MotoGP
C
GP de Doha
02 avr.
Prochain événement dans
24 jours
16 avr.
Prochain événement dans
38 jours
C
GP d'Espagne
29 avr.
Prochain événement dans
51 jours
C
GP d'Italie
27 mai
Prochain événement dans
79 jours
03 juin
Prochain événement dans
86 jours
C
GP d'Allemagne
17 juin
Prochain événement dans
100 jours
C
GP des Pays-Bas
24 juin
Prochain événement dans
107 jours
C
GP de Finlande
08 juil.
Prochain événement dans
121 jours
C
GP d'Autriche
12 août
Prochain événement dans
156 jours
C
GP de Grande-Bretagne
26 août
Prochain événement dans
170 jours
C
GP d'Aragon
09 sept.
Prochain événement dans
184 jours
C
GP de Saint-Marin
16 sept.
Prochain événement dans
191 jours
C
GP du Japon
30 sept.
Prochain événement dans
205 jours
C
GP de Thaïlande
07 oct.
Prochain événement dans
212 jours
C
GP d'Australie
21 oct.
Prochain événement dans
226 jours
28 oct.
Prochain événement dans
233 jours
C
GP de Valence
11 nov.
Prochain événement dans
247 jours

Une "petite évolution" pour la Ducati mais de "véritables progrès" attendus

Le gel du développement moteur mis en place par le MotoGP pour faire face à la crise engendrée par le COVID-19 n'empêche pas de faire évoluer les machines pour la saison 2021. Le patron du programme Ducati espère que cela suffira à améliorer les performances vues l'an dernier.

Une "petite évolution" pour la Ducati mais de "véritables progrès" attendus

Le MotoGP aborde une saison singulière, inscrite dans la continuité d'une année 2020 bouleversée dans bien des activités aux quatre coins du monde sans que la compétition y fasse défaut. La catégorie reine des courses moto y a fait face en instaurant de fortes restrictions du développement technologique consenti aux constructeurs, avec notamment un gel des moteurs qui s'est appliqué dès le printemps 2020 et perdurera encore toute cette saison pour les marques qui ne bénéficient pas des concessions réglementaires. Seules exceptions : KTM, qui a pu faire évoluer son moteur pendant l'hiver durant la phase de transition qui précédait son changement de statut, et Aprilia, qui conserve les concessions en question.

La partie aérodynamique de la moto a également subi des contraintes, quoique moindres. Une seule spécification a en effet été autorisée en 2020 au lieu de deux, et celle-ci doit encore être conservée pour le premier Grand Prix de 2021. Passé cette première course, les règles habituelles doivent ensuite reprendre, ce qui implique une évolution aéro consentie aux constructeurs ne bénéficiant pas des concessions (tous sauf Aprilia), et un moteur qui pourra à nouveau évoluer sur la RS-GP.

Dans ce contexte, la Desmosedici qui se présentera sur la grille de départ du Grand Prix du Qatar, le mois prochain, aura des grands airs de GP20. Néanmoins, Gigi Dall'Igna assure avoir trouvé avec son équipe d'ingénieurs des voies à explorer pour malgré tout faire progresser la machine.

"Il est certain que certaines pièces de la moto sont gelées, comme par exemple le moteur. En revanche, il n'est pas vrai que l'aéro est gelée car une évolution est possible pendant l'année et tout le monde peut décider quand utiliser cette nouvelle spec. On ne peut donc clairement rien faire du côté du moteur, par contre on peut travailler un peu sur le châssis et l'aéro", rappelle le directeur général de Ducati Corse.

Voir aussi :

"La moto de 2021 sera une évolution de celle de 2020, c'est certain", poursuit l'ingénieur. "On sait que le moteur est une part importante de la moto y compris en ce qui concerne le châssis. Il est donc difficile de complètement changer le châssis sans changer le moteur. Mais je pense que nous n'avons pas besoin d'un réel changement. Avec une petite évolution de la moto, je pense que nous pouvons accomplir de véritables progrès et nous battre pour gagner des courses."

L'objectif formulé par le patron de Borgo Panigale n'est pas si anodin, car en dépit du fait que Ducati a remporté l'an dernier son premier titre depuis 2007, celui-ci a été acquis au championnat constructeurs, pour lequel ont pesé les performances de cinq des pilotes de la marque. L'équipe officielle, elle, n'a pu mener la Desmosedici la plus évoluée que deux fois sur la plus haute marche du podium et ses pilotes n'ont pu se maintenir durablement dans la course au titre. "On peut toujours progresser, aussi bien en ce qui concerne le style de pilotage des pilotes qu'avec les évolutions que nous introduirons sur la moto à partir des tests du Qatar", concède Gigi Dall'Igna, sans s'étendre sur les aspects qu'il juge perfectibles sur sa machine.

"La situation est assez difficile, car on ne peut pas faire de tests comme on en fait normalement, et la façon de travailler est complètement différente par rapport à une année normale parce qu'on ne peut pas tenir les réunions habituelles avec les techniciens. Il est donc très difficile de faire évoluer les choses. Quoi qu'il en soit, nous allons pouvoir introduire de nouvelles pièces à partir des tests du Qatar et j'espère que cela pourra nous aider à avoir une meilleure moto", souligne le responsable, qui ajoute avec confiance : "Ce que nous pourrons introduire sera suffisant pour nous permettre de progresser et d'améliorer les performances générales de la moto."

Des tests concentrés sur une piste favorable

Rendez-vous est donc pris pour les tests qui débuteront à Losail début mars − dès le 5 pour le pilote essayeur doté de la dernière évolution de la moto, et le 6 pour l'ensemble des titulaires. Autre contrainte engendrée par la crise sanitaire, ces essais de pré-saison se dérouleront intégralement sur la piste qatarie, concentrés en deux séances qui ne précéderont que de quelques jours le coup d'envoi du championnat. Les tests qui auraient dû avoir lieu en novembre à Jerez ont été supprimés, tout comme le déplacement initialement programmé pour février à Sepang.

Lire aussi :

"Ne faire des tests que sur une seule piste, ce n'est clairement pas ce qu'il y a de mieux pour faire évoluer une moto. Et clairement, ce n'est pas ce qu'il y a de mieux de faire des tests sur une piste où votre moto se montre normalement assez performante", souligne Gigi Dall'Igna, dont les troupes ont remporté les deux dernières éditions du Grand Prix qatari. "Le Qatar ce n'est donc clairement pas la meilleure piste de tests pour notre moto, mais c'est la seule option que nous pouvons avoir et nous devons essayer de faire au mieux avec ce que nous pouvons faire."

"Ce que je peux vous dire c'est qu'en 2020 nous avons, j'espère, compris ce que nous devons faire afin d'améliorer les réglages de la moto et nous avons donc une idée assez claire de l'évolution de réglages que nous devons utiliser au Qatar. Mais nous devons clairement la tester avant d'être sûrs que c'est la bonne."

partages
commentaires
Miller espère "jouer le titre" sans "rien faire d'idiot"

Article précédent

Miller espère "jouer le titre" sans "rien faire d'idiot"

Article suivant

200 jours sans Marc Márquez

200 jours sans Marc Márquez
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Équipes Ducati Corse
Auteur Léna Buffa