Derniers essais perturbés par une chute pour Siméon

Le pilote belge, qui fait partie des quatre rookies qui feront leurs grands débuts l'an prochain dans la catégorie reine, a été victime d'une chute qui a réduit son temps de roulage à Jerez.

Avec la fin des essais de l'équipe Avintia à Jerez ce jeudi, Xavier Siméon a mis un terme à sa première prise de contact avec le MotoGP, entamée une semaine plus tôt au cours des tests de Valence.

Autant dire que ces quatre journées de roulage ont forcé le pilote Belge à puiser dans ses ressources, d'abord physiques puisqu'il a bien fallu s'adapter aux exigences de la GP16, mais aussi mentales en parvenant à rapidement switcher du Moto2 à la catégorie reine.

Preuve que la tâche était loin d'être aisée, la lourde chute du rookie lors du premier jour en Andalousie, ce mercredi, qui l'a empêché de rouler une demi-journée, le privant ainsi d'un temps de piste précieux. 

"Hier [mercredi], j'ai très bien commencé, et j'ai eu de très bonnes sensations avec la moto", souligne Siméon. "En fait j'ai tout de suite fait de bons temps au tour, mais en milieu de journée j'ai subi une chute dans le virage 5 et perdu le reste de la journée car la moto était endommagée."

Néanmoins les mécaniciens ont usé d'huile de coude pour remettre d'aplomb la GP16 confiée au Belge pour le lendemain. Siméon n'a alors pas rencontré de difficultés particulières pour retrouver son rythme, pour le moment encore assez lointain puisqu'il évolue à un peu plus de deux secondes et demie des meilleurs temps, et surtout à environ deux secondes de son coéquipier Tito Rabat (qui pilote cependant une GP17). 

Des essais de fin d'année éprouvants

"L'équipe a fait du bon travail pour la réparer, et aujourd'hui [jeudi] j'ai pris les choses plus calmement", reprend-il. "C'était important de faire le plus de tours possibles. J'ai réédité les temps de la veille assez facilement, mais cela a ensuite été difficile de progresser dans l'après-midi. Mais dans les 20 derniers tours, nous avons beaucoup amélioré le rythme, et dans l'ensemble nous sommes contents."

Pour l'heure, Siméon doit encore cerner le comportement d'une machine répondant au règlement technique de la catégorie reine, et le style de pilotage sensiblement différent qu'elle requiert. La présence de l'ancien pilote de Superbike et de MotoGP Rubén Xaus vise à aider le Belge dans ce domaine.

La principale difficulté rencontrée par le pilote Avintia demeure cependant physique. La puissance d'une MotoGP met bien sûr à rude épreuve les organismes, et le fait que ces essais se déroulent à l'issue d'une longue saison éprouvante ne rend ce passage obligé qu'encore plus difficile à négocier, à plus forte raison pour Siméon, qui n'a pas été épargné par les blessures en 2017.

"Il y a quelque chose de clair, c'est que j'ai besoin de beaucoup changer mon style de pilotage pour tirer le maximum de la moto", poursuit-il. "Maintenant il est temps de se reposer et de récupérer car avec tous les os que je me suis cassés durant les derniers mois, j'ai rencontré des difficultés cet après-midi. Je dois me préparer et récupérer au maximum pour arriver en pleine forme en Malaisie."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement Essais de novembre à Jerez
Sous-évènement Jeudi
Circuit Circuito de Jerez
Pilotes Xavier Siméon
Équipes Avintia Racing
Type d'article Réactions