Expérience et travail rendent Dovizioso plus fort que jamais

C'est, d'après lui, à force de travail que Dovizioso est aujourd'hui en lice pour le titre MotoGP.

Après sa victoire au Mugello, puis la confirmation en Catalogne, cette fois Andrea Dovizioso a conquis un nouveau succès comptable doublé d'un succès d'estime. En s'imposant en Autriche face à un Marc Márquez au meilleur de sa forme, le battant sur le fil au terme d'un dernier tour survolté, le pilote Ducati s'est octroyé de nouveaux galons qui vont désormais peser dans la lutte – à la fois mathématique et mentale – pour le titre.

Le pilote Ducati s'est imposé sur une piste que l'on disait promise à sa Desmosedici. Un succès prévisible ? Pas tant que ça, car lui n'accordait pas beaucoup de crédit aux prédictions favorables aux Rouges, conscient d'évoluer dans un scénario bien différent de celui de 2016 et qui rendait par conséquent obsolète la domination exercée il y a un an sur le Red Bull Ring.

Inconcevable pour Dovizioso de se reposer sur les lauriers du passé. Le paramètre déterminant à ses yeux est le travail et ce Grand Prix l'a une nouvelle fois récompensé. "Beaucoup de personnes s'attendaient à ce qu'on gagne ici, mais le règlement a changé. Sur cette piste, c'était beaucoup mieux l'année dernière, avec les ailerons, par rapport à cette année. On savait cela et on a très bien travaillé parce que la situation était complètement différente ce week-end en comparaison de l'année dernière", pointe-t-il.

"À mon avis, ça a été une preuve de notre force, pour la façon dont on a géré la course et le week-end. Dans les moments importants, on était là et ça, personne ne peut nous l'enlever", retient Andrea Dovizioso. "Cela nous fait réellement croire qu'on peut avoir nos chances et fait comprendre à nos adversaires qu'on est dans le coup. À mon avis, tout ce qui s'est passé ce week-end a démontré à quel point on travaille bien."

La sérénité d'un pilote expérimenté

Travailler pour faire de la GP17 une prétendante à la victoire, c'était une première chose, mais encore fallait-il ensuite avoir suffisamment de répondant face au Champion du monde en titre et leader actuel de la hiérarchie, capable d'une résistance inoxydable puis d'une attaque de funambule alors que l'arrivée était en vue. En allant arracher la victoire face à un tel rival, Dovizioso s'est attiré (encore un peu plus) le respect d'un paddock conscient d'assister à une véritable révélation du discret pilote italien.

Un an après qu'il ait eu à digérer une deuxième place amère face à son coéquipier de l'époque, Andrea Dovizioso apparaît aujourd'hui plus solide que jamais. Est-ce à mettre au crédit du nouveau coach dont il s'est assuré les services il y a quelques mois et sur le tournant qu'il dit avoir passé l'hiver dernier dans son approche mentale ? Peut-être, car à en croire l'importance qu'il accorde à chaque élément, l'état d'esprit est assurément l'un des piliers sur lesquels s'appuie le pilote au numéro 4.

"Aujourd'hui, de combien a-t-on gagné ? D'un rien", faisait-il remarquer dimanche, lui qui n'avait jamais gagné d'aussi peu (0"176) en MotoGP. "Si on n'y croit pas et si on ne travaille pas sur de nombreux petits détails, alors on termine très loin de cette victoire. L'expérience m'a fait comprendre que, mentalement, aborder les choses d'une certaine manière, avec sérénité, tranquillité et lucidité, être détendu et travailler simplement, cela permet de récolter énormément et c'est ce que je fais cette année."

S'il concède qu'un changement s'est opéré, il est aussi minime que déterminant. "Quand vous êtes déjà rapide ou que vous avez déjà obtenu un bon résultat, un petit changement peut générer une grande différence. L'entraînement, la mentalité… Toutes ces choses, même petites, peuvent faire une grande différence. Dans ce sport, il faut toujours essayer de progresser dans tous les domaines et je crois que c'est l'une des raisons pour lesquelles, à 31 ans, je suis ici, en lutte pour le championnat, et que je ne l'étais pas par le passé."

Engagé dans sa dixième saison mondiale et n'ayant jamais manqué un Grand Prix sur les 268 dont il a pris le départ depuis qu'il est devenu titulaire en Championnat du monde il y a plus de 15 ans, Andrea Dovizioso récolte en effet à 31 ans les fruits de son abnégation. "J'y crois plus que par le passé. Je suis conscient de mon potentiel. Ceux qui nous aiment et qui sont à nos côtés nous le disent souvent, mais on les envoie balader", sourit-il. "Mais en travaillant sur certains aspects, on comprend qu'il y a des façons de progresser."

Ses progrès personnels ont, certes, pesé, mais à l'heure de dédier cette victoire à quelqu'un, Andrea Dovizioso n'a pas oublié qu'il s'agit aussi d'un travail de groupe et qu'il doit énormément à Ducati et à ses petites mains. "Quand on obtient des résultats comme celui-là, il y a énormément de personnes qui travaillent derrière", souligne-t-il. "Ils ont tous gagné avec moi, parce que je n'y serais jamais arrivé sans eux. On ne gagne jamais seul."

Sur la lancée de son retour à la victoire fêté à l'automne dernier après sept ans de disette, Dovizioso a donc encore franchi un cap cette année en s'imposant comme un prétendant régulier à la victoire et, par conséquent, l'un des protagonistes de la course au titre. Fort de trois succès cette année – autant que Márquez – il pêche encore par la régularité de sa présence sur le podium, dans un championnat qui reste des plus serrés. Mais son succès autrichien lui a permis de revenir à 16 points du leader et n'a fait que renforcer une solidité mentale qui a de quoi désormais faire trembler quelques-uns de ses voisins de box.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP d'Autriche
Sous-évènement Course
Circuit Red Bull Ring
Pilotes Andrea Dovizioso
Équipes Ducati Team
Type d'article Actualités