Avec KTM, Danilo Petrucci a "enfin le sentiment de compter"

Malgré un chrono modeste, Danilo Petrucci ne se montre pas inquiet de ses débuts discrets au guidon de la KTM, persuadé qu'il lui faut simplement un peu de temps. Il se sent en tout cas accompagné par le constructeur et son équipe, et souligne sur ce point un changement.

Avec KTM, Danilo Petrucci a "enfin le sentiment de compter"

Danilo Petrucci a fait ses débuts au guidon de la KTM RC16 le week-end dernier, avec 90 tours de piste cumulés en deux jours. Ces 484 km ne représentaient qu'une toute première étape dans sa découverte de la machine et dans un processus d'adaptation qu'il pressent devoir être long. Classé seulement 21e au terme du week-end, son retard de 1"855 sur le temps de référence et le fait qu'il s'était montré plus d'une seconde plus rapide l'an dernier à pareille époque au guidon de la Ducati ne l'inquiètent pas outre mesure.

"Il est clair que l'on a beaucoup de travail", concède le pilote italien, mettant l'accent sur son gabarit pour expliquer la particularité de son processus d'adaptation : "Je suis le seul à avoir cette taille, et adapter la moto à ma taille est un travail un peu long par rapport à d'autres pilotes. Ce n'est pas une excuse, mais un fait. J'ai toujours eu des réglages différents par le passé, parce que je suis plus grand, et j'ai donc besoin d'un peu plus de temps."

Lire aussi:

"Ma référence, le seul qui ait lui aussi changé de [marque de] moto, c'est Pol Espargaró : [dimanche] il a été très rapide, mais il est plus petit, alors la géométrie de sa moto était déjà bonne. Nous, on a déjà beaucoup changé la géométrie de la moto parce qu'il faut l'adapter à ma taille. C'est une longue route, c'est clair. Beaucoup de choses ont fonctionné, beaucoup n'ont pas fonctionné, mais on n'en est qu'au début, même s'il est clair que je voudrais être mieux classé."

"Pour le moment, j'ai besoin d'un meilleur équilibre, parce que je suis plutôt bloqué dans mes chronos", explique Petrucci. "Quand j'essaye d'aller plus vite, je tente de freiner plus fort, mais la moto ne veut pas garder sa trajectoire. Mais, d'un autre côté, si je freine un peu plus tôt, la moto ne veut pas garder sa trajectoire [non plus]. Il faut donc que l'on trouve un équilibre. Miguel [Oliveira] est assez rapide avec cette moto, alors je peux y arriver. Il est clair que j'ai besoin d'un peu plus de temps, mais je veux rester positif parce que je rivalise avec des pilotes qui sont sur cette moto depuis de nombreuses années, c'est donc un travail très compliqué."

Danilo Petrucci, KTM Tech 3

Dans ce travail si vaste, Danilo Petrucci se sent soutenu à la fois par KTM et par l'équipe Tech3, qu'il intègre cette année. Bientôt retiré des circuits, Guy Coulon est présent au Qatar, notamment pour accompagner ces premiers pas du pilote italien, et cela aussi a été une source d'aide à ses yeux lors de cette découverte.

"L'importance qui m'est accordée ici est très appréciable", salue-t-il. "Ils me suivent beaucoup. Dans le travail au stand, grâce au fait que j'ai une bonne expérience, je peux faire des comparaisons quant à ce qui me sert le plus. Clairement, je ne suis pas chef mécanicien, mais je comprends comment la moto bouge, alors je peux dire qu'à mon avis il faut la surélever, l'abaisser, la raccourcir, etc. L'ambiance dans le box est vraiment bonne. Je travaille avec Sergio [Verbana], mon chef mécano, qui est italien."

"Il y a plusieurs Italiens, et puis il y a Guy Coulon qui est un membre historique. J'aime beaucoup travailler avec lui, il me donne beaucoup de conseils, et puis il connaît surtout la géométrie d'une moto et il aime travailler sur la mécanique. Je suis très content du travail que l'on réalise. J'ai enfin le sentiment de compter au sein de l'équipe. Il y a aussi eu une comparaison avec Pedrosa, et ça a été très important parce qu'on a dit les mêmes choses, alors je commence à comprendre dans quelle direction aller."

Une moto qui a du caractère

Lui qui sort de six ans d'expérience au guidon de la Ducati, comment définirait-il la KTM ? "Capricieuse, rude. Disons que c'est une moto qui a du caractère", répond-il. "Les moteurs sont assez différents", souligne-t-il. "J'aime beaucoup le moteur de la KTM, parce que quand on est sur l'angle maximal, la distribution de puissance vers le pneu arrière est très douce. Je pense que cela aide bien, surtout quand on manque de traction sur l'asphalte et que les virages sont plus serrés qu'ici. Il est clair que l'on manque de puissance entre le quatrième et le sixième rapport, or ici cela aide beaucoup."

Compte tenu de ce qu'il a déjà pu ressentir au guidon de la RC16, Petrucci est certain que d'autres pistes lui conviendront mieux. "Ici, le tracé aide beaucoup les motos les plus puissantes, parce qu'il y a une assez longue ligne droite et d'assez grosses accélérations, et les virages ne sont pas très serrés. Il y a toujours une bonne traction", décrit-il. "Quand les conditions seront plus difficiles, qu'il y aura un manque de grip en milieu de virage et de traction, à mon avis la KTM fera la différence et j'ai hâte de l'essayer dans des conditions plus difficiles."

Danilo Petrucci sera de retour en piste cet après-midi, pour entamer la seconde phase de ces essais de pré-saison, qui durera cette fois trois jours.

partages
commentaires

Related video

Les débutants de Ducati satisfaits de leurs premiers essais
Article précédent

Les débutants de Ducati satisfaits de leurs premiers essais

Article suivant

Álex Márquez ne s'est pas facilité la vie avec ses chutes

Álex Márquez ne s'est pas facilité la vie avec ses chutes
Charger les commentaires