Espargaró : "Cette Aprilia est celle que j’attendais la saison passée"

partages
commentaires
Espargaró :
Par :
9 févr. 2019 à 15:45

Le pilote espagnol est soulagé, la version 2019 de l'Aprilia est clairement meilleure que sa devancière. Reste toutefois à lui apporter plus de puissance pour qu'elle puisse rivaliser avec la concurrence et satisfaire les ambitions du fer de lance de l'équipe.

Les deux tests consécutifs menés en Malaisie en l'espace d'une semaine ont permis à Aprilia de soumettre la version 2019 de sa RS-GP au verdict de ses pilotes, Bradley Smith en sa qualité de pilote d'essais puis les titulaires, Aleix Espargaró et Andrea Iannone.

Fin connaisseur de la moto de Noale grâce à une expérience que n'ont pas encore ses nouveaux collègues, l'Espagnol est celui qui nourrissait les plus grandes attentes, à la hauteur de ce qui avait été sa déception l'an dernier avec une machine qu'il n'a jamais réussi à rendre réellement compétitive.

"La moto 2018 n’était vraiment pas dans la bonne voie, je ne sais toujours pas vraiment pourquoi on avait fait cette moto, mais la 2019 est une évolution de la 2017 et elle va dans une direction que j’aime. Cette machine est celle que j’attendais la saison passée", juge-t-il, soulagé.

Lire aussi :

"Je me sens super bien sur la moto, surtout au niveau de ma position, je peux piloter de façon agressive lorsque je mets des pneus neufs et que je lui demande d'aller à la limite. Je fais de bons tours en 1’59, au lieu de chuter [j'atteins] 1’59"0, donc ça veut dire que je me sens bien sur la moto. La première chose qu'il faut, c'est avoir une machine qui vous permette d’être à l’aise, et à partir de maintenant nous allons pouvoir faire mieux."

Treizième à l'issue du premier jour d'essais collectifs, le pilote espagnol exprimait une exigence inébranlable, déjà concentré sur l'objectif à atteindre maintenant qu'il avait la confirmation que l'arme dont il disposerait cette saison serait meilleure que la précédente. "Content, c'est un mot que vous ne pouvez pas utiliser quand vous êtes en dehors du top 10", pointait-il. "Il est clair que la moto de 2019 est meilleure que la précédente. C'est un feeling assez similaire à celui que j'avais avec la moto de 2017. C'est bien, car j'appréciais la traction sur celle de 2017."

Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini

Avec un gain d'une demi-seconde le deuxième jour, Espargaró s'est maintenu au 13e rang, avec notamment à son programme l'une des rares simulations de course que l'on ait pu observer durant ce test. "On a travaillé avec un pneu très usé et le réservoir plein afin de faire une simulation de course. Celle-ci a été très bonne, j’étais content", se félicite-t-il.

Lancé dans son long run à midi, soit plus tôt que l'heure de la course malaisienne, l'Espagnol a atteint les 2'00"6 avant de se stabiliser dans la fenêtre basse des 2'01. Difficile d'opérer des comparaisons avec les autres pilotes, qui ne réalisaient pas d'exercice similaire au même moment, mais il voit du positif dans sa performance. "Si l’on compare avec la victoire de Márquez la saison passée, nous avons été plus rapides de 3"6. On est à une autre période de l'année, mais c’est bien."

Voir aussi :

Enfin, vendredi, Espargaró a profité des bonnes conditions de la matinée pour hausser le ton sur le tour lancé. Durant une première heure survoltée, qui a concentré la quasi-totalité des meilleurs temps de la semaine, il s'est placé à la septième position avec un chrono de 1'59"022. "On gagné une seconde aujourd'hui, mais en réalité je suis certain qu'hier on aurait pu aller bien plus vite", indiquait-il à l'issue de sa journée, chronométré à 0"783 du leader.

"Je suis content car nous contrôlons très bien la situation. Depuis ce matin, je n'ai pas arrêté, on a beaucoup travaillé et testé différents packages électroniques", relatait-il. "On a monté le meilleur package électronique que l'on avait, avec un réservoir peu rempli, on a passé deux pneus de façon consécutive et on a fait de nombreux tours en 1’59. Un meilleur temps de 1’59"0 c'est assez bon, je pense, c'est plutôt compétitif, donc globalement je dois dire que je suis satisfait parce qu'on a exploité au maximum ce dont on disposait."

Prochaine étape, la puissance

Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini

Sur cette base encourageante, la prochaine progression à opérer est d'ores et déjà clairement identifiée, aux yeux d'Aleix Espargaró : satisfait du châssis, il exhorte le département technique de Noale à se concentrer sur le moteur afin de combler le retard restant sur les leaders et de prendre l'avantage sur la concurrence directe, représentée par KTM.

"La prochaine étape, pour moi, est de trouver plus de puissance. [Cette semaine] nous avons beaucoup travaillé sur le package électronique et le soir, avec Romano [Albesiano, directeur technique], nous avons comparé beaucoup de données sur mon style de pilotage, mon accélération lorsque l’on augmente ou pas la puissance, le couple, le traction control", énumère-t-il.

Lire aussi :

"En MotoGP, actuellement, le moteur compte beaucoup. Il faut également progresser un peu sur l’électronique pour exploiter cette puissance", souligne l'Espagnol. "Je crois que nous avons un très bon châssis, mais lorsque l’on regarde les quatre premiers, avec les Ducati, le moteur le plus puissant, c’est clair : en MotoGP on a besoin de puissance. Je pense que nous avons une bonne base et à partir de maintenant nous devons trouver plus de puissance."

Les essais se poursuivront au Qatar dans deux semaines, avec un shakedown de deux jours ouvert aux pilotes d'essais et aux titulaires des constructeurs qui bénéficient des concessions réglementaires, puis un test collectif de trois jours, le dernier avant le début du championnat. Aleix Espargaró espérera y être secondé à plein temps par son coéquipier, Andrea Iannone, qui a dû réduire son activité cette semaine pour des ennuis de santé. Il pourra quoi qu'il en soit compter sur Bradley Smith, également engagé par Aprilia sur le premier Grand Prix.

Avec Willy Zinck et Charlotte Guerdoux

Article suivant
Crutchlow : "L'impression d'avoir été fauché par un bus chaque matin !"

Article précédent

Crutchlow : "L'impression d'avoir été fauché par un bus chaque matin !"

Article suivant

Márquez : "Je suis loin d’être à 100% physiquement"

Márquez : "Je suis loin d’être à 100% physiquement"
Charger les commentaires
Be first to get
breaking news