Ducati : "Nous avons appris que personne n'était imbattable"

partages
commentaires
Ducati :
Par : Léna Buffa
21 janv. 2018 à 18:15

Claudio Domenicali fait l'éloge de l'équipe technique dirigée par Gigi Dall'Igna et d'Andrea Dovizioso, le pilote qui a su ramener Ducati au sommet.

Le vainqueur Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team, Andrea Dovizioso, Ducati Team
Claudio Domenicali, PDG de Ducati
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Claudio Domenicali, PDG de Ducati, Andrea Dovizioso, Ducati Team, Michele Pirro, Ducati Team, Jorge Lorenzo, Ducati Team
Podium: Danilo Petrucci, Pramac Racing, Claudio Domenicali, Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team, fête sa victoire sur le podium
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team, Marc Marquez, Repsol Honda Team

Arrivé chez Ducati en 1991 et nommé administrateur délégué en 2013, Claudio Domenicali a vécu ces derniers mois certains des moments les plus forts de sa carrière chez les Rouges. Après quatre ans investis pour remonter la pente, et qui ont coïncidé avec le parcours effectué par Andrea Dovizioso, lui-même arrivé à Borgo Panigale en 2013, les succès remportés depuis l'automne 2016 et surtout la course au titre menée l'année dernière ont eu une saveur toute particulière.

"C'est peut-être un peu évident, mais nous avons appris que personne n'était imbattable", souligne Claudio Domenicali. "Marc est un pilote extraordinairement fort et personne ne pouvait penser en début de saison que Dovizioso, avec la Ducati, pourrait battre Marc Márquez sur la Honda en conditions normales, sur le sec, or c'est arrivé à de nombreuses reprises."

C'est à ses yeux le fruit du travail et de la détermination, la récompense des efforts fournis conjointement par le pilote et par l'équipe technique. "Bien entendu, il faut un Andrea qui a su travailler sur lui-même et progresser de façon extraordinaire, et il faut une moto, une très bonne moto. L'équipe de Gigi Dall'Igna a démontré qu'elle pouvait améliorer notre Desmosedici de telle façon qu'elle a pu battre la Honda sur des courses totalement normales. Nous les avons battus non seulement sur le mouillé, mais aussi plusieurs fois sur le sec."

"Et nous avons aussi appris, même si ça semble évident, qu'à la fin c'est l'équilibre qui compte. Notre moto a de nombreux points forts, mais encore quelques points faibles, probablement comme toutes les motos de ce monde, et Gigi et son équipe travaillent donc pour réaliser un projet encore plus équilibré", explique le patron des troupes, qui attend désormais les essais de la semaine prochaine pour évaluer les progrès accomplis sur la version 2018 de la Ducati.

"Nous sommes amoureux l'un de l'autre"

Tout au long de l'année, Claudio Domenicali a multiplié les éloges pour Andrea Dovizioso, locomotive de ce retour au premier plan de la Desmosedici, dix ans après le titre conquis par Casey Stoner. Lundi, en marge de la présentation Ducati, le patron s'est même fendu d'une véritable déclaration d'amour pour son pilote : "Nous sommes amoureux l'un de l'autre. Dovi est Desmodovi et je crois qu'à lui seul ce surnom reflète à quel point il a épousé le 'tifo' des Ducatistes."

"Notre travail a commencé en 2013, avec de grandes difficultés", rappelle Claudio Domenicali. "2013 a débuté avec de mauvais résultats, une moto très marquée par deux années très compliquées durant lesquelles un des plus grands pilotes de l'Histoire de la moto, Valentino Rossi, avait été en grande difficulté avec une moto que Casey Stoner avait quittée gagnante."

"D'une certaine façon, nous avons vu se détruire un patrimoine de connaissances et de compétences, si bien que lorsque Dovi est arrivé, la direction technique était nouvelle, la moto était un croisement hybride de beaucoup de choses, elle avait perdu toutes ses caractéristiques, même en vitesse. Elle n'était donc plus bonne ni dans les virages ni en ligne droite, c'était vraiment un désastre. Dovi a cru dans le projet, et petit bout par petit bout, nous en sommes arrivés à retrouver la victoire, mais il a fallu quatre ans."

Prochain article MotoGP
Toni Elias va piloter la Suzuki MotoGP à Sepang

Previous article

Toni Elias va piloter la Suzuki MotoGP à Sepang

Next article

Puig : "Je viens de la course, je ne suis pas un homme de bureau"

Puig : "Je viens de la course, je ne suis pas un homme de bureau"

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Andrea Dovizioso
Équipes Ducati Team Shop Now
Auteur Léna Buffa
Type d'article Actualités