Réactions
MotoGP GP de Catalogne

Espargaró vainqueur tactique : "Ils étaient au-delà de la limite"

Vainqueur du sprint de Barcelone, Aleix Espargaró se félicite d'avoir fait parler sa science de la course en appliquant une stratégie prudente là où d'autres se sont, selon lui, montrés trop rapides dans les premiers tours.

Aleix Espargaró est sorti vainqueur d'un sprint à rebondissement, qui a vu trois de ses leaders partir à la faute, jusqu'au double champion en titre qui est tombé dans le dernier tour. L'Espagnol, lui, a construit patiemment sa course alors qu'il était sixième après les trois premiers tours. En vétéran de la grille, il a fait parler son expérience et a vite compris que la victoire se jouerait sur la stratégie plus que sur la vitesse pure.

"Dès le début, je me suis dit que le rythme qu'ils imprimaient étaient trop élevé", a-t-il pointé en faisant référence aux pilotes qui lui ont grillé la politesse à l'extinction des feux. "Sur 80% des pistes du calendrier, on peut aller à fond du premier au dernier tour, mais il y en a quelques-unes sur lesquelles on doit se montrer tactique. Ça n'est pas qu'une question de vitesse."

"J'aurais pu aller aussi vite qu'eux au début, j'avais fait la pole, mais après un mauvais départ je me suis dit qu'ils dépassaient la limite. Ils utilisaient beaucoup l'avant et l'arrière, je le voyais derrière alors je me suis dit que, soit ils allaient tomber, soit ils allaient détruire leur pneu avant ou arrière et que j'aurais donc mes chances à la fin de la course. Et j'avais raison !"

Comment a-t-il fait, lui, pour ne pas user ses pneus ? "J'ai essayé de ne pas les dépasser", a-t-il expliqué. "Avant de commencer la course, j'avais analysé le rythme de tout le monde. J'ai été le seul à prouver avant la course que je pouvais rouler sous les 1'39"5 pendant quelques tours, et là ils faisaient ce rythme donc ça montrait qu'ils étaient au-delà de la limite. J'aurais pu tenir leur rythme, mais si j'avais essayé de les dépasser, j'aurais moi aussi été au-delà de la limite. Donc je me suis dit que j'allais attendre cinq tours et que, quand l'adhérence allait baisser, j'aurais la possibilité d'attaquer."

Sur une piste vivement critiquée pour son manque d'adhérence, c'était, au final, une course à gagner avec la tête plus qu'avec le cœur, selon le pilote Aprilia. "J'ai été rapide parce que j'ai fait la pole en améliorant le record, mais c'est aussi une question de tactique. On ne veut pas détruire les pneus. Les pilotes, on sait tous, ou on le devrait, que si on se précipite dans les deux ou trois premiers virages, c'est la fin des pneus, on ne retrouvera pas le grip. C'est quelque chose que l'expérience apporte."

Lire aussi :

"Un sprint, c'est court, mais ça n'est pas une qualif ! Je suis content, parfois avoir de l'expérience, ça paye !" souriait samedi soir Aleix Espargaró. Car son analyse était juste : au quatrième tour, il a pu prendre l'avantage sur Jorge Martín, qui a effectivement expliqué avoir trop sollicité son pneu arrière au départ, puis Raúl Fernández et Brad Binder sont tombés en tête de la course, et au huitième tour, Espargaró dépassait cette fois Pedro Acosta, lui aussi parti sur un rythme très élevé.

Il ne restait alors plus que Pecco Bagnaia, qui semblait avoir course gagnée. "Je n'ai pas pu me rapprocher plus de Pecco parce que j'avais des soucis avec mon pneu avant, la pression était assez élevée", a expliqué le pilote Aprilia au site officiel du MotoGP. "Alors j'ai décidé de rester derrière lui, mais pas loin. J'ai essayé de le pousser, de le forcer, j'ai vu qu'on le panneautait en lui disant que j'étais très proche de lui, alors mon objectif était de rester proche, de maintenir un rythme très élevé et de le pousser à la faute, et il a fini par le faire."

"Un conte de fées"

Gagner à domicile, deux jours après avoir annoncé la fin de sa carrière, a logiquement apporté à Aleix Espargaró des émotions très fortes. Sur un nuage depuis qu'il a pris sa décision, l'Espagnol savoure chaque instant et vit un rêve éveillé en se montrant si performant à Barcelone.

"C'était incroyable", a-t-il expliqué au sujet de l'arrivée de la course, lui qui a hérité de la victoire dans le dernier tour. "Après une course difficile comme celle-ci, quand on est complètement concentré, dans son monde, qu'on ne pense à rien, qu'on roule à la limite, il y a un moment où on ne sait pas si on est ici ou en Chine, on est juste complètement concentré. Et dans le dernier virage, quand on redresse la moto, qu'on réalise qu'on est sur son circuit maison, dans la ligne droite principale et qu'on gagne la course... Je suis super, super content !"

Aleix Espargaró est resté en embuscade jusqu'à la chute de Pecco Bagnaia dans le dernier tour.

