MotoGP
18 oct.
-
20 oct.
Événement terminé
25 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé

Doohan : "Nous avons besoin de plus d'Australiens !"

partages
commentaires
Doohan : "Nous avons besoin de plus d'Australiens !"
Par :
26 juil. 2019 à 15:20

Vingt ans après l’annonce de sa retraite, le quintuple Champion du monde australien aimerait voir un plus grand nombre de ses compatriotes rouler au plus haut niveau.

Pilote australien le plus prolifique de l’Histoire des Grands Prix, Mick Doohan comptabilise cinq titres mondiaux ainsi que 54 victoires, le tout dans la catégorie reine. Relève directe de Wayne Gardner, il avait alors fait briller son pays sur la scène internationale dans les années 1990, et le temps avait semblé long avant qu’un certain Casey Stoner ne décroche le Graal une décennie plus tard. Huit ans après le dernier titre de l’Australie en MotoGP, ils ne sont désormais plus que deux à porter ses couleurs, et le quintuple Champion du monde s’en désole quelque peu. 

De 1986 à 1998, l’Australie a été au sommet avec Gardner, tout d’abord, puis avec Doohan, les deux hommes totalisant ensemble 72 victoires et six sacres 500cc. D’autres n’ont pas non plus été en reste, à l’image de Garry McCoy et de ses cinq victoires en 125cc et en 500cc ainsi que Daryl Beattie et ses trois succès en catégorie reine, entre 1993 et 2000. L’Advance Australia Fair a souvent résonné sur la plus haute marche du podium, et malgré quelques victoires totalisées par Anthony West, Troy Bayliss ou encore Chris Vermeulen dans les années 2000, il a fallu attendre l’arrivée de Casey Stoner, en 250cc d’abord, puis surtout en MotoGP en 2006, pour revoir un Australien à la première place de façon régulière. 

Lire aussi:

L’Australie a alors retrouvé de sa superbe au travers des 38 victoires du pilote de Southport et de ses deux titres. Mais depuis 2013, première année de sa retraite, le pays manque de représentants dans les trois catégories. Seul Jack Miller est parvenu à tirer son épingle du jeu, en s’imposant à six reprises en Moto3 et en manquant de peu le titre en 2014. Vainqueur du Grand Prix MotoGP des Pays-Bas en 2016, il a su faire sa place au plus haut niveau et n’est pas passé loin de décrocher le guidon Ducati officiel pour la saison prochaine.

De l’œil expérimenté de Doohan, le meilleur reste à venir pour le pilote Pramac. "Jack Miller fait du super boulot, il a juste besoin d'encore une autre petite pièce du puzzle", a-t-il expliqué au micro du site officiel du MotoGP. "Je pense que l'équipe Ducati l'aide comme ça, et disposer d'une moto factory lui permet de se battre avec les meilleurs, il doit juste se contenir maintenant. L'an prochain a l'air d'être parti pour être une bonne année pour lui, mais il ne faut pas encore abandonner cette année. Cette saison, c'est vraiment pour mettre les pièces en place et ensuite jouer l'an prochain."

 

 

En plus de Miller, l’avenir de l’Australie passe actuellement aussi par Remy Gardner, qui évolue bien plus aux avant-postes cette année en Moto2 qu’il ne le faisait auparavant. Avec un premier podium en carrière en Argentine et une première pole position à Assen, il devrait réaliser sa meilleure saison, et évoluer dans le bon sens. C’est en tout cas tout ce que souhaite Mick Doohan, qui se désole de voir si peu de ses compatriotes en championnat du monde.

"Pour Gardner, c'est super, c'est un nom qui est synonyme de course moto en Australie, et nous avons besoin de plus d'Australiens ! Ce serait chouette d'avoir un Kiwi [Néo-Zélandais, ndlr] aussi !", a-t-il déclaré. "Cette année il a réalisé de grandes améliorations, il obtient la confiance nécessaire pour se battre devant toutes les semaines. Je suis sûr qu'une victoire n'est plus très loin et espérons le voir en MotoGP dans les prochaines années."

Avec Michaël Duforest

Article suivant
Graziano Rossi: "Valentino est le seul à pouvoir déranger Marquez"

Article précédent

Graziano Rossi: "Valentino est le seul à pouvoir déranger Marquez"

Article suivant

En progrès, Mir ne voit plus d’un bon œil d’avoir Rossi devant lui

En progrès, Mir ne voit plus d’un bon œil d’avoir Rossi devant lui
Charger les commentaires