MotoGP
20 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
04 oct.
-
06 oct.
Événement terminé
18 oct.
-
20 oct.
Événement terminé
25 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
EL1 dans
18 Heures
:
33 Minutes
:
39 Secondes

Pour Dovizioso, le niveau de Márquez a de quoi inquiéter tout le monde

partages
commentaires
Pour Dovizioso, le niveau de Márquez a de quoi inquiéter tout le monde
Par :
31 oct. 2019 à 14:35

Le pilote Ducati est bien conscient qu'il a moins pu résister au Champion du monde cette année et qu'il lui faudra indéniablement faire mieux en 2020 pour tenter de se rapprocher et d'être plus menaçant.

Assuré depuis dimanche d'être vice-Champion du monde pour la troisième année consécutive, Andrea Dovizioso porte un regard très réaliste sur sa performance de la saison et ne cache pas sa déception. Le pilote Ducati est pourtant en bonne voie pour battre son record personnel de points sur l'ensemble du championnat, sachant qu'à deux courses de la conclusion il en compte 240 : il en a cumulé 245 au total l'an dernier et 261 il y a deux ans. Mais dans le même temps, Marc Márquez explose les compteurs et c'est tout bonnement le record absolu de points obtenus en une saison que l'Espagnol pourrait battre cette semaine, lui qui a déjà dépassé le week-end dernier son record personnel avec un capital qui culmine à 375 points.

Distancé de 37 points à l'issue du championnat 2017 alors qu'il avait fait durer la course au titre jusqu'à la dernière manche, Dovizioso a vu Márquez être couronné plus tôt que jamais cette année et l'écart les séparant est à ce stade de 137 points… Un gouffre qui va jusqu'à provoquer un petit rire nerveux chez le vice-Champion du monde, bien conscient que ces limites sans cesse repoussées par l'extraterrestre Márquez ne font finalement que mettre en évidence le manque de perfection de ses adversaires.

"On a connu beaucoup de hauts et de bas pendant la saison, on a connu des difficultés dans beaucoup de situations par rapport aux deux dernières saisons, mais au final on a réussi à terminer deuxièmes [du championnat], donc on peut en être contents. Par contre, si on regarde Marc, l'écart est bien sûr trop grand, mais il l'est pour tout le monde !" constate Dovizioso.

Lire aussi :

"En ce moment, il est difficile de penser à la manière dont on peut arrêter Marc, car cette saison il a fait quelque chose d'encore mieux que par le passé", concède le pilote italien. "Tout le monde dans ce championnat travaille au maximum, peu importe ses résultats, et on va continuer à fournir cet effort. En ce moment, il est difficile de savoir quoi faire, car l'écart est dingue, c'est un peu trop ! Mais tout est possible. Ces deux dernières années, on s'est battu plus que cela, alors je pense que l'on a une chance de revenir et de se battre à nouveau, mais chaque année est une histoire à part entière."

"Je pense qu'en ce moment tout le monde est inquiet car il est difficile de savoir exactement ce qu'il faut faire. Je sais ce que j'aimerais avoir de diffèrent, mais pour pouvoir faire cela et avoir cela, de la part de la moto ou dans son style… Tout le monde travaille très dur, ce n'est pas la question. Quand il y a un gros effort de la part de beaucoup de personnes et des ingénieurs, il peut tout en sortir, alors on va continuer nos efforts. En ce moment, c'est un peu difficile mais c'est la même chose pour tout le monde, or si on raisonne comme ça on arrête de courir, alors ça n'est pas comme ça [qu'il faut aborder les choses]."

En quête de vitesse pure

Le Grand Prix d'Australie, disputé le week-end dernier, a semblé parfaitement illustrer le point de vue d'Andrea Dovizioso sur les performances qui lui ont manqué cette année. Une course où il est apparu en difficulté dans les premiers tours, puis plus à l'aise à la fin grâce à une excellente gestion pneumatique, mais qui s'est soldée par un écart douloureux de 15 secondes. "Ce qui est certain, c'est que l'on n'a pas la même vitesse que l'année dernière. Et je parle de la véritable vitesse, celle que l'on a en essais et en début de course, quand les pneus sont neufs. Cela a créé une situation vraiment dure pour nous, car on n'est pas en mesure d'appliquer de stratégie. Quand vous attaquez au début et que vous n'avez pas la vitesse, tout est un problème. Voilà ce qui se passe."

"Je pense avoir réussi à gérer de nombreuses courses de la bonne manière. C'est pour ça que j'ai pu garder mon calme quand je n'avais pas le rythme en début de course, j'ai bien géré les pneus et à la fin j'ai pu faire les mêmes chronos et donc gagner du temps et des positions. Mais ça n'est pas suffisant, ce n'est pas ce dont on a besoin, il faut qu'on fasse mieux", martèle le pilote Ducati.

Lire aussi :

C'est en Malaisie cette semaine que le #4 tentera de rectifier le tir. Néanmoins, et malgré ses victoires sur place en 2016 et 2017, Dovizioso sait qu'il a là aussi un gros point faible à corriger pour espérer être dans le coup en course. "En Malaisie, l'après-midi n'est pas une bonne situation pour nous, quand il fait très chaud. On n'a jamais fait de bonne course sur le sec. Il va falloir que l'on fasse mieux dans cette situation, on va se concentrer là-dessus", annonce-t-il.

Article suivant
Oliveira décidera de continuer ou non après les EL1

Article précédent

Oliveira décidera de continuer ou non après les EL1

Article suivant

Continuer malgré la difficulté, un choix assumé par Rossi

Continuer malgré la difficulté, un choix assumé par Rossi
Charger les commentaires