Édito - Márquez, d’enfant terrible à logique calculateur !

partages
commentaires
Édito - Márquez, d’enfant terrible à logique calculateur !
Rodolphe Coiscaud
Par : Rodolphe Coiscaud
11 oct. 2016 à 17:12

Les choses sérieuses se rapprochent pour Marc Márquez qui vient de s’envoler pour aller chercher une cinquième couronne mondiale en Grand Prix. Et ce n’est sans doute qu’un début…

Dans les trois prochaines semaines va se jouer la conclusion de cette formidable saison 2016 de MotoGP. Par la même occasion et le jeu de calendriers étranges, le Superbike sera aussi palpitant à suivre, notamment grâce à l’impossible défi qui attend Chaz Davies de ravir la couronne promise aux Kawasaki. Mais qui sait…

Qui sait également ce que peut faire Marc Márquez dès ce week-end, lui qui nous a sorti un véritable récital tout au long de l’année avec cette nouvelle approche relatée en long et en large ici-même ! 2016 est l’année où Márquez se révèle, lui qui aura ajouté à son talent exceptionnel le statut de chef du file du premier constructeur mondial.

On lui aurait bien donné ce rang plus tôt, mais l’homme ne semblait pas prêt, continuant son apprentissage du MotoGP avec deux titres dans la poche tout de même, mais en enchaînant les erreurs qui furent fatales à une troisième couronne l’an dernier.

Alors comme c’est souvent le cas chez Honda à chaque passage de témoin, on tenta de garder l’influx du brillant prédécesseur. Ce fut le cas entre Doohan et Rossi à l’aube des années 2000, et répété avec Casey Stoner comme pilote d’essais du HRC.

Marc Marquez, Repsol Honda Team, Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing

La similitude dans ces deux périodes a révélé à chaque fois la trempe de caractère des numéros 1. Et pour se tailler le costume du rôle, il faut rester indifférent ou presque à la présence de celui qui impose toujours un élément comparatif.

Márquez, lui, a bien pris soin de rectifier le rôle et les chronos de Casey, soulignant le peu d’impact que cela avait sur son travail et sa performance. Pas besoin de donner trop de crédit au retraité le plus rapide du MotoGP, encore capable d’attiser rumeurs et attentes dans une catégorie où la compétition a atteint son paroxysme.

Mais le numéro 93 a tiré ce qui semblait mal parti avec une RC213V en retrait l’hiver dernier, en un avantage certain et payant sur tout type de circuit. L’homme est donc passé dans une autre dimension et le troisième titre viendrait souligner ce changement majeur dans cette fabuleuse épopée.

L’enfant terrible se range, mais dans la cour des grands, et on ne voit pas ce qui pourrait l’arrêter si ce n’est lui-même. L’énergie que requiert une saison de 18 courses est intense, et Marc Márquez possède encore un autre avantage : celui de l’âge !

Le vainqueur Marc Marquez, Repsol Honda Team

C’est en ce sens qu’il va être intéressant d’observer les trois Grands Prix à venir. Si le leader du Championnat doit sur le papier se contenter de gérer son avance en course, on ne sait pas encore ce que cela donnera en piste, là où la pression du titre va être plus présente. Va-t-il rouler à 100% de ses capacités et verra-t-on une réplique à la hauteur de la part des Yamaha et Suzuki ? Je n’oublie pas Ducati pour qui Motegi est un terrain historique avec le titre de Stoner en 2007, mais cette fin de collaboration avec Iannone aurait mérité un autre épilogue, et aussi d’autres succès que Dovizioso n’a toujours pas réussi à concrétiser.

On peut fortement parier sur une victoire pour Márquez sur cette fin d’année, difficile de l’imaginer rendre la main de cette façon. Et un ou plusieurs succès de plus seront importants pour passer un hiver plus serein, et boucler ainsi une époque qui touche à sa fin. Yamaha, Ducati et Suzuki tourneront une page qui modifiera de façon majeure le futur de la catégorie en alignant des nouveaux protagonistes dans leur rang.

Avant cela, dès Motegi, Marc peut aussi compter sur la vélocité d’un Dani Pedrosa capable de nous sortir le grand jeu comme à Misano sur une piste où il a toujours performé. Nul doute qu’à travers ces quatre dernières courses si importantes pour un prétendant au titre, on aura un avant-goût du Márquez 2017 plus que jamais numéro 1 au HRC.

Prochain article MotoGP
Le programme du Grand Prix du Japon

Previous article

Le programme du Grand Prix du Japon

Next article

Un Bradley Smith "déterminé" pour son retour de blessure

Un Bradley Smith "déterminé" pour son retour de blessure

À propos de cet article

Séries MotoGP
Auteur Rodolphe Coiscaud
Type d'article Chronique