MotoGP
C
GP du Qatar
05 mars
-
08 mars
19 mars
-
22 mars
Prochain événement dans
21 jours
C
GP des Amériques
02 avr.
-
05 avr.
Prochain événement dans
35 jours
C
GP d'Argentine
16 avr.
-
19 avr.
Prochain événement dans
49 jours
C
GP d'Espagne
30 avr.
-
03 mai
Prochain événement dans
63 jours
C
GP de France
14 mai
-
17 mai
Prochain événement dans
77 jours
C
GP d'Italie
28 mai
-
31 mai
Prochain événement dans
91 jours
C
GP de Catalogne
04 juin
-
07 juin
Prochain événement dans
98 jours
C
GP d'Allemagne
18 juin
-
21 juin
Prochain événement dans
112 jours
C
GP des Pays-Bas
25 juin
-
28 juin
Prochain événement dans
119 jours
C
GP de Finlande
09 juil.
-
12 juil.
Prochain événement dans
133 jours
C
GP de République Tchèque
06 août
-
09 août
Prochain événement dans
161 jours
C
GP d'Autriche
13 août
-
16 août
Prochain événement dans
168 jours
C
GP de Grande-Bretagne
27 août
-
30 août
Prochain événement dans
182 jours
C
GP de Saint-Marin
10 sept.
-
13 sept.
Prochain événement dans
196 jours
C
GP d'Aragón
01 oct.
-
04 oct.
Prochain événement dans
217 jours
C
GP du Japon
15 oct.
-
18 oct.
Prochain événement dans
231 jours
C
GP d'Australie
23 oct.
-
25 oct.
Prochain événement dans
239 jours
C
GP de Malaisie
29 oct.
-
01 nov.
Prochain événement dans
245 jours
12 nov.
-
15 nov.
Prochain événement dans
259 jours

Espargaró blasé, Iannone "croit beaucoup" en Aprilia

partages
commentaires
Espargaró blasé, Iannone "croit beaucoup" en Aprilia
Par :
13 sept. 2019 à 11:00

Les deux pilotes Aprilia affichent désormais un état d'esprit radicalement différent, entre d'un côté l'exaspération de ne pas voir de changements et de l'autre un optimisme sans faille.

Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'en arrivant à Misano pour le Grand Prix de Saint-Marin, Aprilia doit gérer deux pilotes à l'état d'esprit désormais différent ! Très déçu de n'avoir pu tester de nouvelles pièces lors du test organisé fin août, Aleix Espargaró continue d'espérer une réaction de son constructeur, alors que de son côté Andrea Iannone fait le dos rond en attendant des jours meilleurs.

Pour le pilote espagnol, il était assez surprenant d'arriver sur le Misano World Circuit Marco Simoncelli sans aucune nouvelle pièce en vue de la saison prochaine. Surtout quand on voyait les armadas sorties par certaines usines !

Lire aussi :

"Je ne sais pas, je suis arrivé ici et tout le monde avait beaucoup de choses, mon frère avait cinq motos dans le garage, et Yamaha, Ducati avaient aussi beaucoup de nouveautés mais nous n'avions rien. Il faut poser la question aux patrons d'Aprilia et aux ingénieurs, je n'ai pas de réponses. J'arrive, et je fais de mon mieux avec la moto qu'on me donne. C'est ce que j'ai fait lors du test, bien sûr c'était un peu frustrant car tout le monde a des nouveautés à tester. Au vu de notre situation, je m'attendais à quelque chose comme ça car si quelqu'un a encore plus besoin d'améliorer sa moto, c'est Aprilia. Mais ça n'a pas été le cas."

Alors que certaines équipes ont déjà pu étrenner une première version de leur prototype de l'an prochain, Espargaró ne s'attend pas à voir la nouvelle Aprilia avant la pré-saison, en Malaisie. Une situation notamment imposée par le fait que de grands changements sont nécessaires, comme il le répète depuis le début de la saison.

"J'ai beaucoup parlé pendant le test [avec Aprilia], le moteur devrait changer, l'aérodynamique aussi, nous devons aussi changer pas mal l'électronique. J'espère que la moto sera meilleure que cette saison et j'espère que nous pourrons la recevoir aussi vite que possible, car on dirait qu'on ne reçoit rien cette année. Le premier test en Malaisie arrivera très rapidement donc j'espère que nous aurons quelque chose de prêt."

"Sincèrement, je suis vraiment contrarié, c'est difficile de garder, non pas le côté positif, car c'est comme ça que je suis, je ne changerai jamais. Mais l'énergie... Toujours avoir l'énergie pour se battre, c'est de plus en plus difficile, car les résultats n'arrivent pas. Silverstone, je faisais une course normale et le moteur s'arrête, nous arrivons à Misano et nous n'avons rien à essayer, donc c'est difficile. Je suis un peu contrarié, pas fâché, mais contrarié car je donne beaucoup d'efforts et d'attentes depuis trois ans. Je veux toujours croire que nous pouvons le faire, mais ça fait déjà trois ans, et il est clair que nous ne sommes pas au niveau où Aprilia devrait être", précise-t-il, alors qu'il a partagé le guidon avec trois équipiers différents durant cette période.

Lire aussi :

Son troisième équipier justement, il s'agit cette saison d'Andrea Iannone. L'Italien, en grandes difficultés, garde la confiance et l'esprit positif. L'ancien pilote Ducati et Suzuki estime aussi qu'il commence à imprimer une direction de développement, qui ne repose donc plus uniquement sur les épaules d'Aleix Espargaró.

"Ça ne change rien, qu'on soit content ou pas content, la situation est toujours la même et je préfère rester content, [comme ça] je suis moins en difficulté. Quoi qu'il en soit, je pense qu'avant que l'on reçoive quelque chose de nouveau, il est important de savoir ce qu'on veut. En ce moment, Aprilia commence à projeter la nouvelle moto et les gens sont complètement concentrés sur le nouveau projet. On croit beaucoup dans ce nouveau projet et il est important qu'on continue à comprendre [la situation] et qu'on recueille des informations. Je ne m'attends pas à ce que l'on ait une nouvelle moto d'ici à la fin de la saison. C'est une année expérimentale pour nous."

"Je suis arrivé, j'ai commencé à parler aux ingénieurs et beaucoup de personnes ont été surprises par mes commentaires, mais au final tout le monde a commencé à me suivre et c'est une avancée très importante. On verra. Je crois beaucoup en ce groupe."

Le numéro 29 estime que son expérience d'autres écuries d'usine est inestimable pour une marque qui a fait son retour en 2015. Selon lui, malgré deux saisons chez Suzuki, Aleix Espargaró n'a peut-être pas toute la palette technique pour efficacement développer la RS-GP.

"Je pense qu'Aleix est un très bon pilote, mais il a commencé à piloter en MotoGP avec les Open et sa première année en Open se faisait sans électronique, puis il est passé chez Suzuki mais c'était leur première année à leur retour et donc avec un système électronique qui n'était pas complet. Quand je suis arrivé, j'ai été surpris, [je leur ai dit] : 'Les gars, ça n'est pas une MotoGP ; une MotoGP c'est comme ci et comme ça' et on a beaucoup progressé dans ce domaine. C'est pourquoi je pense qu'on a besoin de temps et de patience."

Avec Léna Buffa  

Article suivant
EL1 - Quartararo se place en tête devant Márquez et Viñales

Article précédent

EL1 - Quartararo se place en tête devant Márquez et Viñales

Article suivant

Nakagami espère régler son avenir d'ici Aragón

Nakagami espère régler son avenir d'ici Aragón
Charger les commentaires