Doohan : Quartararo a "fait la différence" cette année

Mick Doohan estime que "personne ne peut rester" au niveau de Fabio Quartararo dans la durée cette année. Pour l'Australien, le pilote Yamaha a gagné en confiance après une saison 2020 délicate.

Doohan : Quartararo a "fait la différence" cette année

Fabio Quartararo a mené le championnat durant la majeure partie de l'année et le GP d'Émilie-Romagne lui donnera une première chance de remporter le titre, deux courses avant la fin de la saison 2021. Mick Doohan est impressionné par les performances du Français depuis ses débuts en MotoGP et par son avantage cette année, malgré une Yamaha moins puissante que la Ducati et parfois dominée par la machine italienne.

"Il est tout le temps là depuis quelques saisons", souligne le quintuple Champion du monde dans le podcast In The Fast Lane. "Il fait ce qu'il faut pour gagner le championnat. Il n'est pas au tout premier plan tous les week-ends mais il est là ou pas loin. C'est suffisant. Il est évident que la Yamaha a un bon châssis, plus que tout. Il n'a pas la puissance mais il fait la différence. Il était le seul qui pouvait menacer Márquez quand il était en forme à 100%. Je pense qu'il est le nouvel homme du moment, personne ne peut rester à son niveau tous les week-ends."

"Quand les choses se passent bien pour Quartararo, il est vraiment seul au monde en qualifications", a ajouté Doohan. "Il est assez rapide. Il est plus ou moins seul. Yamaha doit trouver un peu de puissance. Je ne comprends pas comment dans les 30 ans que j'ai passés dans le championnat, ils ont toujours l'air de manquer de performance, comme Suzuki, alors que des constructeurs arrivent et trouvent la puissance."

S'il ne gagne pas cette année, c'est qu'il y aura un problème, mais ça sera à un psychologue d'en parler. Le garçon a du talent.

Mick Doohan

Fabio Quartararo a eu une première opportunité de remporter le titre l'an passé, mais ses trois succès en 2020 sont finalement restés ses trois seuls podiums de la saison. Avec une Yamaha moins efficace, le Niçois a perdu pied dans les dernières courses de l'année et après avoir travaillé avec un psychologue, il a réussi à faire évoluer son approche cette année. Quartararo a été capable de faire le dos rond pour sauver des points importants dans les courses moins favorables, reconnaissant qu'il serait probablement parti à la faute dans des conditions comparables un an plus tôt.

"Peut-être qu'il y avait un problème de pression mais ça a peut-être pris de l'ampleur avec quelques mauvais résultats et une pression du résultat plus forte", analyse Doohan. "Comme vous le savez, tout le monde a une approche différente. Il est clairement celui qui peut gagner, il le sait et il gagne en confiance. On voit sa confiance sur la moto."

"S'il ne gagne pas cette année, c'est qu'il y aura un problème, mais ça sera à un psychologue d'en parler. Le garçon a du talent. Il semble énormément travailler et c'est une grosse partie du travail. On ne peut pas débarquer sur les week-ends, mettre son casque et prendre la piste. On est totalement immergé dans ce monde."

L'Australien assure n'avoir "jamais ressenti" une pression pouvant lui faire perdre ses moyens mais il estime que "tout le monde est un peu différent" et constate que Quartararo a "clairement eu des soucis" au cours de l'année 2020. Il comprend que les fortes attentes placées sur un pilote puisse le troubler.

"On a la pression du résultat. C'est pour ça qu'on vous confie une moto, pour la piloter et donner à l'équipe et tout le monde des résultats, donc il y a cette pression, mais elle vient surtout de la volonté de gagner et d'être le meilleur, parce qu'au final tout le monde fait de la course pour le plaisir, mais aussi pour gagner. Personne ne se dit 'ça serait bien de finir troisième aujourd'hui'. Il faut cette détermination et ça s'accompagne d'une pression que l'on se met."

"Je pense que tout le monde a une façon différente de gérer cette pression et de se concentrer avant une course. Le matin de la course, dans les moments avant la course, ça devient un peu plus intense. Certains plaisantent mais tout le monde a clairement la même détermination, ou 50% de la grille. Les 50% restants sont contents d'être là."

Lire aussi :

partages
commentaires
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda
Article précédent

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Article suivant

Schwantz pensait que le Sachsenring serait un tournant pour Márquez

Schwantz pensait que le Sachsenring serait un tournant pour Márquez
Charger les commentaires