Le directeur de course défend la justesse des commissaires

partages
commentaires
Le directeur de course défend la justesse des commissaires
Par : Léna Buffa
12 avr. 2018 à 13:23

Mike Webb répond aux accusations de Valentino Rossi face à la polémique née des incidents ayant impliqué Marc Márquez dimanche en course.

Marc Marquez, Repsol Honda Team, Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing se touchent
Marc Marquez, Repsol Honda Team, Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing se touchent
Mike Webb, directeur de course
Marc Marquez, Repsol Honda Team, Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing se touchent
Marc Marquez, Repsol Honda Team, Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing se touchent
Marc Marquez, Repsol Honda Team, Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing se touchent
Marc Marquez, Repsol Honda Team, Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing se touchent
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team, Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing se touchent

Son palmarès, son aura tout autant que son bagout confèrent aux paroles de Valentino Rossi une attention toute particulière. Aussi, quand le Docteur porte des accusations aussi lourdes que celles qu'il a exprimées dimanche soir, au terme du Grand Prix d'Argentine, leur portée n'en est que décuplée.

Accusant Marc Márquez d'avoir "détruit" le MotoGP et de chercher délibérément le contact avec ses adversaires lorsqu'il souhaite les dépasser, Rossi s'est aussi ému de sanctions à ses yeux trop faibles à l'encontre de l'Espagnol, allant jusqu'à dire qu'il ne se sentait "pas protégé" par la direction de course.

Mike Webb, directeur de course, a répondu aux attaques du nonuple Champion du monde dans les colonnes du journal espagnol Marca, souhaitant défendre le sérieux des décideurs en charge d'établir les sanctions. "Le panel de commissaires et la direction de course s'efforcent d'être professionnels, justes et dignes de confiance. Il est naturel, dans cette vie, que toutes les parties impliquées, y compris ceux qui voient juste les incidents, aient leur avis et ils ont le droit de l'exprimer", juge-t-il.

Le directeur de course a par ailleurs détaillé les différentes pénalités infligées au pilote Honda au cours de cette épreuve mouvementée, et assumé le fait que d'autres incidents tels que ceux impliquant Zarco et Pedrosa, ou Petrucci et Aleix Espargaró, n'aient mené à aucune sanction dimanche.

"Tous les incidents sont toujours différents d'une façon ou d'une autre. Les sanctions sont décidées par le panel de commissaires en tenant compte de toutes les circonstances après avoir vu toutes les caméras, sous tous les angles, et [pris en compte] certaines informations pertinentes comme les précédentes infractions", explique-t-il.

"Bien entendu, nous pensons que dans chaque cas la sanction est adaptée à l'infraction : un ride-through pour avoir roulé dans la direction opposée au départ, la cession d'une position pour pilotage irresponsable ayant causé un contact [avec Espargaró, ndlr], un ride-through pour pilotage irresponsable ayant causé un contact [avec Rossi, ndlr]. Prenez en compte que la dernière sanction était un ride-through et qu'elle s'est transformée en 30 secondes car c'était le dernier tour et qu'il était impossible de réaliser le ride-through."

Vers un dialogue à Austin

Bien qu'il estime que les pénalités infligées à Marc Márquez pendant la course ont été justes, le sujet pourrait ne pas être clos à en croire la précision apportée par Mike Webb. "La direction de course se réunira et décidera des prochaines actions avant Austin, ce qui pourrait inclure une discussion avec les pilotes", fait-il savoir en effet.

Pour sa part, Carmelo Ezpeleta a exprimé officiellement lundi son soutien aux commissaires et n'a pas remis en question les décisions prises, néanmoins lui aussi a ouvert la porte à un dialogue qui devra avoir lieu dès que possible pour ne pas laisser la situation se gangréner.

"Je n'ai pas parlé aux pilotes, nous le ferons à Austin, lors de la Commission [de sécurité] de vendredi. Je voudrais qu'ils y participent tous les deux", a indiqué le PDG de Dorna Sport auprès de Radio Marca. "Rossi est très en colère et Márquez se sent frustré, je les comprends tous deux. Ce sont des choses qui arrivent, la rivalité est grande, Márquez a fait ce qu'il a fait mais ce n'est pas de mon devoir de les juger."

Avec Matteo Nugnes

Prochain article MotoGP
Après une qualification prometteuse, Siméon a déchanté en course

Previous article

Après une qualification prometteuse, Siméon a déchanté en course

Next article

Pour Zarco, la 2e place compte plus que devancer les autres Yamaha

Pour Zarco, la 2e place compte plus que devancer les autres Yamaha