Aleix Espargaró est resté en embuscade jusqu'à la chute de Pecco Bagnaia dans le dernier tour.

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

"C'est un conte de fées, je n'ai vraiment pas de mots. En termes de résultats, c'est impossible de faire mieux. Faire la pole position, gagner le sprint et voir tout le monde qui m'encourage dans les tribunes… Je n'aurais vraiment pas pu rêver d'un meilleur week-end pour mon dernier Grand Prix à domicile."

"Je dois dire que je n'ai jamais apprécié la grille", a ajouté le pilote espagnol. "C'est le pire moment du week-end, je déteste la grille, et pourtant aujourd'hui j'ai beaucoup aimé ça. J'ai parlé avec ma femme, j'avais des amis qui étaient là, les tribunes qui criaient mon nom… J'étais super détendu et je me suis dit que je devais savourer ce moment, car ça n'arrivera plus. Je ne serai plus en pole position dans mon Grand Prix à domicile en MotoGP, jamais, alors il fallait que j'en profite."

Aujourd'hui, Espargaró va reprendre sa place à l'avant de la grille, cette fois pour une confrontation qui durera 24 tours. S'il a estimé avoir pris un mauvais départ samedi, qu'en sera-t-il cette fois ? "J'ai dit que j'avais pris un mauvais départ, mais en réalité il n'était pas si mauvais ! Il ne s'agit jamais de comment on part par rapport à soi-même mais par rapport à ses adversaires, et ils prennent de meilleurs départs que nous. Je n'ai pas pris un départ parfait, mais ensuite je n'avais pas la puissance pour avancer, ils m'ont dépassé."

"En tout cas, s'il y a bien un circuit sur lequel on peut dépasser, c'est Barcelone, alors relax, la course sera longue, tout ne va pas se jouer au premier virage", a rappelé le pilote espagnol, déjà prêt à faire jouer sa science de la course pour clore ce week-end à la perfection.

Lire aussi :

Les plus belles photos de la journée de samedi à Barcelone

Marc Marquez, Gresini Racing
Marc Marquez, Gresini Racing
Brad Binder, Red Bull KTM Factory Racing
Joan Mir, équipe Repsol Honda
Enea Bastianini, équipe Ducati
Fabio Quartararo, Yamaha Factory Racing
Yamaha Factory Racing détail de la moto
Augusto Fernandez, Red Bull GASGAS Tech3
Raul Fernandez, Trackhouse Racing Team
Joan Mir, équipe Repsol Honda
Jack Miller, Red Bull KTM Factory Racing
Franco Morbidelli, Pramac Racing
Marc Marquez, Gresini Racing
Jorge Martin, Pramac Racing
Pedro Acosta, Red Bull GASGAS Tech3
Fabio Quartararo, Yamaha Factory Racing
Pedro Acosta, Red Bull GASGAS Tech3
Alex Rins, Yamaha Factory Racing
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team, Francesco Bagnaia, Ducati Team
Francesco Bagnaia, Ducati Team, Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team
Raul Fernandez, Trackhouse Racing Team
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team
Francesco Bagnaia, équipe Ducati
Francesco Bagnaia, équipe Ducati
Pedro Acosta, Red Bull GASGAS Tech3
Raul Fernandez, Trackhouse Racing Team
Raul Fernandez, Trackhouse Racing Team
Raul Fernandez, Trackhouse Racing Team
Jorge Martin, Pramac Racing
Pedro Acosta, Red Bull GASGAS Tech3
Marc Marquez, Gresini Racing
Brad Binder, Red Bull KTM Factory Racing
Brad Binder, Red Bull KTM Factory Racing
Alex Rins, Yamaha Factory Racing
Marc Marquez, Gresini Racing
Pedro Acosta, Red Bull GASGAS Tech3
Fabio Di Giannantonio, VR46 Racing Team
Francesco Bagnaia, équipe Ducati
Francesco Bagnaia, équipe Ducati
Pedro Acosta, Red Bull GASGAS Tech3
Francesco Bagnaia, chute de l'équipe Ducati
Francesco Bagnaia, chute de l'équipe Ducati
Francesco Bagnaia, chute de l'équipe Ducati
Marc Marquez, Gresini Racing
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team
Marc Marquez, Gresini Racing
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team
Pedro Acosta, Red Bull GASGAS Tech3
Pedro Acosta, Red Bull GASGAS Tech3
Pedro Acosta, Red Bull GASGAS Tech3
Marc Marquez, Gresini Racing
Pedro Acosta, Red Bull GASGAS Tech3
Pedro Acosta, Red Bull GASGAS Tech3
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team
Marc Marquez, Gresini Racing
Marc Marquez, Gresini Racing, Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team, Pedro Acosta, Red Bull GAS Tech3
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team
Marc Marquez, Gresini Racing
63

Be part of Motorsport community

Join the conversation
Article précédent Le programme du GP de Catalogne MotoGP 2024
Article suivant Acosta a souffert : "La course la plus dure de ma courte carrière"

Top Comments

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse