s'attendait à mieux : "Je stresse trop le pneu"
Article précédent

Rossi s'attendait à mieux : "Je stresse trop le pneu"

Article suivant

Espargaró prouve que la pré-saison d'Aprilia "n'était pas une blague"

Espargaró prouve que la pré-saison d'Aprilia "n'était pas une blague"
Charger les commentaires