Ducati misait plus sur Miller que sur Bagnaia

Plus expérimenté que Pecco Bagnaia, Jack Miller faisait figure de leader chez Ducati lorsque la saison a débuté et c'est sur lui que misait le constructeur pour jouer le titre.

Ducati misait plus sur Miller que sur Bagnaia

En dépit du renouvellement de son équipe officielle cette saison, Ducati a pu livrer bataille face à un Fabio Quartararo au sommet de sa forme, réalisant une campagne bien plus convaincante que la précédente au point même de déjà faire trembler l'ensemble du plateau en vue de 2022. Si le départ d'Andrea Dovizioso, il y a un an, apparaissait comme une grande perte pour la marque, après trois titres de vice-Champion du monde pour le pilote italien, elle s'est trouvée un nouveau chef de file en la personne de Pecco Bagnaia.

La grande réussite du numéro 63 durant la seconde partie du championnat a fait de lui le meilleur rival de Quartararo dans sa quête du titre. La tournure prise n'était pourtant pas celle attendue par Ducati, qui avant de faire passer Bagnaia de Pramac à l'équipe officielle, avait promu Jack Miller. Plus expérimenté que l'Italien, celui-ci venait de réaliser une solide saison dans l'équipe satellite et il était attendu qu'il garde le leadership une fois le binôme élevé à l'échelon supérieur.

"Compte tenu de son ancienneté, Jack était celui qui était appelé à faire probablement un peu plus cette année", observe Gigi Dall'Igna, directeur général de Ducati Corse. "Après, le travail du pilote est un travail compliqué et souvent l'objectif n'est pas atteint pour quelques petites banalités. Jack a assurément fait une très bonne saison cette année, on ne peut pas dire le contraire : il a gagné deux courses et il les a bien gagnées, il a obtenu beaucoup d'autres résultats importants et de podiums. Il est vrai cependant qu'il était attendu de sa part probablement un peu plus de continuité, alors qu'à certaines occasions elle a manqué."

Le changement de hiérarchie entre Bagnaia et Miller, déjà coéquipiers deux ans chez Pramac, a aussi découlé des gros progrès accomplis par l'Italien, qui a affiché sa vitesse dès le coup d'envoi du championnat puis a réalisé une superbe fin de saison après avoir atteint la victoire.

"Pour être totalement honnête, quand nous avons décidé de faire venir Jack et Pecco dans l'équipe d'usine, nous l'avons fait après une deuxième partie de saison durant laquelle Jack avait été super compétitif et Pecco, après sa chute à Misano, avait été en difficulté", rappelle Paolo Ciabatti, directeur sportif de Ducati Corse. "L'idée était donc, bien évidemment, de commencer avec Jack comme prétendant au titre et que Pecco se batte pour le top 5 afin de le voir progresser. Et puis il a décroché la pole position au Qatar, il s'est battu pour gagner cette course et il a ensuite fait une deuxième partie de saison fantastique. Pour sa part, Jack a gagné ses premiers Grands Prix sur la Ducati, à Jerez puis au Mans, mais il a ensuite connu des hauts et des bas."

Bien que classé quatrième au championnat, ce qu'il n'avait encore jamais réalisé, et de retour sur la plus haute marche du podium pour la première fois depuis sa victoire surprise, sous la pluie, à Assen en 2016, Miller n'a pas toujours répondu aux attentes, notamment à cause de quatre chutes en course. On se souvient par exemple que celle du Grand Prix d'Émilie-Romagne, due à l'utilisation d'un pneu dur également choisi par Pecco Bagnaia avec les mêmes conséquences, avait valu à l'Australien un jugement sec de la part de Gigi Dall'Igna.

Sur la base des enseignements tirés de 2021, Paolo Ciabatti estime que Ducati a aussi un rôle à jouer dans la progression de Miller : "Je crois que son talent est là. Personne ne doute du talent de Jack et il est l'un des pilotes les plus rapides, et même probablement le meilleur ou l'un des meilleurs dans certaines conditions, quand c'est mouillé ou partiellement mouillé. Mais, parfois, son style de pilotage ne l'aide pas à économiser ses pneus pour la seconde partie de la course et je pense que c'est l'un des domaines dans lesquels nous devons l'aider à progresser."

Les responsables du programme assurent en tout cas garder confiance dans leur pilote. Gigi Dall'Igna veut croire en une saison 2022 encore plus convaincante pour l'Australien : "Nous sommes convaincus que Jack est un pilote fort et qu'il peut être un pilote déterminant, au sens où il peut absolument faire partie des protagonistes. Il a toutes les caractéristiques pour l'être, il ne lui manque absolument rien."

Lire aussi :
partages
commentaires

Related video

Yamaha salue la "saison proche de la perfection" de Quartararo
Article précédent

Yamaha salue la "saison proche de la perfection" de Quartararo

Article suivant

Tech3 a vu partir ses pilotes entre résignation et tristesse

Tech3 a vu partir ses pilotes entre résignation et tristesse
Charger les commentaires