Dovizioso : "Lorenzo a permis de confirmer la réalité de la moto"

Pour la première fois depuis son arrivée en MotoGP en 2008, Andrea Dovizioso est ancré dans la course au titre mondial. Avant l'amorce de la dernière partie de saison, il a accordé une interview à Motorsport.com.

Andrea Dovizioso est un personnage pour le moins volubile. Motorsport.com s'est en effet entretenu avec le pilote italien plusieurs heures, ce qui a paradoxalement semblé encore trop court pour faire le tour de l'ensemble des sujets.

Le pilote Ducati a créé la surprise cette saison, en engrangeant quatre victoires – qui sont toujours allées par paire : d'abord au Mugello puis à Montmeló, et ensuite sur le Red Bull Ring et à Silverstone –, soit le double de ce qu'avait gagné jusqu'ici le numéro 4 dans la catégorie reine !

La combinaison de sa régularité avec une certaine forme de force tranquille s'est avérée une recette gagnante, qui lui permet aujourd'hui d'être en lice dans la course au titre. Alors que s'approche le triptyque de courses aux antipodes, avec comme point de départ le Grand Prix du Japon, à Motegi à la fin de la semaine, Dovizioso évolue pour l'heure à la deuxième place du championnat, à 16 points du leader Marc Márquez.

Peux-tu nous dire ce qui a changé depuis ce Grand Prix des États-Unis, où tu avais invité Ducati à abandonner la moto utilisée cette année ?

Je n'ai pas vraiment de réponse à apporter. Il n'y a pas d'éléments concrets qui permettent d'expliquer le fait que nous soyons devenus si compétitifs. Il y a un cumul de facteurs sur lesquels nous avons beaucoup travaillé, et les pneumatiques sont une des clés, car nous avons réussi à les gérer de façon adéquate dans des moments compliqués. Cela a fait la différence, et nous a beaucoup encouragés.

Et l'autre point qu'il convient de souligner, c'est que nous avons une base de la moto qui fonctionne en toutes circonstances, et cela nous aide à aborder les week-ends avec un certain avantage. Par contre, nos adversaires n'y sont pas parvenus. Nos rivaux ont eu beaucoup de hauts et de bas, et cela explique aussi pourquoi nous sommes en lutte pour le titre. Nous avons progressé, mais les autres ont souffert plus que d'habitude. 

Est-ce que Ducati a été proche de baisser les bras ?

Le fait est que, jusqu'à cette victoire au Mugello, nous n'étions pas conscients que nous pouvions nous battre pour le championnat. Mais en dépit du fait que tu ne vises pas le titre, tu pars toujours sur chaque Grand Prix avec l'idée de gagner. Je ne suis sans doute pas arrivé en Italie dans les meilleurs dispositions mentales, mais quand les choses fonctionnent, il faut se tenir prêt pour lutter pour la victoire. Et c'est ce que nous avons fait. À partir de là, tout s'est amélioré. 

À la différence de beaucoup d'autres, tu n'as jamais occulté le travail de préparation mentale que tu as mené ces dernières années. Pourquoi ?

Parce que le sport et les motos me passionnent, et parce que je suis un gars normal et très transparent. Essayer de cacher les choses comme si elles étaient secrètes, cela ne m'intéresse pas. Je n'ai aucun problème à reconnaître que j'ai travaillé mentalement car je me suis rendu compte que je pouvais progresser sur ce point. Il y en a qui considèrent que c'est un signe de faiblesse, mais je ne vois pas la chose comme cela.

Danilo Petrucci, Pramac Racing, Marc Marquez, Repsol Honda Team, Andrea Dovizioso, Ducati Team

Quasiment tout le monde sait comment pilote Márquez, Lorenzo, Pedrosa ou Rossi. Est-ce que cela t'a surpris de voir autant de pilotes en lice cette année ?

Je dirais que cela m'a moins surpris que d'autres personnes. Mais c'est normal, car je n'avais jamais été au centre de toutes les attentions, et je n'avais pas gagné beaucoup de courses. On ne m'a jamais trop calculé. Les courses de Dovizioso ne font pas l'objet d'analyses, de telle façon que beaucoup de choses passent inaperçues aux yeux des gens. J'ai gagné quatre fois [cette année], et tout le monde hallucine.

Mais Dovizioso pilote comme il l'a toujours fait, avec les mêmes stratégies et la même mentalité qu'auparavant. La différence c'est que maintenant j'aborde la vie et les week-ends de Grand Prix d'une meilleure façon. Maintenant je comprends mieux certaines choses, des petits détails qui ont leur influence.

Si ce que j'ai fait a pu surprendre, c'est parce que la majorité me considérait comme un pilote qui n'était pas à la hauteur des meilleurs, alors qu'en réalité je n'ai jamais été aussi loin [que les observateurs le prétendaient]. Et aujourd'hui, avec ces petits changements, je me suis mis au même niveau [que les habituelles têtes d'affiche]. 

Alors, le fait de pouvoir te battre pour le titre ne t'a pas surpris ? 

Eh bien, jusqu'à présent je ne me voyais pas capable d'y prétendre. Mais je n'avais pas non plus la même vision de moi que la plupart des gens. 

Qu'est-ce qui a le plus changé ? Toi ou la moto ?

La moto n'a quasiment pas changé. Moi oui, surtout au niveau de la façon de programmer, de planifier. Ces petites choses détiennent une grande importance quand tu cours avec des écarts aussi petits. 

Est-ce que tu es content de ta réputation au sein de l'équipe Ducati ?

Je suis très content car cette année elle s'est beaucoup améliorée. Le recrutement de Jorge [Lorenzo] a permis de confirmer certains aspects de la moto que j'avais déjà signalés, mais dont beaucoup de personnes dans l'équipe n'avaient pas tenu compte. Son arrivée a permis de confirmer la réalité de la moto. Et bien sûr, cela a permis de me mettre davantage en valeur, c'est un fait. 

Andrea Dovizioso, Ducati Team

C'est un argument que tu vas avancer au moment de négocier ta prolongation de contrat ?

Nous allons prendre le temps de parler de cela au début de la saison prochaine, et nous verrons dans quelles conditions cela se fera à ce moment-là. Ce qui est certain c'est que les négociations seront différentes de celles qui ont eu lieu l'an passé. 

Cela ne te dérange pas de ne pas être au centre de toutes les attentions ?

D'une certaine manière cela me libère de la pression. Au début de cette année, tous les regards étaient tournés vers Jorge, et compte tenu de mon tempérament, cela m'a convenu très bien. Cela aurait posé problème à d'autres pilotes, mais pas à moi. Moi, au lieu d'être autant sollicité que Lorenzo qui est sous les projecteurs, je me suis concentré sur mon travail, à analyser ce que je pouvais améliorer. 

Est-ce que tu t'étais imaginé que les choses allaient prendre une telle tournure ?

Oui, cet hiver j'ai changé ma préparation physique, et mentalement je suis arrivé plus préparé que jamais. Les tests hivernaux se sont très bien déroulés et lors de la première course [au Qatar], j'ai obtenu un bon résultat [la deuxième place] dans des conditions difficiles. J'étais vraiment beaucoup plus préparé que les années précédentes. 

 
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Pilotes Andrea Dovizioso
Équipes Ducati Team
Type d'article Interview