Espargaró a tout tenté, en vain : "Je n'ai pas le niveau de mes rivaux"

Aleix Espargaró estime avoir donné son maximum en qualifications mais n'a pas pu passer en Q2 en raison d'une Aprilia particulièrement difficile au GP de Thaïlande.

Espargaró a tout tenté, en vain : "Je n'ai pas le niveau de mes rivaux"

Aleix Espargaró ne connaît pas un Grand Prix de Thaïlande évident. En cause : une Aprilia en difficulté sur le tracé de Buriram et qui fait également souffrir son coéquipier Maverick Viñales, qu'on a vu agacé à plusieurs reprises durant les essais et qui n'a pu faire mieux que 17e en qualifications.

Pour sa part, le leader de la marque italienne est apparu plutôt calme et posé, conscient d'avoir fait tout ce qu'il pouvait pour décrocher une bonne place en qualifications. "Je suis à la fois frustré et satisfait car c'est difficile d'être plus rapide que je ne le suis ce week-end", a-t-il lâché.

Contraint de passer par la Q1, il a réalisé le meilleur temps à deux minutes de la fin et est rentré à son box, avant que Marc Márquez et Miguel Oliveira ne lui passent devant, le reléguant à la 13e place sur la grille et faisant donc de lui le premier pilote recalé de la Q2. Si l'on a pu croire à un souci technique, Espargaró a simplement estimé qu'il ne pouvait pas faire mieux, comme il l'a expliqué au site officiel : "J'ai fait mon maximum, j'ai fait un tour presque parfait en 1'30"2 mais ce n'était pas suffisant. J'ai compris que c'était très difficile d’améliorer de quelques dixièmes."

"Je freinais super tard et j'accélérais vraiment doucement en sortie de virage pour éviter les secousses mais la moto n'avançait pas. [...] J'ai tout essayé mais on rencontre beaucoup de problèmes avec notre moto, elle n'avance pas. Quand les qualifications démarrent il faut y aller à 100% et c'est ce que j'ai fait, j'ai manqué [la Q2] pour juste un dixième. Mais j'ai aussi eu du mal avec le rythme de course malheureusement. Sur ce point je ne suis pas si loin que ça mais je n'ai pas le niveau de mes rivaux donc on doit progresser pour demain."

Aleix Espargaró

Aleix Espargaró

Ces difficultés rencontrées par les deux pilotes interrogent chez Aprilia, qui n'a pour l'heure pas encore de réponse. Si le constructeur italien a énormément progressé depuis l'an dernier, il doit encore parvenir à s'adapter aussi rapidement que les autres aux situations nouvelles aux yeux d'Espargaró.

"Les mécaniciens m'ont dit hier que c'était parce que la carcasse de pneus était différente mais je leur ai répondu qu'ils ne pouvaient pas me dire ça car c'est la même chose pour tout le monde et les autres sont rapides. Pourquoi pas nous ? On doit comprendre et être rapides car l'an prochain on va en Inde, sur beaucoup de pistes comme ça avec des conditions de piste où il fait chaud. On doit s'adapter et être rapides peu importe ce que Michelin apporte", a-t-il affirmé.

L'Espagnol reste néanmoins positif et espère parvenir à trouver des solutions avant la course, sans toutefois se faire trop d'illusions : "J'aimerais vraiment progresser demain au warm-up sur mon rythme de course et avoir une course sur le sec mais la réalité c'est que je n'ai pas le rythme de mes adversaires. S'il pleut, ça peut être meilleur pour le championnat mais on ne sait jamais, ce n'est pas non plus simple quand il pleut, ça peut aussi être une course flag to flag. On verra bien !"

Après sa contre-performance du Japon, Aleix Espargaró devra à nouveau tout donner pour ne pas perdre trop de points face à Fabio Quartararo et Pecco Bagnaia, qualifiés aux quatrième et troisième rangs, et ainsi conserver ses chances de titre jusqu'à la dernière course de la saison.

Lire aussi :
partages
commentaires

Related video

Bagnaia ne pensera au championnat qu'en fin de course
Article précédent

Bagnaia ne pensera au championnat qu'en fin de course

Article suivant

Warm-up - Bagnaia devant Marini et Zarco, toujours sur le sec

Warm-up - Bagnaia devant Marini et Zarco, toujours sur le sec