Dovizioso : "Pas tant de maturité chez les pilotes plus âgés"

Ces derniers mois ont été marqués par trois décès de jeunes pilotes moto ; Franco Morbidelli veut que les doyens montrent l'exemple, Andrea Dovizioso estimant que ce n'est pas le cas pour l'instant.

Dovizioso : "Pas tant de maturité chez les pilotes plus âgés"

Jason Dupasquier, Hugo Millán et Dean Berta Viñales. En moins de six mois, les pilotes de moto ont payé un lourd tribut au sport qui est également leur passion. Ces trois jeunes loups ont perdu la vie en compétition alors qu'ils avaient respectivement 19, 14 et 15 ans, et désormais, dans le paddock, on se creuse la tête pour savoir comment empêcher les accidents mortels de se multiplier.

"C'était vraiment dommage, une très mauvaise chose, et en général c'est une année dévastatrice de ce point de vue, très mauvaise pour tout le monde", commente Franco Morbidelli. "Je pense que pour un pilote, ça l'est encore plus. Évidemment, lorsque ces choses-là se produisent, beaucoup de gens donnent leur opinion. Cette dernière peut être juste ou non, personnellement je n'ai pas envie d'en exprimer une en particulier car je n'en ai pas. Ce que je dirais serait superflu face à une telle chose."

Morbidelli considère néanmoins que les pilotes de MotoGP se doivent d'être irréprochables dans leur comportement en piste et s'engage à aller dans ce sens.

"Il est vrai qu'il faut faire quelque chose, du moins pour essayer de contenir cette augmentation des blessures, des chutes et même des décès, comme ceux qui se sont produits samedi dernier et cette année dans les catégories inférieures", poursuit-il. "Honnêtement, je ne sais pas quoi faire, mais ce sera aux responsables de la sécurité et aux organisateurs des championnats d'agir. Je suis d'accord sur le fait que nous, les plus âgés, devons donner le bon exemple. Personnellement, je vais essayer de faire de mon mieux."

Franco Morbidelli, Yamaha Factory Racing

L'analyse est similaire du côté d'Andrea Dovizioso, qui estime par ailleurs que les pilotes de MotoGP sont loin d'être exemplaires pour l'instant.

"C'est un peu compliqué, il faut réfléchir calmement et aussi avec d'autres personnes. L'opinion d'une seule personne est inutile. Il faut réunir les pilotes de moto, ceux qui font les règlements, et ceux qui construisent les circuits ; il y a beaucoup de discussions à avoir", détaille l'Italien. "La seule chose que je dois dire, parce que c'est évident, c'est que bien qu'il y ait eu d'énormes progrès en termes de sécurité, parce que les pistes sont beaucoup plus sûres, il n'y a actuellement pas de solution pour les accidents où l'on reste sur la piste."

"Parce que la sécurité s'est tellement améliorée, nous oublions parfois à quel point ce qui s'est passé le week-end dernier peut facilement se produire. Les courses de moto sont dangereuses et, même si vous repoussez vos limites, certaines de ces choses peuvent arriver. Au niveau de l'âge et de la manière dont certaines choses sont faites, nous pourrions discuter, mais je ne veux pas trop m'attarder sur ces aspects."

"C'est vrai qu'aujourd'hui on anticipe beaucoup et il y a de plus en plus de jeunes qui courent. Peut-être qu'il y a moins d'expérience et trop d'envie d'y arriver, mais on ne voit pas tant de maturité chez les pilotes plus âgés. C'est pourquoi je ne veux pas porter trop de jugements, et il ne sert à rien de critiquer sans être objectif ou constructif, alors je vais juste dire que je suis désolé de ce qui s'est passé."

Lire aussi :

Propos recueillis par Francesco Corghi et Matteo Nugnes

partages
commentaires
Márquez a rarement vu une Honda évoluer autant qu'au test de Misano
Article précédent

Márquez a rarement vu une Honda évoluer autant qu'au test de Misano

Article suivant

EL2 - Márquez encore en tête, Miller et Quartararo au contact

EL2 - Márquez encore en tête, Miller et Quartararo au contact
Charger les commentaires