Bastianini "très confiant" après avoir découvert sa nouvelle Ducati

Enea Bastianini estime que la Ducati 2021 qu'il aura l'an prochain est plus rapide "dans tous les domaines" que le modèle 2019 avec lequel il a disputé sa première saison.

Bastianini "très confiant" après avoir découvert sa nouvelle Ducati

Le test de Jerez, la semaine dernière, était naturellement consacré à la préparation de 2022 mais les pilotes n'ont eu qu'un avant-goût de ce qui les attend la saison prochaine, les constructeurs ayant jusqu'au test de Mandalika, mi-février, pour développer de grosses nouveautés. Enea Bastianini avait de son côté l'avantage de pouvoir déjà découvrir la moto dont il disposera l'an prochain, puisqu'il s'agira de la Ducati version 2021.

L'Italien a fait ses débuts en MotoGP avec une Desmosedici datant de 2019 et dotée de quelques évolutions, cette année dans le team Avintia. Désormais chez Gresini, il a pu découvrir sa nouvelle machine, un exemplaire jusque-là piloté par Pecco Bagnaia. Interrogé par le site officiel du MotoGP, Bastianini a jugé cette prise en main "fantastique", Ducati ayant fait de gros progrès ces derniers mois.

"J'ai testé la moto 2021 pour la première fois et c'est incroyable", a déclaré le champion 2020 du Moto2 à l'issue de la première journée. "La moto est incroyable. Elle est plus rapide que la 2019 dans tous les domaines. Elle est également plus stable. On peut être plus détendu et plus doux dans le pilotage. Je suis très content de cette journée [et] c'est fantastique de revenir chez Gresini Racing."

Le lendemain, après 76 tours d'expérience, Bastianini a précisé devant les journalistes que la philosophie de la moto restait intacte mais que les gains étaient néanmoins notables : "On sent que l'ADN est le même, mais j'ai clairement réussi à me concentrer beaucoup plus sur le pilotage parce qu'elle bouge beaucoup moins et tourne beaucoup mieux, alors qu'avec la moto de 2019 j'avais vraiment beaucoup de mal sur ce point. Et quand j'ai essayé de mettre un pneu tendre pour faire un time attack, c'est venu facilement. J'ai fait quelques petites erreurs pendant mon tour, j'aurais sûrement pu faire beaucoup mieux, mais en tout cas je me suis tout de suite senti à l'aise et ça va mieux à tous les niveaux." 

Enea Bastianini, Gresini Racing

Entre les très bons résultats de Ducati en fin de saison et cette découverte encourageante, Enea Bastianini aborde l'année 2022 avec sérénité mais il reste néanmoins conscient du chemin qui lui reste à parcourir : "C'est une moto plus facile à mener à la limite alors ça m'aidera sûrement beaucoup l'année prochaine. Après, il va sûrement falloir que je travaille encore, je ne pense pas que tous mes problèmes vont disparaître en deux secondes. Mais le fait d'avoir été compétitif dès le début, comme ça, ça me donne bon espoir, et surtout ça motive tous ceux avec qui je travaille."

"J'espérais être compétitif dès le début, c'est sûr, mais de là à être tout de suite devant, non. Pour tout dire, je ne m'attendais pas à être devant. Je crois que ça a été une très bonne journée, et surtout j'ai réussi à être performant malgré le vent, parce qu'il y en avait beaucoup et habituellement ça me donne un peu plus de mal. Alors je ne dis pas qu'on n'aura jamais de problèmes, mais les choses sont déjà un peu plus faciles." 

La Ducati utilisée cette année semble plus simple à exploiter, ce qui donne beaucoup d'espoir au pilote italien, déjà très en vue sur la fin du championnat : "J'arrive à m'exprimer au mieux et tout de suite, ce que je n'arrivais pas à faire avec la moto de 2019, alors je suis très confiant en vue de l'année prochaine. On verra si je mérite quelques mises à jour de plus sur la moto." 

Cette capacité à s'exprimer instantanément était l'une des choses que Bastianini cherchait dans ce test, après avoir souvent souffert dans l'entame des week-ends puis d'être performant le dimanche, ce qui s'est manifesté dans de grandes remontées, notamment celles qui l'ont mené au podium dans les deux courses de Misano : "J'ai beaucoup travaillé pour être rapide dès le début, parce qu'à chaque week-end, c'était difficile en EL1 puis de mieux en mieux. J'étais rapide dans le warm-up et encore plus en course."

Lire aussi :

Avec Léna Buffa

partages
commentaires

Related video

Morbidelli va dédier l'hiver à sa récupération
Article précédent

Morbidelli va dédier l'hiver à sa récupération

Article suivant

Dovizioso demande du grip arrière plus que de la puissance

Dovizioso demande du grip arrière plus que de la puissance
Charger les commentaires