Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse

La Dorna n'a pas souhaité de team satellite à la place de Suzuki

Sito Pons, patron d'équipe en Moto2, a tenté de rejoindre le MotoGP en remplacement de Suzuki mais a essuyé un refus de la part de la Dorna, qui préférerait opter pour l'arrivée d'un nouveau constructeur.

Le garage Suzuki

Le garage Suzuki

Gold and Goose / Motorsport Images

L'opportunité d'obtenir une place en MotoGP se présente peu et la grille de la catégorie s'est renouvelée sans changements majeurs ces dernières années. La décision prise par Suzuki de partir à la fin de la saison 2022 a ouvert une porte normalement fermée et sur laquelle nombre d'équipes se sont ruées… en vain.

Peu de temps après l'annonce du constructeur japonais, la Dorna avait en effet averti qu'elle ne se précipiterait pas pour le remplacer, la grille restant aussi fournie que la saison précédente avec la scission entre Aprilia et Gresini qui avait donné deux entités indépendantes. Le choix entre une nouvelle équipe et un nouveau constructeur pèse également lourd dans la balance, et ce dernier semblerait avoir l'avantage aux yeux de l'organisateur, qui pourrait y trouver une façon de diversifier les différentes marques engagées.

Les demandes des équipes indépendantes, Leopard et Pons en tête, n’ont donc pas abouti pour 2023 et pourraient continuer à trouver porte close, comme l'a confié Sito Pons à Speedweek : "Nous avons eu de nombreuses discussions avec le PDG de la Dorna, Carmelo Ezpeleta, à propos du MotoGP. Nous lui avons officiellement demandé si nous pouvions revenir dans la catégorie avec le team Pons. Mais Carmelo m'a clairement fait comprendre qu'il voulait un constructeur et qu'il ne signait pas d'équipes satellites supplémentaires pour le moment. C'était une réponse claire […] Lorsque Suzuki a annoncé son retrait en mai, nous avons récidivé, parlé à Carmelo mais, malheureusement, il n'y a pas de place pour une équipe privée."

Arón Canet, roulant en 2022 pour l'équipe Pons.

Arón Canet, roulant en 2022 pour l'équipe Pons.

La structure de l'Espagnol a déjà évolué en catégorie reine par le passé, où elle a connu plusieurs succès avant de devoir se retirer fin 2005, faute d'accord avec son sponsor principal. Le team Pons avait alors rejoint les 250cc à compter de 2009 avant de basculer en Moto2 lors de la création de la catégorie en 2010. Devenue une référence dans le paddock, sa structure a notamment été sacrée en 2013 avec Pol Espargaró et a accueilli en son sein des pilotes comme Maverick Viñales et Álex Rins qui ont également joué le titre. Elle n'a pourtant jamais été en mesure de retrouver sa place d'antan, malgré sa demande depuis "de nombreuses années".

Lire aussi :

Be part of Motorsport community

Join the conversation
Article précédent Aprilia a douté de son choix de rejoindre le MotoGP
Article suivant Quartararo, un pluri-champion en puissance que Yamaha veut garder

Top Comments

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse