Espargaró "assez certain" que Quartararo l'a privé de la victoire

Aleix Espargaró reconnaît des sentiments mêlés après le Grand Prix des Pays-Bas, entre la frustration d'avoir été privé d'une victoire qu'il jugeait dans ses cordes par l'accrochage avec Fabio Quartararo, et la satisfaction d'avoir pu multiplier les dépassements pour sauver une quatrième place précieuse dans l'optique du championnat.

Aleix Espargaró a fini au pied du podium mais c'est bien lui qui a fait la plus forte impression à Assen. Deuxième en début de course, le pilote Aprilia a été percuté par Fabio Quartararo dans le cinquième tour et a dû traverser le bac à graviers du virage 5. Seulement 15e à cet instant de la course, il pensait ses chances de bon résultat envolées mais il a réussi une très belle remontée.

Les comparaisons avec Pecco Bagnaia, vainqueur de l'épreuve, resteront relatives puisque le représentant de Ducati pouvait se permettre d'être prudent en tête, mais Espargaró a réalisé le meilleur tour en course et surtout impressionné par sa capacité à enchaîner les dépassements, jusqu'au dernier tour et la dernière chicane, dans laquelle il a pris l'avantage sur Brad Binder et Jack Miller en une seule manœuvre pour se classer en quatrième position.

Le Catalan reprend ainsi 13 points à Fabio Quartararo au championnat, probablement plus que s'il s'était imposé, mais ne peut cacher une pointe de déception d'avoir vu une potentielle deuxième victoire en MotoGP lui échapper.

Aleix, que s'est-il passé avec Fabio Quartararo ?

J'étais très fort dans ce virage et Fabio le savait. Si Fabio a fait cette manœuvre, c'est parce qu'il a de très bonnes sensations sur sa moto. Il arrive à refermer les trajectoires parce qu'il a de très bonnes sensations. On l'a vu au premier virage en Allemagne, avec Pecco. Ce n'est pas un pilote sale mais sa confiance est si élevée qu'il arrive à vraiment refermer les trajectoires. Mais aujourd'hui, j'étais aussi très rapide donc j'ai refermé la trajectoire comme lui et on s'est percutés. Il m'a présenté ses excuses en disant "J'ai fait une grosse erreur de jugement dans ce dépassement." Dans les premiers tours, on a fait quelques dépassements. C'était à la limite dans la ligne droite parce que je ne voulais pas qu'il me double aujourd'hui, mais il n'a pas bien jugé ce virage.

Tu as montré que tu étais le plus rapide aujourd'hui...

C'est une chose qui n'offre pas de points mais pour moi c'est important et si je veux jouer ce titre, j'en avais besoin. Ça m'avait manqué depuis quatre ou cinq courses, d'être le plus rapide en course. Ce week-end, à part en qualifications avec cinq tours perturbés par des drapeaux jaunes, je pense que j'ai été le plus rapide. Je leur ai montré ma vitesse et pour moi, c'est très important. Aujourd'hui je n'ai pas gagné parce que Fabio m'a percuté mais je pense que la victoire était évidente. Mais pour moi, c'était important d'avoir ces sensations.

Je n'avais rien à perdre et je ne veux pas paraître arrogant mais j'avais un rythme légèrement supérieur au reste aujourd'hui. Quand on a un avantage d'une demi-seconde ou de quatre dixièmes, c'est beaucoup plus facile parce qu'on fait des choses très différentes des autres.

Aleix Espargaró

Comment as-tu fait pour doubler les autres si facilement ?

Aucune idée. Aujourd'hui je n'avais rien à perdre et je ne veux pas paraître arrogant mais j'avais un rythme un peu supérieur au reste. Quand on a un avantage d'une demi-seconde ou de quatre dixièmes, c'est beaucoup plus facile parce qu'on fait des choses très différentes des autres. Je freinais beaucoup plus tard que tout le monde à la dernière chicane. J'étais incroyable dans le secteur rapide, personne ne pouvait garder autant de vitesse. C'est pour ça que c'était assez facile pour moi [de remonter].

Tu dis que tu n'avais rien à perdre mais tu es deuxième du championnat...

Quand Fabio m'a percuté, j'ai vu sur mon panneau que j'étais 14e. Donc à ce moment je me suis dit : "Ta course est finie, rien ne changera si tu marques deux ou trois points, ça ne compte pas, tu dois en viser plus de dix. Si tu tombes, tu tombes, ça ne sera pas ta faute si tu tombes mais celle de Fabio !" Donc je me suis dit : "C'est la journée pour prouver que tu es rapide et que tu as une bonne moto" et je l'ai prouvé. J'ai souri quand j'ai vu le 1'32"5, c'est incroyable.

Miller semblait mécontent de la manœuvre dans le dernier tour...

Je n'ai pas été sale. Il m'a dit "Je ne te critiquais pas, je critiquais Brad, il m'a percuté au niveau du bras" et j'ai dit "Ok !" [rires]. À deux tours de la fin, je suis passé sur la cartographie 3, qui n'était pas facile. Je devais glisser en courbe et garder plus de vitesse qu'eux et ça a été payant. Le dépassement était au dernier freinage mais en fait il était dans le virage à gauche [juste avant]. J'ai gardé 20 km/h de plus qu'eux, c'était incroyable. C'était juste l'énergie en arrivant à la corde. J'ai vu que Brad n'était pas très bon sur les freins et je me suis dit que j'allais plonger. J'ai même pu ralentir la moto. Je suis très content parce que c'était très important pour les points.

