Danilo Petrucci s'est bloqué le dos en course à Austin

En souffrance sur la piste très bosselée d'Austin, Danilo Petrucci s'est même bloqué le dos dans les derniers tours, tellement en tension qu'il s'est senti comme un bloc de marbre accroché à sa KTM.

Danilo Petrucci s'est bloqué le dos en course à Austin

Le week-end d'Austin était déjà bien compliqué pour Danilo Petrucci, en grande difficulté sur les bosses tant décriées du circuit texan, mais il aura bu le calice jusqu'à la lie. Alors qu'il avait souffert du dos dès les essais, les antidouleurs pris avant le départ de la course ne sont plus parvenus à le soulager dans les derniers tours. Il s'est même bloqué le dos, faisant de la fin de l'épreuve un véritable calvaire pour le pilote italien.

"J'ai piloté à mon rythme dans les dix premiers tours, j'étais avec le groupe, puis j'ai passé Morbidelli et j'étais proche d'Iker [Lecuona]. Mais en cherchant à tenir la moto, je me suis bloqué le dos. J'ai eu très mal au dos dans les cinq derniers tours et je ne pouvais plus bouger sur la moto", a décrit Petrucci, classé 18e à 42"2 du vainqueur.

"Je crois que beaucoup d'autres pilotes ont souffert des épaules ou des bras, mais moi je suis habitué à m'accrocher à la moto avec les jambes. Donc je n'ai pas mal aux épaules ou aux bras, mais par contre je me suis bloqué le dos", a-t-il poursuivi. "Je n'arrivais plus à bouger, j'étais devenu très, très rigide. Et puis ça glissait beaucoup par rapport aux essais, alors j'étais encore plus en tension et encore plus accroché à la moto, et j'ai donc eu beaucoup de mal. Je savais que j'allais avoir du mal, alors j'ai fait mon rythme et je suis arrivé plus ou moins proche de la zone des points, mais dans les cinq derniers tours j'ai dû ralentir, je n'y arrivais plus."

J'étais vraiment comme un bloc de marbre sur la moto. Je ne pouvais tout simplement pas bouger.

Danilo Petrucci

"Je ne faisais plus qu'un avec la moto. J'étais vraiment comme un bloc de marbre sur la moto. Je ne pouvais tout simplement pas bouger et avec ces changements de direction, particulièrement dans la première partie de la piste, j'avais beaucoup de mal", a-t-il expliqué, tentant de décrire au mieux ce qu'il a ressenti. "Dans la vie normale, on n'arrive pas à un effort aussi extrême. On ne le découvre que quand on est en MotoGP, ce qu'on vit va toujours de plus en plus loin. Je ne bougeais plus. C'est comme quand on ne peut pas marcher, quand on court et que les jambes lâchent."

Déjà en proie à une hernie cervicale la saison dernière, Petrucci n'y voit pas de lien. "Je me sens bien sur ce point, je n'ai aucun problème d'épaule, pas de problème dans le bras droit, d'arm-pump ou quoi que ce soit de similaire. Mais le fait est que j'ai toujours du mal sur les bosses, parce que ce que j'ai sur la moto est plus rigide par rapport aux autres pilotes, alors mon dos est très rigide et je le ressens beaucoup. Mais je ne m'attendais pas à être autant en difficulté à la fin de la course. J'avais pris des antidouleurs avant la course, mais ça n'a pas suffi."

"Malheureusement, c'est la règle de ce sport : plus on est lent, plus on est en difficulté sur la moto, tandis que quand tout va bien on n'est pas en difficulté. Quand je suis sur l'angle maximal, je sens les deux pneus glisser et je ne peux pas tellement tourner, alors je tenais trop la moto."

C'était la conclusion d'un week-end éprouvant de bout en bout, qui a valu au pilote Tech3 une dernière place sur la grille de départ déjà symptomatique de ses difficultés. Samedi, il décrivait sa journée comme "l'une des journées les plus difficiles de l'année", mais accueillait avec philosophie son manque de performance. "Je crois que je n'étais pas parti dernier depuis 2014 et ma période en CRT. Je me suis dit que la vie est un cycle parce que j'ai commencé le MotoGP en 2012 en étant dernier en essais, dernier en qualifs et dernier en course et maintenant, après dix ans, je reviens dans les mêmes positions. Au moins, j'ai aussi connu de bons moments [entre-temps] !" a-t-il souri.

Lire aussi :

partages
commentaires

Related video

Dovizioso satisfait de ses progrès avec la Yamaha depuis Misano
Article précédent

Dovizioso satisfait de ses progrès avec la Yamaha depuis Misano

Article suivant

Quartararo : Le "meilleur podium" de 2021 malgré un contexte difficile

Quartararo : Le "meilleur podium" de 2021 malgré un contexte difficile
Charger les commentaires