MotoGP
18 oct.
-
20 oct.
Événement terminé
25 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé

Jerez un test "plus important" pour valider le nouveau châssis Ducati

partages
commentaires
Jerez un test "plus important" pour valider le nouveau châssis Ducati
Par :
24 nov. 2019 à 17:00

Enthousiaste lorsqu'il a découvert le nouveau châssis Ducati, Andrea Dovizioso est désormais impatient de reprendre le travail à Jerez, une piste qui lui offrira un meilleur terrain d'évaluation que Valence.

Compacte, imposant de passer beaucoup de temps sur l'angle et avec une ligne droite principale courte, la piste de Valence n'a pas remporté les suffrages des équipes qui cette semaine testaient un nouveau moteur en vue de 2020, mais n'a pas plus convaincu Ducati, pourtant plutôt à l'œuvre sur son châssis. Il faut dire que le circuit Ricardo Tormo n'est pas vraiment du goût des Desmosedici et Andrea Dovizioso, pas franchement amateur de cette piste, est impatient de retrouver Jerez lundi et mardi, afin de poursuivre dans de meilleures conditions le travail initié lors du test de cette semaine.

"Pour moi, ça n'est clairement pas la meilleure piste et je ne pense pas non plus que ce soit une très bonne piste pour faire des tests. Il n'y en aura pas l'année prochaine et je pense que c'est une bonne idée", estime le pilote italien, qui juge que les derniers essais collectifs de l'année revêtiront une plus grande importance pour valider les évolutions de la Ducati.

Lire aussi :

Bien que toujours pondéré et alors qu'il s'est évertué à qualifier la nouveauté "d'intéressante", Dovizioso ne pouvait cacher sa satisfaction mardi lorsqu'il a testé pour la première fois le nouveau châssis conçu par Borgo Panigale pour tenter de corriger le talon d'Achille de la Ducati, sa maniabilité en virage. "Je suis content des sensations que j'ai eues [mardi], mais Jerez sera plus important", pointait-il pourtant le lendemain, en quittant Valence.

Passée cette première évaluation positive, le châssis n'était plus au cœur de son travail le deuxième jour, son programme ayant eu pour but de valider ou d'écarter des pièces de moindre importance. "On n'a pas fait d'autres comparaisons ou d'essais sur ce que l'on avait fait [mardi]. Il est plus important de les mener dans d'autres conditions et surtout sur une autre piste qui, à mon avis, sera plus intéressante pour comprendre ces détails. On a donc utilisé ce temps, mais il y avait d'autres choses à tester. Qu'elles soient plus ou moins importantes, il fallait en tout cas terminer cela. Il faut définir toutes les pièces de la moto de base, car ensuite il y aura deux mois de coupure."

"[Mercredi] on n'a pas testé grand-chose parce qu'à notre avis il faut être intelligent pour comprendre quand certaines choses doivent être essayées. Il est normal qu'il faille utiliser le plus possible les tests, mais il faut approuver des pièces, or si on les teste mal on les approuve mal. Il faut donc être intelligent pour comprendre quel est le moment. C'est pire de choisir une pièce qui n'est pas bonne, que de ne pas l'essayer."

La moto d'Andrea Dovizioso, Ducati Team

Classé huitième à Valence mercredi, alors qu'il expliquait que les temps avaient été plus difficiles à obtenir, Dovizioso n'accordait que peu d'importance à la hiérarchie, comme à son habitude : "Je le dis toujours, à mon avis il faut donner une importance relative aux tests MotoGP, et surtout ceux de fin de saison. Certains veulent pousser et d'autres moins, certains peuvent avoir de bonnes sensations, d'autres moins. Ce n'est pas un week-end de course où tout le monde attaque fort."

Cependant, il faudra s'attendre à ce qu'il pousse plus la Ducati dans ses retranchements à Jerez, afin d'obtenir les confirmations souhaitées sur la bonne direction prise par le constructeur dans la conception de ce nouveau châssis, tant attendu. Car les premières sensations positives dont ont témoigné les pilotes font espérer chez Ducati qu'un tournant important se profile. "Nous avons fait des tests dans plusieurs domaines, mais le châssis reste le point faible pour nous et le passage des virages est le problème principal", concède Davide Tardozzi au site officiel du MotoGP. "Il semble que nous ayons trouvé quelque chose, ou au moins que nous ayons compris quelque chose. Il faut que nous continuions à progresser dans ce domaine et je pense que nous le ferons bientôt."

Lire aussi :

À Jerez, Andrea Dovizioso pourra compter sur la participation de Jack Miller qui, en l'absence de Danilo Petrucci, convalescent, a déjà reçu ce châssis lors du deuxième jour de roulage à Valence, un peu plus tôt que prévu. Et le pilote australien n'est pas moins impatient de poursuivre le travail à Jerez.

"Ce n'est que le début, mais la moto de 2020 semble aider à prendre les virages. Mais après un week-end de course et après avoir piloté la même moto toute l'année, c'est difficile d'enfourcher une nouvelle moto, elle semble toujours un peu différente et il faut immédiatement identifier les points négatifs. J'ai donc hâte de la tester à nouveau à Jerez", assure-t-il. "Il faut qu'on comprenne ce qu'on doit faire, parce qu'elle est différente donc on a besoin de réglages différents. Les réglages de base qu'on a utilisés toute l'année et jusqu'à dimanche ne fonctionnent pas vraiment, alors on a encore du travail."

Article suivant
Abraham quitte le MotoGP, l'arrivée de Zarco imminente ?

Article précédent

Abraham quitte le MotoGP, l'arrivée de Zarco imminente ?

Article suivant

Nouveau retraité, Lorenzo "laisse une petite porte ouverte"

Nouveau retraité, Lorenzo "laisse une petite porte ouverte"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Auteur Léna Buffa