L'accrochage entre Aleix Espargaró et Fabio Quartararo

L'accrochage entre Aleix Espargaró et Fabio Quartararo

Est-ce que cela veut dire que tu étais trop lent avant ? [rires]

J'ai doublé au moins 20 pilotes ! Je pense que je n'ai pas doublé à d'autres endroits. Je pense que tous les dépassements étaient à cet endroit, un pilote à chaque tour.

Est-ce que le nouveau carénage t'as aidé dans les virages rapides ?

Depuis vendredi, j'ai senti que dès que je relâchais les freins dans la portion rapide, j'étais beaucoup plus rapide que les autres, surtout dans la portion rapide. J'ai perdu du temps à certains endroits mais dans les sections rapides, ma moto était nettement meilleure.

Vendredi, tu disais que Fabio était un peu plus rapide que toi, mais que quand il était trop rapide et trop confiant, il pouvait partir à la faute. Hier, tu disais que tu aimerais revenir à moins d'un Grand Prix d'écart au championnat. Est-ce que tu as les numéros du loto pour nous ?

Je suis un vieil homme de ce paddock. J'aime analyser comment les choses se passent. Je connais la catégorie, je connais la moto, je connais mes rivaux. Je connais le niveau de confiance de Fabio et j'ai aussi pris beaucoup de temps pour analyser des vidéos de lui en course, pendant des séances d'essais, tout ! Je connais son pilotage et il a énormément de confiance et quand on est si rapide, ce n'est pas facile de rester à ce niveau sans faire d'erreur. Ce n'est pas qu'il a été arrogant mais puisqu'il se sent tellement plus rapide que les autres, il a mal jugé ce dépassement. Je savais que ça pouvait arriver donc à partir de là je me suis dit : "Fabio est presque parfait, il n'a pas fait d'erreur de la saison donc s'il fait une erreur, tu devras en profiter."

Je suis assez certain que je pouvais gagner aujourd'hui et je n'ai qu'une victoire dans ma carrière donc j'étais prêt à reprendre [seulement] cinq points et à gagner.

Aleix Espargaró

Est-ce que tu as perdu ou repris des points aujourd'hui ?

C'est dur de le savoir parce que je pense qu'aujourd'hui j'aurais pu gagner et que Fabio aurait fini deuxième, c'est cinq points [d'écart]. J'en ai repris 13. Si on pense au championnat, c'est mieux, mais j'ai perdu une victoire. Je suis assez certain que je pouvais gagner aujourd'hui et je n'ai qu'une victoire dans ma carrière donc j'étais prêt à reprendre [seulement] cinq points et à gagner.

Tu as gardé ton calme, ce qui n'aurait peut-être pas été le cas avant...

Si tu n'es pas calme, c'est impossible d'enchaîner les tours une demi-seconde en dessous du précédent record. Ce n'est pas possible. J'étais agressif, j'étais en colère, super en colère : à chaque fois que je voyais mes temps sur le tableau de bord, j'étais de plus en plus en colère parce que je savais que c'était impossible pour les autres d'être à ce rythme, et je voyais que je revenais sur le groupe de tête. J'étais en colère mais en même temps heureux de maintenir ce rythme.

Est-ce que tu as dépassé la limite ?

Je n'ai jamais dépassé la limite parce que je n'ai fait aucune erreur. Je ne suis jamais sorti trop large. Aujourd'hui j'étais rapide mais aujourd'hui la moto était fantastique, incroyable.

Est-ce que tu t'es surpris dans la première partie de la saison ?

À 100%. Avant de commencer cette course, Fabio avait l'étiquette du numéro 1 parce qu'il était le Champion en titre et qu'il avait autant de points que l'an dernier. Maintenant je suis à 20 points de lui. Ça veut dire que mon niveau dans la première partie du championnat a été incroyable.

Aimerais-tu que la prochaine course soit le week-end prochain ?

Sincèrement, je suis vraiment fatigué. Super, super épuisé, sincèrement. J'ai besoin de repos, pas cinq semaines mais cette année, mentalement c'est totalement différent des dernière années. Je suppose que c'est normal vu que je me bats pour le titre. Hier, je regardais un film dans le motorhome avec mon fils et j'étais très fatigué, Je me suis couché à 21h00. J'ai vraiment besoin de me reposer, de me déconnecter. Je suis heureux parce que je disais que je voulais aborder les vacances avec moins d'une course [de retard] et je suis à 20 points, donc je vais continuer à tout donner.

Lire aussi :

partages
commentaires
Fabio Quartararo : "Une erreur de débutant"
Article précédent

Fabio Quartararo : "Une erreur de débutant"

Article suivant

Bagnaia était terrifié à l'idée de tomber à nouveau

Bagnaia était terrifié à l'idée de tomber à nouveau