MotoGP
C
GP de Doha
02 avr.
Prochain événement dans
30 jours
16 avr.
Prochain événement dans
44 jours
C
GP d'Espagne
29 avr.
Prochain événement dans
57 jours
C
GP d'Italie
27 mai
Prochain événement dans
85 jours
03 juin
Prochain événement dans
92 jours
C
GP d'Allemagne
17 juin
Prochain événement dans
106 jours
C
GP des Pays-Bas
24 juin
Prochain événement dans
113 jours
C
GP de Finlande
08 juil.
Prochain événement dans
127 jours
C
GP d'Autriche
12 août
Prochain événement dans
162 jours
C
GP de Grande-Bretagne
26 août
Prochain événement dans
176 jours
C
GP d'Aragon
09 sept.
Prochain événement dans
190 jours
C
GP de Saint-Marin
16 sept.
Prochain événement dans
197 jours
C
GP du Japon
30 sept.
Prochain événement dans
211 jours
C
GP de Thaïlande
07 oct.
Prochain événement dans
218 jours
C
GP d'Australie
21 oct.
Prochain événement dans
232 jours
28 oct.
Prochain événement dans
239 jours
C
GP de Valence
11 nov.
Prochain événement dans
253 jours

Ducati salue la coopération des constructeurs face à la crise

Les difficultés exceptionnelles qui touchent le monde entier semblent avoir resserré les liens entre les acteurs du MotoGP et notamment relancé le dialogue entre les constructeurs.

Ducati salue la coopération des constructeurs face à la crise

Il y a un an explosait la crise engendrée par le nouveau coronavirus, crise qui, dès le mois de mars, a frappé violemment les sports mécaniques en stoppant les championnats. Si les premières suspensions d'événements prévus en Asie n'avaient été que des alertes, le reste du monde était désormais concerné et, avec lui, l'intégralité des programmes de course.

Dans ce contexte, les disciplines ont dû se réinventer, mettre en place une nouvelle organisation pour réussir à reprogrammer la compétition avec un cadre qui permette d'en maintenir la valeur, mais aussi réfléchir en urgence à des mesures consentant aux acteurs de faire le dos rond en attendant des jours meilleurs.

En MotoGP, les instances réunissant les constructeurs et les équipes ont été pleinement investies dans ces réflexions, et ce dès le début de cette période trouble. Au point que Paolo Ciabatti, directeur sportif de Ducati Corse, se félicite aujourd'hui de l'effet bénéfique que ces discussions de crise ont eu sur la communication au sein de la MSMA, l'association des constructeurs présidée depuis trois ans par le PDG de Ducati Motor Holding SpA. L'ambiance y était pourtant délétère à la suite de la plainte déposée contre le constructeur de Borgo Panigale par ses adversaires après l'utilisation lors du premier Grand Prix de la saison 2019 d'un déflecteur à la conformité remise en doute.

"Après une année 2019 où la MSMA ne s'était pratiquement pas réunie, à la suite de la fameuse histoire du spoiler, nous avons commencé à nous parler avec une certaine régularité l'année dernière, au cœur de la pandémie", explique le responsable italien, "afin de faire toute une série de propositions ou de considérations à transmettre à la Dorna pour que les constructeurs apportent leur contribution aux efforts de relance du championnat."

Lire aussi :

"Je crois que ça a été utile et que ça a été très apprécié par Carmelo Ezpeleta. Et cela a fait que nous avons recommencé à nous réunir avec une certaine régularité, dans la mesure du possible, et de discuter des différents problèmes sur la table. Nous pensons que la MSMA a un rôle important et nous travaillons avec les autres constructeurs pour essayer d'avoir une structure encore plus svelte afin d'être une contrepartie aux trois autres acteurs de la GP Commission que sont la Dorna, l'IRTA et la FIM."

L'intérêt supérieur du championnat privilégié

Président de l'IRTA, l'association des équipes, Hervé Poncharal se félicite plus largement de la coopération observée entre les quatre instances qui régissent le championnat, qu'il estime être "une des forces du MotoGP".

"Il y a eu quelques frictions dans le passé, il y en a eu même d'assez fortes, mais depuis une quinzaine d'années, tout le monde a compris que nous serions plus forts si nous nous entendions et si nous essayions de régler les problèmes ensemble, sans se tirer dans les pattes, et qu'il faut s'écouter et comprendre les besoins de chacun", explique le team manager français.

"Quand je vais aux Commissions Grand Prix, où se trouve un représentant de chaque organisation, la plupart des décisions sont prises à l'unanimité. Je pense que cela nous aide beaucoup à faire face à toutes les questions auxquelles nous avons à faire face, que ce soit au niveau du marketing, du calendrier, de la politique technologique. Et ça nous différencie de d'autres championnats cousins, où il y a beaucoup plus de tensions et d'intérêts divergents."

Lire aussi :

Dès fin mars, alors qu'il était déjà acquis que le championnat était suspendu pendant un minimum de 12 semaines, la Dorna avait débloqué des aides financières à destination des équipes, fragilisées par l'absence de courses. Le règlement technique, quant à lui, entérinait des modifications exceptionnelles afin de limiter drastiquement les dépenses des constructeurs en gelant le développement des machines. Plus tard, c'est sur le protocole de reprise du championnat et le calendrier chamboulé des courses que d'importants efforts ont été faits, là aussi dans le seul but de sauver la saison, avec succès.

"Quand nous avons fait face à cette réalité qui était que le championnat allait devoir évoluer suite à ce qui s'est passé avec la pandémie", reprend Hervé Poncharal, "nous avons essayé de trouver des solutions, notamment le gel technique pour les trois catégories, un support financier parce que c'était la seule solution, un accord sur la manière de gérer le championnat avec deux courses au même endroit, trois courses de suite, ce qui [en temps normal] n'était pas possible [plus d'une fois] dans notre organisation… Même si certaines équipes ou certains constructeurs n'étaient pas systématiquement d'accord, à chaque fois l'intérêt supérieur du championnat a été privilégié et jamais qui que ce soit ne s'est mis en travers de tout ce qui a été décidé relativement dans l'urgence pendant les mois d'avril et de mai."

"À un moment, il y a peut-être des gens qui auraient pu prendre l'avantage, des constructeurs avaient la possibilité de tester plus [via les] concessions, mais j'ai été agréablement surpris de voir que, même dans des conditions difficiles, tout le monde a d'abord regardé comment on pouvait faire pour avoir un championnat qui tienne la route en 2020 avant [de penser à] l'intérêt personnel de qui que ce soit, même au niveau des constructeurs. C'est quelque chose qui vous donne de la force, qui vous donne plus envie de continuer à vous battre que quand c'est un panier de crabes où tout le monde se bat comme des chiffonniers en essayant de tirer la couverture à soi."

partages
commentaires

Related video

Yamaha prévoit des changements majeurs sur sa moto en 2021

Article précédent

Yamaha prévoit des changements majeurs sur sa moto en 2021

Article suivant

KTM, Honda et Aprilia ont roulé à Jerez cette semaine

KTM, Honda et Aprilia ont roulé à Jerez cette semaine
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Auteur Léna Buffa