Réactions
MotoGP GP de Catalogne

Espargaró choqué par le manque de grip mais vite dans le coup

Les deux pilotes Aprilia ont pointé du doigt les mêmes difficultés en termes de traction sur une piste de Barcelone critiquée pour son manque d'adhérence. Aleix Espargaró a pourtant réussi à dépasser un premier contact étonnant pour lancer son GP de Catalogne avec un chrono record.

Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team

Le MotoGP avait quitté Barcelone sur un doublé des pilotes Aprilia, le premier pour le constructeur italien, à l'issue d'un week-end marqué par la pole position et les deux victoires d'Aleix Espargaró, plus que jamais "capitaine" du programme. Neuf mois plus tard, on retrouve l'Espagnol au sommet, auteur du premier meilleur temps de la journée d'ouverture d'un Grand Prix qui échappe cette année à Ducati.

Avant de se positionner en tête et de signer au passage le nouveau record de la piste, Espargaró a dû trouver ses marques sur une piste offrant une très faible adhérence. Les conditions, fortement critiquées par Pecco Bagnaia notamment, l'ont lui-même surpris.

"Le grip est très, très faible et j'ai eu un peu de mal au début pour bien comprendre comment piloter la moto. Ça a été un peu un choc", expliquait-il vendredi soir. "Ça n'était pas une question de vitesse mais de sensations, j'avais du mal. Ensuite, tour après tour, j'ai pris beaucoup de plaisir."

"Je pense que le grip est trop faible. Il est vrai que je préfère une faible adhérence à une piste bosselée, c'est certain, mais je pense que le grip est dramatique", concédait Espargaró, tout en retenant l'essentiel le concernant : sa capacité à se montrer efficace malgré tout grâce au temps de piste offert par les deux premières séances d'essais.

"La piste n'est pas facile, ça glisse beaucoup, il est difficile de comprendre quel est le bon moment pour accélérer, il n'y a pas du tout de traction. Mais dans l'ensemble, je prends du plaisir et la moto fonctionne bien alors c'est un bon début", retenait-il vendredi soir, soulagé de retrouver une piste fluide dont la configuration lui correspond malgré cette adhérence contestable.

Lire aussi :

La question est désormais de savoir quelle pourra être la progression d'Espargaró au gré du week-end, lui qui n'a pas dépassé la septième place en course principale à ce stade du championnat et n'a obtenu qu'une médaille de bronze. "C'est difficile à dire, je ne sais pas où je vais pouvoir trouver plus de temps parce que j'ai poussé comme un damné aujourd'hui !" avouait-il après ce chrono record. "J'espère qu'on va pouvoir améliorer un peu la moto pour trouver plus de traction. Ceci dit, il ne s'agit pas juste d'avoir la vitesse sur un seul tour, mais de conserver le pneu arrière entier parce que l'usure est assez élevée. Il faut qu'on trouve cet équilibre."

Viñales en difficulté

Si Aleix Espargaró a roulé plus vite que l'an dernier dans la même séance (il a gagné 0"124), Maverick Viñales n'a pu que rééditer son chrono et il n'apparaît qu'au dixième rang du classement, à près d'une demi-seconde de son coéquipier. Passé de justesse en Q2, le vainqueur du GP des Amériques a lui aussi admis avoir eu un choc en découvrant un tel niveau d'adhérence et s'est dit "un peu surpris d'avoir du mal à passer en Q2".

"En ce qui me concerne, j'ai eu beaucoup de mal. J'ai eu du mal avec la traction à l'arrière. J'ai eu beaucoup de mal en termes de motricité. Je n'attrape jamais le grip, je n'arrête pas de patiner. J'ai du mal. J'ai essayé de prendre plus de banking, d'en prendre moins, de mettre plus de gaz… J'ai essayé de faire tout ce que je pouvais mais l'adhérence est difficile à trouver", a expliqué Viñales.

"On arrive du Mans qui offre le plus haut niveau de grip du calendrier et, ici, on dirait que la moto est une Moto2 ! On n'a pas de puissance. J'ai les mêmes sensations que tout le monde. C'est dommage parce que c'est une piste très belle, si on roulait ici avec de l'adhérence ce serait autre chose. J'espère qu'à l'avenir on pourra résoudre cette question du grip et ce sera fantastique."

Maverick Vinales, Aprilia Racing Team

Maverick Viñales s'est qualifié de justesse pour la Q2.

Photo de : Gold and Goose / Motorsport Images

"Ça a aussi été un peu un choc pour le team parce qu'on pensait pouvoir faire beaucoup plus de différence par rapport à l'année dernière mais, pour le moment, on est comme l'année dernière", ajoutait l'Espagnol vendredi soir, pressé de se plonger dans les données de son coéquipier.

"Ce week-end va être un challenge et il faut qu'on se montre très intelligents. Ce qu'il y a de bien, c'est qu'on a les données d'Aleix qui est assez rapide et qui utilise des réglages assez différents, en particulier sur l'amortisseur arrière et les suspensions avant, donc il faut qu'on garde l'esprit ouvert et qu'on regarde de l'autre côté du stand. Miguel [Oliveira] et Raúl [Fernández] semblent être en difficulté comme je le suis, alors il faut voir."

Loin d'estimer que le GP de Catalogne serait automatiquement acquis à Aprilia, le team manager Paolo Bonora est lui resté sur ses gardes au cours de cette première journée malgré les prévisions de la concurrence qui misait unanimement sur les RS-GP.

"N'oubliez pas que nous sommes dans un moment différent de l'année", a rappelé l'Italien au site officiel du MotoGP, "car l'année dernière c'était en septembre et il faisait plus chaud. Les conditions de piste sont assez différentes, alors il est nécessaire d'être totalement concentré sur la situation de la piste et l'évolution qu'elle connaîtra pendant le Grand Prix."

Attentif à la progression des autres marques, et en premier lieu KTM, Paolo Bonora ajoutait : "L'année dernière, nous étions devant parce que nous avions un avantage en termes de grip d'après ce que l'on pouvait voir de l'extérieur. Mais cette année, cela semble être plus difficile parce que les autres font des tests sur ce circuit. Ils ont regardé notre moto de l'année dernière. Il est donc certain que c'est un Grand Prix beaucoup plus excitant cette année par rapport à celui de l'année dernière parce qu'il faut que l'on pousse plus fort pour être devant."

Lire aussi :

Be part of Motorsport community

Join the conversation
Article précédent Bagnaia et Martín à la peine : "On a plus de mal qu'Aprilia et KTM"
Article suivant EL2 - Aleix Espargaró confirme, Pecco Bagnaia revient à 0"012

Top Comments

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse