Un rythme "acceptable", premier objectif atteint pour Dovizioso

Il a beau avoir encore une longue route à parcourir, Andrea Dovizioso dresse un bilan positif des premiers progrès accomplis à Misano sur la Yamaha, entre son premier Grand Prix et les deux jours de test qui lui ont fait suite.

Un rythme "acceptable", premier objectif atteint pour Dovizioso

Andrea Dovizioso ne cachait pas son intérêt pour les deux jours d'essais qui faisaient suite au Grand Prix de Saint-Marin, ayant maintes fois expliqué que le week-end de course auquel il a pris part juste avant lui permettrait de se préparer au mieux pour ce rendez-vous, plus important à ses yeux. De retour à la compétition après dix mois de pause, seulement entrecoupés de quelques tests privés, le pilote italien a toute la fin de cette saison à sa disposition pour s'adapter à la Yamaha et ainsi faire en sorte de débuter 2022 en étant prêt à livrer bataille aux avant-postes, le seul niveau qui l'intéresse véritablement.

Dernier classé des essais libres qui ont marqué son retour, vendredi, il a peu à peu progressé. Mercredi soir, son 20e temps au classement global du test n'était, certes, pas à la hauteur de ses ambitions futures, mais à ce stade il s'en contente volontiers, n'ayant concédé que 1"1 au pilote le plus rapide et sept dixièmes à la première Yamaha. Au terme de ce roulage, il se dit heureux d'avoir comblé son retard et rivalisé avec quelques-uns des titulaires, et d'avoir noté des progrès dans sa maîtrise de la M1 au cours des 130 tours bouclés durant ces deux jours.

"Ces deux journées ont été très importantes, car j'ai fait beaucoup de kilomètres sur la moto et ça, c'était bien. On a essayé différents set-ups et différentes pièces, ce qui était important pour me permettre de comprendre la moto et pour que l'équipe comprenne mes réactions. C'était donc très bien", commente-t-il.

"On a un petit peu progressé avec la moto, mais d'après ce que j'ai vu, normalement Yamaha ne change pas grand-chose car ils connaissent très bien cette moto et ils savent déjà ce qui fonctionne et ne fonctionne pas. Je pense que c’était plus un travail à faire entre moi et l'équipe, pour m'adapter à la moto, et c'est grâce à ça que j'ai pu être dans le groupe alors que pendant le week-end j'étais vraiment [loin]. Je suis toujours à l'arrière du groupe, mais pas dernier, et mon rythme est acceptable."

"Avant de venir ici, je connaissais un peu la moto depuis 2012, mais personne ne peut vraiment connaitre tous les détails, donc mon objectif était d'avoir la même vitesse que le groupe et ensuite de commencer à travailler sur certains détails et d'essayer d'être de plus en plus rapide. Sur ce point, on peut être satisfait."

Une adaptation qui prendra du temps

Pour autant, Dovizioso est bien conscient que la route est encore longue, sachant qu'il doit totalement repenser son pilotage pour l'adapter aux caractéristiques de la Yamaha. "J'ai suivi Fabio [Quartararo] pendant un run [mercredi] après-midi, et je me souviens aussi très bien de ce qui se passait en 2012 et c'était exactement la même chose : je dois repenser toutes mes trajectoires, sur toutes les pistes, parce que la moto requiert une approche totalement différente."

"C'est bon à savoir, c'est bien de réaliser qu'on doit faire quelque chose de différent car on sait alors sur quoi on doit travailler. Je pense que ça va prendre du temps de changer ça. Si je pilote de façon instinctive, ça n'arrivera pas. C'est un travail qu'on doit faire ensemble, avec l'équipe, et heureusement on a encore quatre courses et un autre test."

Andrea Dovizioso, Petronas Yamaha SRT

"En étant absent pendant dix mois, je me suis rendu compte à quel point on se pousse à la limite pour faire ces performances. Quand on est pilote MotoGP, à force de faire des tests et de rouler, on acquiert certaines choses qu'on ne perçoit plus, et c'est normal. En étant loin pendant dix mois, certes j'ai fait des tests mais c'est complètement différent d'un week-end de course, et puis les chronos établis pendant les tests sont complètement différents de ce qu'on fait pendant un week-end", rappelle Dovizioso, assumant les "interrogations" qu'il avait avant de faire son retour.

Lire aussi :

"L'objectif était donc vraiment de me mettre au niveau, pas au niveau des plus rapides mais du groupe, et ça on l'a fait. Pour moi, ça n'était pas du tout évident, surtout avec une moto que je ne connaissais pas et qui doit être pilotée d'une manière complètement différente de ce que demandait la Ducati quand j'étais compétitif. C'est pour ça que je dis qu'il va falloir du temps."

"À mon avis, ce que ce week-end m'a permis de faire, c'est énorme. Dans le peu de temps qu'offrent les séances, c'est déjà super de pouvoir se mettre au niveau du groupe. Et puis, j'ai de très bonnes sensations avec le châssis. Logiquement, ce n'est qu'une partie du package, alors il faut que je sois plus rapide et que je pilote mieux pour ensuite comprendre si j'arrive à faire ceci, si je suis trop limité sur cela, si ce sera difficile ou bien si je pourrai y arriver. Je n'ai pas de réponse définitive."

partages
commentaires

Related video

Miguel Oliveira a retrouvé "sa" KTM au test de Misano

Article précédent

Miguel Oliveira a retrouvé "sa" KTM au test de Misano

Article suivant

Fernández et Gardner sur un nuage après leur premier test

Fernández et Gardner sur un nuage après leur premier test
Charger les commentaires