MotoGP
24 juil.
Événement terminé
14 août
Événement terminé
21 août
Événement terminé
11 sept.
Événement terminé
18 sept.
Warm-up dans
11 Heures
:
24 Minutes
:
49 Secondes
09 oct.
Prochain événement dans
19 jours
16 oct.
Prochain événement dans
26 jours
C
GP du Teruel
23 oct.
Prochain événement dans
33 jours
C
GP d'Europe
06 nov.
Prochain événement dans
47 jours
13 nov.
Prochain événement dans
54 jours
20 nov.
Prochain événement dans
61 jours

Ezpeleta incertain du maintien de 22 GP MotoGP en 2022

partages
commentaires
Ezpeleta incertain du maintien de 22 GP MotoGP en 2022
Par :

Les plans du MotoGP pour organiser 20, puis 21 et enfin 22 Grands Prix d'ici à 2022 sont aujourd'hui remis en question par le coronavirus et ses effets attendus sur le long terme. Les délais nécessaires à la découverte d'un vaccin pourraient être déterminants.

Dans tous les secteurs et aux quatre coins du monde, la pandémie de COVID-19 aura été la protagoniste absolue de la première moitié de l'année, et le MotoGP ne fait pas défaut. Touché par les effets de la crise sanitaire quelques jours avant la tenue du premier Grand Prix de sa saison, le championnat a dû procéder à une première annulation le 1er mars, avant l'avalanche de déprogrammations qui s'en est suivie durant le confinement.

Il y a un mois, un agenda de reprise a pu être annoncé afin de sauver la saison 2020 avec une base de 13 courses, cependant le calendrier reste beaucoup plus incertain concernant l'avenir. Carmelo Ezpeleta, au front depuis le début de la crise pour définir les conditions de retour à la compétition, se veut aujourd'hui particulièrement prudent lorsqu'il évoque le futur.

Son souhait de faire grimper le calendrier jusqu'à 22 courses était pourtant notoire, et 2020 devait en être une étape majeure : le championnat devait pour la première fois atteindre le chiffre de 20 Grands Prix avec le retour de la Finlande, avant d'en arriver à 21 l'année prochaine puis à 22 dans deux ans, grâce aux ajouts de l'Indonésie et du Brésil. Seulement, aujourd'hui, c'est la situation sanitaire qui dicte le rythme que suivra le MotoGP, et l'incertitude de celle-ci se ressent logiquement dans les plans du PDG de Dorna Sports. "La situation dans le monde à partir de l'année prochaine ne sera pas la même que celle que nous connaissions jusqu'à présent", prévient Carmelo Ezpeleta dans une interview avec Motorsport.com.

Lire aussi :

Lorsque nous l'interrogeons sur le roulement qui doit être mis en place entre les cinq Grands Prix espagnols afin de permettre l'arrivée de nouvelles courses, le promoteur élargit la question : "Je ne suis pas en mesure de dire que le calendrier de 2022 sera celui que nous avions prévu avant le coronavirus. Nous avons les contrats pour les roulements, certains sont signés et d'autres approuvés. Mais je ne sais même pas si nous pourrons disputer 22 Grands Prix."

Le besoin d'un vaccin contre le COVID

"Nous devrons nous adapter aux circonstances, comme nous l'avons fait cette année. Cela dépendra également de la découverte ou non d'un vaccin contre le coronavirus. Si ce n'est pas le cas d'ici là, nous devrons peut-être organiser moins de courses et faire un roulement entre elles", souligne Carmelo Ezpeleta. "Ce que nous ne ferons pas, c'est dire non à tout. Ce qui est clair, c'est que nous ne pouvons pas nous passer de ce que nous avons de mieux, c'est-à-dire le niveau de compétitivité que l'on voit en piste. Avoir 15 ou 16 motos dans la même seconde, c'est ce que nous devons préserver."

Le promoteur du championnat l'a martelé depuis le début de la crise : une fois la survie du championnat et de ses équipes garantie, c'est le niveau sportif atteint par le MotoGP ces dernières années qui a été au cœur des efforts accomplis. Pas question de mettre en péril l'attractivité du MotoGP et le spectacle qu'il offre au public.

"Certains voulaient éliminer l'une des deux motos [par pilote] en MotoGP", rappelle notamment Carmelo Ezpeleta, en évoquant la proposition faite par Ducati lorsque les mesures techniques étaient en discussion. "Presque personne n'était en faveur de cela. Cela représentait une économie très relative et cela aurait eu un impact très important sur le spectacle. Les courses flag-to-flag sont formidables, de même que le fait qu'un pilote puisse courir le dimanche avec cette deuxième moto s'il est tombé au warm-up. Nous n'avons pas fait d'économie sur ce point et nous ne voulons pas le faire."

Retrouvez l'intégralité de l'interview de Carmelo Ezpeleta sur Motorsport.com demain.

Interview réalisée par Oriol Puigdemont

Austin annonce l'annulation de son Grand Prix MotoGP 2020

Article précédent

Austin annonce l'annulation de son Grand Prix MotoGP 2020

Article suivant

Les chances de courir hors d'Europe restent faibles pour le MotoGP

Les chances de courir hors d'Europe restent faibles pour le MotoGP
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Auteur Léna Buffa