EL3 - Morbidelli mène, Marini surprend, Miller chute encore

Franco Morbidelli a signé le meilleur temps de la troisième séance d'essais libres du Grand Prix du Qatar, devant Aleix Espargaró et l'inattendu Luca Marini. Jack Miller, victime d'une nouvelle chute, a préféré se faire discret.

EL3 - Morbidelli mène, Marini surprend, Miller chute encore

C'est sous une chaleur étouffante qu'a débuté cette troisième séance d'essais libres du week-end, avec une température ambiante de 37°C, la piste atteignant de son côté 50°C ! Pour les pilotes, ces 45 minutes d'essais étaient la dernière occasion d'assurer une place dans le top 10 au cumul des trois séances, synonyme de qualification directe en Q2, mais les conditions ne se prêtaient pas à des améliorations, la température élevée de l'asphalte réduisant l'adhérence et rendant l'utilisation des gommes soft difficiles, même si plusieurs pilotes ont pris la piste avec ces pneus dès le début de la séance.

Franco Morbidelli a établi la première référence en 1'56"464. Takaaki Nakagami et Jorge Martín ont ensuite tour à tour mené, mais le pilote du team Petronas a repris l'avantage dès son deuxième tour rapide, brisant la barre des 1'56. Álex Rins, Nakagami et Martín se sont temporairement succédé à la première place avant que Morbidelli ne récupère à nouveau son bien. Jack Miller, auteur du meilleur temps vendredi, ne s'est pas invité dans cette lutte pour les meilleurs chronos en début de séance en raison d'une chute, sa deuxième du week-end, au virage 15, dans ce qui était son tout premier tour rapide de la journée.

 

Les pilotes Yamaha officiels ont pris le pouvoir quand Maverick Viñales s'est porté en tête et que Fabio Quartararo a signé dans la foulée le deuxième temps. Une nouvelle fois, Morbidelli a fait mieux, reléguant Viñales à 0"337 grâce à un chrono de 1'55"124, à 1"737 de celui réalisé par Miller vendredi. Álex Rins était alors le premier du classement à ne pas disposer d'une Yamaha dans un top 4 composé uniquement de pilotes qui avaient deux gommes dures.

Joan Mir, hors du top 10 après les EL2, n'était que neuvième avec ses deux pneus tendres, à plus de deux secondes du chrono qu'il devait réaliser pour assurer une qualification directe en Q2. Miller a décalé son programme après sa chute mais il n'a signé qu'un modeste 12e temps, préférant visiblement se concentrer sur les performances pour la course.

Lire aussi :

Après les passages aux stands, les améliorations se sont faites plus rares, la majorité des pilotes basculant sur un travail de relais longs, mais Quartararo a pris le pouvoir, 0"054 devant Morbidelli. Viñales s'est placé entre les deux hommes, à seulement 0"033 de son équipier. Danilo Petrucci est remonté au quatrième rang, plaçant pour la première fois une KTM aux avant-postes ce week-end, avant d'être battu par Mir.

À moins de cinq minutes de la fin de la séance, la lutte entre les pilotes Yamaha a repris avec un 1'54"676 réalisé par Morbidelli, ce qui lui a permis de repasser devant les représentants du team factory. C'est à ce moment que les améliorations se sont enchaînées. Luca Marini s'est emparé de la deuxième place avec sa Ducati du team Avintia, avec deux pneus tendres, et Aleix Espargaró, discret jusque-là, est remonté au troisième rang. Le pilote Aprilia a pris l'avantage sur Marini dans le tour suivant, avant de chuter au virage 6, qui avait déjà piégé son frère Pol hier.

 

Morbidelli a conservé la première place, devant l'aîné de la fratrie Espargaró et Marini. Rins s'est classé au quatrième rang, devant Quartararo et Mir. Takaaki Nakagami a été le meilleur représentant de Honda dans cette séance, avec le septième temps, devant Maverick Viñales, Stefan Bradl et Miguel Oliveira, qui a offert à KTM son premier top 10 du week-end.

Lire aussi :

Jack Miller a renoncé à rouler en fin de séance et il a fini la séance à la 15e position, devant Valentino Rossi et Pol Espargaró. Avec la seconde Ducati officielle, Pecco Bagnaia s'est également fait discret en ne signant que le 21 temps, devançant uniquement Johann Zarco, qui a lui aussi très peu roulé avec sa Desmosedici du team Pramac. Enea Bastianini, auteur du 14e temps, a visiblement eu un souci technique dans les dernières minutes.

Au cumul des trois séances, le top 10 reste sans surprise inchangé, ce qui signifie que Miller, Bagnaia, Quartararo, Zarco, Rins, Viñales, Morbidelli, Rossi et les frères Espargaró iront directement en Q2. Le reste du plateau, dont le Champion du monde en titre Joan Mir et l'intégralité des pilotes KTM, devra passer par la Q1 pour tenter d'accrocher l'une des deux places restantes.

Qatar GP du Qatar - MotoGP - EL3

P. Pilotes Tours Temps Ecart
1 Italy Franco Morbidelli
17 1'54.676
2 Spain Aleix Espargaró Villà
9 1'54.841 0.165
3 Italy Luca Marini
16 1'54.855 0.179
4 Spain Alejandro Álex Rins Navarro
16 1'54.914 0.238
5 France Fabio Quartararo
15 1'55.070 0.394
6 Spain Joan Mir Mayrata
14 1'55.077 0.401
7 Japan Takaaki Nakagami
15 1'55.085 0.409
8 Spain Maverick Viñales Ruiz
19 1'55.103 0.427
9 Germany Stefan Bradl
18 1'55.207 0.531
10 Portugal Miguel Ângelo Falcão de Oliveira
17 1'55.261 0.585
11 Italy Danilo Carlo Petrucci
14 1'55.366 0.690
12 Spain Álex Márquez
18 1'55.517 0.841
13 Spain Jorge Martín
14 1'55.704 1.028
14 Italy Enea Bastianini
13 1'55.784 1.108
15 Australia Jack Peter Miller
6 1'55.791 1.115
16 Italy Valentino Rossi
16 1'55.834 1.158
17 Spain Pol Espargaró Villà
12 1'55.916 1.240
18 Spain Iker Lecuona
14 1'55.923 1.247
19 South Africa Brad Binder
16 1'55.978 1.302
20 Italy Lorenzo Savadori
13 1'55.996 1.320
21 Italy Francesco Bagnaia
11 1'56.166 1.490
22 France Johann Zarco
8 1'56.653 1.977

partages
commentaires

Related video

Pole position et podium : Aleix Espargaró affiche ses ambitions

Article précédent

Pole position et podium : Aleix Espargaró affiche ses ambitions

Article suivant

Bagnaia prévient : "Vous serez surpris par la vitesse en Q2"

Bagnaia prévient : "Vous serez surpris par la vitesse en Q2"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP du Qatar
Catégorie EL3
Lieu Losail International Circuit
Auteur Vincent Lalanne-Sicaud