Présentations MotoGP 2017

Débuter avec Suzuki, "une pression positive" pour Álex Rins

Álex Rins hérite d'un guidon de choix pour faire ses débuts en MotoGP, néanmoins son arrivée chez Suzuki place d'emblée la barre très haut. Pas simple de prendre ses marques rapidement, surtout quand on a commencé par une blessure.

Après avoir fait débuter Maverick Viñales en MotoGP et l'avoir mené en deux ans à peine au plus haut niveau de la catégorie reine, Suzuki met le pied à l'étrier à un autre rookie, Álex Rins. Né à Barcelone il y a 21 ans, il a le profil de tant d'autres pilotes, qui dès leur plus jeune âge ont appris à évoluer sur deux roues. Cependant, en intégrant la discipline la plus intransigeante qui soit, il relève désormais le défi ultime et se sait très observé.

Or, les débuts de Rins au guidon de la GSX-RR n'ont pas été des plus heureux, car dès la séance de Valence, en novembre dernier, il s'est blessé aux vertèbres. Verdict : il n'a pu se rendre à Jerez pour la suite de ces essais automnaux et a été contraint au repos durant un mois afin de récupérer.

Aujourd'hui, le jeune Espagnol assure avoir retrouvé ses moyens et être prêt à reprendre la piste demain, pour les tests collectifs de Sepang qui marqueront la reprise des titulaires. "Je me sens bien. Je n'ai pas de douleurs, je me sens donc prêt à commencer ce nouveau projet", prévient-il. "On verra demain quelles sont mes sensations quand je piloterai la moto. En tout cas, je suis excité à l'idée de commencer et, quand vous êtes excité, la douleur s'évapore."

Sa découverte de la GSX-RR ayant été interrompue prématurément, il a conscience qu'il a pris un peu de retard, ce qu'il tentera de compenser dès ces essais collectifs en Malaisie. "J'ai perdu du temps avec cet accident, je n'ai pas été à Jerez, mais on a quand même une bonne pré-saison : on a trois jours ici, puis trois jours en Australie et trois jours au Qatar. Je pense qu'avec ces neuf jours je vais pouvoir récupérer un peu ce que j'ai perdu", suggère-t-il.

Deux mois après son accident, Álex Rins veut donc rassurer sur ses capacités et assure par ailleurs s'être fortement concentré sur sa préparation dès qu'il a été autorisé à reprendre l'exercice, afin de gagner en musculature et d'être au niveau du bolide qu'il doit désormais dompter : "J'ai trop attendu après Valence, j'ai passé un mois à ne rien faire. Après ce mois de récupération, je me suis beaucoup entraîné. J'ai fait beaucoup de choses, du motocross, du ski, de la gym, du vélo, tout."

Si la séance qui débutera demain s'annonce perturbée par la météo compte tenu des averses qui ont touché Sepang ces derniers jours, le Catalan assure ne pas être inquiet. Le maître-mot est bel et bien l'adaptation, que son équipe espère la plus rapide possible, et cela l'oblige à reprendre son travail en ne grillant aucune étape.

"Demain on va essayer de trouver le rythme avec la moto, pour tenter de rattraper tout ce que l'on a perdu. Je ne pense donc pas avoir beaucoup de choses à tester demain", pressent-il. "On doit avancer pas à pas. C'est très important, car si l'on voulait aller vite dès le départ, ce serait difficile de comprendre la MotoGP."

 

Apprendre le plus vite possible

Après cinq saisons en Moto3 et Moto2, auréolées de 12 victoires et l'ayant mené par deux fois au deuxième rang du championnat, Álex Rins doit désormais répondre aux attentes d'une équipe ambitieuse, qui place de grands espoirs en lui. Pas simple quand on a tout à découvrir.

"C'est un rookie, il vient du Moto2 et nous pensons qu'il est lui aussi un pilote très talentueux", explique Davide Brivio, team manager, désireux de voir l'écart entre ses deux poulains se réduire rapidement : "Nous devons l'aider à grandir et à utiliser son talent. Álex doit rejoindre Andrea [Iannone] dès que possible."

"À Valence, j'ai ressenti que j'avais beaucoup de puissance entre les mains et la moto partait sans cesse en wheelie. Ça n'est pas simple d'être rapide, il faut que l'on travaille dur avec mon team et l'ensemble de l'équipe", souligne le pilote. "Je veux apprendre le plus vite possible. Ce sera difficile, car en MotoGP tous les pilotes sont rapides, mais je veux essayer de gagner très vite en expérience."

"Il faut se fixer des objectifs réalistes", poursuit-il. "Être le meilleur rookie, c'est l'un des objectifs que l'on se fixe pour cette année, mais il est encore tôt pour savoir quels objectifs nous pourrons viser, car je n'ai piloté la moto qu'une seule fois."

"Nouvelle moto, nouvelle équipe, pilote d'usine... Tout ceci est une pression positive. Ce n'est pas simple de faire ce que nous avons fait. Tous les pilotes qui viennent du Moto2 n'intègrent pas une équipe officielle et cela me motive encore plus pour bien faire", promet Álex Rins.

Avec Oriol Puigdemont

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement Présentation de la Suzuki MotoGP 2017
Pilotes Álex Rins
Équipes Team Suzuki MotoGP
Type d'article Actualités
Topic Présentations MotoGP 2017