Dovizioso admet ses difficultés avec une Ducati nerveuse au freinage

Sa cinquième place au Grand Prix d'Aragón est plutôt un résultat satisfaisant au regard de sa position de départ, néanmoins Andrea Dovizioso affichait 24 secondes de retard sur le vainqueur à l'arrivée... de quoi s'alarmer!

Il faut dire que son week-end n'a jamais pris de tour positif. Dès les premiers essais, le pilote italien et son staff ont dédié beaucoup de temps à l'électronique, un travail qui s'est fait au détriment de la recherche des meilleurs réglages.

"On travaille sur l'électronique et en particulier sur la cartographie, mais on n'a pas encore réussi à trouver une solution qui soit complètement satisfaisante. Cela ne nous a pas permis d'abattre le travail habituel pour affiner le set-up," regrettait-il vendredi soir, alors huitième au classement.

La situation est allée de mal en pis pour Dovizioso, contraint d'en passer par la Q1 puisqu'il n'est pas parvenu à figurer dans le top 10 du classement combiné des trois premières séances d'essais libres. Cette phase qualificative n'aurait dû être qu'une formalité pour Dovi, contraint d'en découdre avec les pilotes satellites et Open... Ce fut un échec, l'officiel se faisant éliminer par le duo Pramac.

"Je n'ai pas réussi à boucler un tour parfait en Q1 parce que dans les deux derniers virages le pneu arrière m'a donné l'impression de ne pas encore être monté en température, même si j'étais certain de bien l'avoir préparé. On tombe parfois sur des pneus qui ne sont pas parfaits," regrettait le pilote italien, déçu de ne pas avoir capitaliser sur les progrès accomplis en EL4.

Un bon départ et des dépassements réussis ont permis au pilote de compenser cette mauvaise qualification. Pour autant, impossible d'envisager de faire mieux que cinquième, compte tenu d'un rythme manifestement plus lent que celui de son coéquipier. Entre les deux hommes à l'arrivée : plus de 16 secondes.

"Etant donné que je partais de la treizième place, finir cinquième c'est quand même un beau résultat," suggère-t-il. "Disons que je suis à la fois content et pas content. Vu mon rythme, je pense avoir ramené le meilleur résultat possible, mais cela ne me rend pas heureux."

Des problèmes au freinage avec la GP15

"Il faut de toute évidence que l'on travaille pour améliorer la moto, parce que je n'arrive pas à freiner et à piloter comme j'aime et donc à être aussi rapide que je le voudrais," regrette Andrea Dovizioso, dont le problème avec la GP15 introduite cette année se situe dans la zone de freinage et d'entrée dans les virages. Et c'est d'autant plus frustrant que cela constituait jusqu'à présent son point fort et qu'il voit son coéquipier s'en sortir plus aisément.

Dans un entretien à Motosprint, il a précisé : "Le problème c'est que je n'arrive pas à entrer fort dans les virages et, si tu n'entres pas fort, tu perds de la vitesse et tu ne la récupères plus. (...) Malheureusement, je n'arrive pas à freiner fort, pas comme je le voudrais, et je n'arrive pas à exploiter la compétitivité de la Desmosedici GP15 en passage de courbe. Le problème c'est qu'au freinage, qui est mon point fort, la moto de cette année est très nerveuse."

"Iannone a moins de mal que moi parce qu'il base son pilotage sur le passage des virages qui, comme je l'ai dit, est un domaine dans lequel la moto a fait de gros progrès," ajoute-t-il dans les colonnes du magazine italien. "Disons que nous avons résolu un problème mais nous travaillons maintenant sur d'autres problèmes."

S'il a repris quelques points à Bradley Smith, Andrea Dovizioso conserve aujourd'hui la sixième place du Championnat du Monde avec encore 4 unités de retard sur l'Anglais et 33 sur son coéquipier, Andrea Iannone.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP d'Aragon
Sous-évènement Course
Circuit Motorland Aragon
Pilotes Andrea Dovizioso
Équipes Ducati Team
Type d'article Résumé de course
Tags difficultés, gp15